m

J’ai présenté hier l’affaire Saint Eloi-Saint Projet à Bordeaux devant le groupe socialiste de l’Assemblée et auprès des instances nationales.

Ci-après le communiqué adressé à l’ensemble de la presse.

Une récente émission de France 2 (« Les Infilltrés ») a mis en évidence des dérives graves au sein d’une école privée hors contrat de Bordeaux : des propos racistes et antisémites dans la bouche d’enfants très jeunes et des prises de position révisionnistes de la part d’enseignants.

La liberté d’enseignement n’autorise évidemment pas de telles dérives. Elle n’autorise pas que soient enseignés à des enfants des thèses tombant sous le coup de la loi.

Le Parti socialiste ne peut que s’interroger sur la responsabilité des pouvoirs publics, au plan national comme au niveau local. L’école incriminée s’est développée dans la mouvance d’un groupe intégriste à qui le Maire de Bordeaux, Alain Juppé, a cru bon d’attribuer une église en 2002. Trois décisions de justice successives, la dernière du Conseil d’Etat, ont déclaré illégale cette dévolution. Ni le Ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, ni le Préfet de la Gironde, actuel directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, n’ont demandé l’exécution de ces décisions.

Le Parti socialiste demande, outre un renforcement des possibilités de contrôle sur les écoles privées hors contrat, que toute la vérité soit faite sur le développement à Bordeaux de groupuscules racistes et antisémites et sur la responsabilité des pouvoirs publics qui ont favorisé leur implantation et n’en ont pas contrôlé les agissements.

Voir le Communiqué de presse du Parti Socialiste : CP_PS.pdf

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel