m

J’ai inauguré jeudi 8 novembre l’EHPAD la Rose des Vents à Jassans Riott, dans l’Ain. Un établissement superbe, ouvert par le groupe ACPPA grâce à la mobilisation de tous -Etat et élus locaux- qui utilise les nouvelles technologies pour renforcer le lien entre les résidents et leurs familles. Les Tic sont un moyen de stimulation cognitive important pour les âgés. Je suis persuadée que cette utilisation des nouvelles technologies, réseaux sociaux et autres sera un apport majeur de ma génération.

Je suis intervenue aux Journées de l’Economie ce vendredi, lors d’une table-ronde intitulée « Dépendance : la réforme est-elle urgente ? »
Au côté des intervenants :
– Jena-Michel CHARPIN, inspecteur général des finances
– Agnès GRAMAIN, Professeur à l’université Paris 1
– Pierre KROLAK-SALMON, Professeur aux Hospices civils de Lyon et à l’Université Claude Bernard Lyon 1
– Jean-Paul CHAPEL, France 2
En présence de Christophe JACQUINET, directeur général de l’ARS et de Luc ALLAIRE directeur de la CNSA.
Oui la réforme est urgente, et nous allons la faire ! Nous ferons la réforme que le gouvernement précédent a annoncé maintes fois sans jamais la faire. Et nous la ferons sur les bases de la solidarité nationale.

J’ai rencontré ce vendredi 9 novembre les membres du comité de pilotage de l’Observatoire régional des actions innovantes sur la dépendance et l’autonomie (ORAIDA). Créé par l’Agence Régionale de Santé de Rhône-Alpes au printemps dernier, cet Observatoire est le premier laboratoire régional d’idées dédié à la perte d’autonomie.

Je tiens à saluer la pertinence de cette démarche et à proposer à toutes les Agences Régionales de Santé de mettre en place des observatoires de ce type. Cette initiative rejoint en effet une de mes préoccupations majeures : mieux diffuser et échanger les pratiques innovantes mises en œuvre dans les territoires, mettre en réseau à un niveau régional, puis national, les actions les plus pertinentes en matière médico sociales.

Doté d’un comité de pilotage composé des différents acteurs du champ médico-social, l’ORAIDA est un lieu d’échanges sur les bonnes pratiques du champ médico social en Rhône-Alpes, et a pour objet de valoriser et faire connaître toutes les actions innovantes susceptibles de faciliter l’accompagnement et la prise en charge du parcours des personnes en perte d’autonomie : actions de lutte contre l’isolement des âgés, initiatives de cohabitation entre étudiants et âgés, ou favorisant la transition entre domicile et maison de retraite ou EHPAD.

Ma visite à Lyon s’est achevée par la visite de la plateforme de répit Polydome. Un lieu d’échange et de convivialité dédié aux familles, aidants et patients.

Comments 1 commentaire

  1. 15/11/2012 at 21:53 Tonton flingueur

    Je salue votre détermination pour réformer la dépendance. Mais où donc allez-vous trouver l’argent pour la faire ? Si la droite ne l’a pas faite, c’était bien en raison d’un « arbitrage budgétaire », comme on dit poliment quand on est fauché. Et comme le contexte économique n’est pas meilleur aujourd’hui qu’en 2011, vous comprendrez qu’on s’interroge, non pas sur votre volonté, mais sur … ceux que vous allez devoir taxer ?

    Pour l’observatoire des innovations, je partage sans réserve votre enthousiasme, et tant qu’à faire passer des messages aux ARS, j’en profite pour les inviter à prendre part aux expérimentations de la réforme de la tarification des services d’aide à domicile, voire de les initier là où elles ne sont pas encore lancées (on peut rêver !). Allons encore plus loin dans l’innovation : si on reconnaissait enfin que les aides-soignantes et les auxiliaires de vie font, à domicile, exactement le même travail ? Si on arrêtait de séparer l’aide et le soin ? Si on créait des services, non pas « polyvalents », mais tout simplement d’accompagnement, capable de répondre à l’ensemble des besoins en aide ? Si on supprimait (pour de bon cette fois, pas en semblant) la « barrière » d’âge ? Et si on faisait de l’innovation dans le champ de l’éthique, en reconnaissant que l’aide aux personnes vulnérables est une situation d’apprentissage de l’attention à autrui ? Et si on relançait le service civil pour que les « jeunes » aident les « vieux » (ou l’inverse) ?

    Oui, assurément, l’innovation a de beaux jours devant elle dans le domaine de l’autonomie, et il serait bon qu’elle ne soit pas que technologique. Ma génération (les trentenaires) regretterait d’avoir à subir, en plus du poids de la dette, les désillusions d’un lien… virtuel.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel