m

Je reprends, pour ce titre, le commentaire d’un billet précédent.

La Cour des Comptes « épingle » (le mot est faible) le coût faramineux de la Présidence française de l’Union Européenne en 2008. Traduisez : du Président.

La palme de ces dépenses pharaoniques revient au « sommet » voulu par Nicolas Sarkozy et organisé à Paris au Grand Palais. Sommet, il a été, en installations somptuaires, inutiles, insultantes ; toutes transitoires : aussitôt le spectacle terminé, tout a été remballé, jeté, perdu (sans doute pas pour tout le monde) et le seul coût de l’installation et du nettoyage du Grand Palais chiffre à 4 millions d’euros . Le total de la facture s’élève à 171 millions d’euros (le quart de ce qu’on rapporté les franchises médicales qui ont accablé les plus faibles, les plus pauvres et les plus malades).

Le « détail » de la facture n’est pas moins intéressant.

Frais de « jardinières » pour la décoration du lieu : 194 000 euros.

Installation d’une douche (je dis bien : une douche, c’est à dire un truc avec de l’eau qui coule, ici agrémentée de jets multiples et d’un cadre convenant au monarque) :245 572 euros ; 1 million 600 000 francs ; 160 millions de nos bons vieux centimes.

La douche n’a jamais servie. Elle a été remballée avec le reste et si j’ai traduit la somme en anciens francs, c’est que de plus en plus, je compte sur les papy-boomers et au delà pour faire la révolution.

Les autres en ont trop vu.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel