m

Vendredi soir, une trentaine de riverains et commerçants des rues Fondaudège et Croix de Seguey ont répondu a l’invitation de Michèle Delaunay de se réunir afin de faire le point sur les alternatives et sur les adaptations possibles au projet de Ligne D du tramway.

Voici un panel des réactions pour ou contre le projet tel qu’il a été présenté dans l’enquête publique.

– une personne a signalé que dans tous les cas il y avait depuis 35 ans une diminution du nombre de voitures qui étaient en plus de moins en moins polluantes.

– M. KORBER et M. FAJARDIE : Projet de voie unique : « ils l’ont fait ailleurs, pourquoi pas nous ? ». Propositions de changer les arrêts : ce qui serait mieux pour les commerçants. Ils ont été très surpris de l’engouement pour leur projet et du relai des médias. « C’est une initiative citoyenne et apolitique ». 30% moins onéreuse que le projet en deux voies. Dans un seul commerce, ils ont réussi à obtenir 120 signatures de soutien à leur projet. Attention, on parle bien d’une demande et non pas d’une pétition. C’est au commissaire de l’enquête d’étudier au moins cette possibilité.

– Michel SUFFRAN : « Une rue c’est une artère de vie ». Auparavant, les rues étaient vivantes, pleines de commerce, lieu de rencontres. Avec le projet tel que présenté, la rue Fondaudège va devenir « une voie de dérivation ».

– M. GEYRE : membre de l’association « Oui au tram », « J’ai connu le tram rue Fondaudège, il y avait des magasins partout. Ils ont enlevé le tram, mis la rue à sens unique et le commerce est mort ».

– Mme IDRE : « Je préfère les moyens propres ».

– Mme MAILLET : qui vit depuis plus de 50 ans rue Croix de Seguey : « J’attends le tram avec impatience, je trouve que c’est un réel progrès ».

– Colette SUFFRAN : « Je pense que la solution de voie unique est excellente et permettrait de rallier tout le monde sur le projet ».

– Une dame : habitante de la rue Croix de Seguey, contre le tramway sous toutes les formes. « Je ne pourrais plus vivre » « Je ne veux pas me casser la figure sur les rails » « ça coupe la vie, déjà plein de gens sont partis à cause du tram ». Cette dame a eu un accident grave à cause d’un tramway.

– M. MUSSOTTE : habite la rue Duplessy depuis 40 ans. « J’ai vécu le tram de Bordeaux autrefois avec les problèmes que cela posait ». « Je pratique le tram et le bus au quotidien, et depuis la réorganisation je zappe le tram, les circuits de bus sont plus agréables et accessibles ». « Tous les jours il y a des accidents ».

– Marc COUSSY : Représente le Président du comité Caudéran Centre. « Je ne suis pas sûr que la ligne passera rue Fondaudège – rue de la Libération car nous avons les solutions techniques pour passer rue Capedeville avec beaucoup moins d’incidence qu’il n’y aurait en passant rue de la Libération ». « Oui au tram, là où il est le plus utile ». Le comité Caudéran centre a déposé un recours au Tribunal administratif, ce qui pourrait stopper la procédure de la ligne D actuelle. Cela laisserait le temps de découvrir le cadran Nord Ouest en passant par Caudéran car au bout de ce projet, on a Saint Médard, le lycée Camille Julian, Grand Lebrun, Monséjour… Il déplore qu’aucune grande réunion de concertation ne ce soit tenue sur Caudéran. D’autant que le tracé Caudéran desservirait la Cité administrative et ses 2000 employés et leurs usagers qui viennent des quatre coins de la CUB. Aujourd’hui, Caudéran représente 40 000 habitants, et selon M. LOTHAIRE « demain c’est 100 000 ». Ce tracé desservirait donc 30% de population supplémentaire en plus des scolaires.

– Richard ZEBOULON : « Je n’ai confiance ni dans les techniciens, ni dans les politiciens » « Il n’y a pas une seule voix qui se soit levée contre » « Aucun n’avait lu les 600 pages du dossier » « Les techniciens ont tout raté depuis 10 ans sur le simple tram : les dalles en alu, le pavage du cours de l’Intendance, le plan de circulation… jusqu’aux poubelles ! ». Juppé disait lors de l’inauguration du tram qu’il n’y avait aucun danger, qu’il n’y aurait pas d’accident… Michel SUFFRAN et Richard ZEBOULON ont appelé 4 fois le Cabinet de M. Vincent FELTESSE pour obtenir un rendez-vous, en vain. Ce n’est qu’après avoir envoyé un courrier qu’ils ont réussi à obtenir un lieu de rendez-vous, à l’extérieur, lors d’une visite de VF pendant laquelle ils n’ont pas pu parler.

– La gérante de « Point Nature » concernant le plan de circulation : « On ne sait même pas, nous résidents, si il y a le feu, si on déménage, c’est une véritable souricière ».

– Un couple : l’homme a fait le tour de France des accidents. Il est fondamentalement contre le tram qu’il estime trop dangereux. « Si on a supprimé le vieux tramway à Bordeaux, c’est à cause du nombre d’accidents ». « A 40km/h il faut 60 à 70 mètres au tram pour s’arrêter ».

– Une femme : pose la question de l’absence totale de vigilance des piétons. « ça suffit d’assister les gens en leur coupant tous les obstacles ». « On ne peut pas avoir un risque zéro ».

Michèle Delaunay invite tous les habitants concernés par ce projet à se rendre jusqu’à mercredi 13 juillet à la CUB, la Mairie de Bordeaux ou la Mairie du Bouscat, pour rendre compte de leurs inquiétudes et de leurs propositions dans le cadre de l’enquête publique actuellement en cours.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel