m

Michèle DELAUNAY était présente ce matin auprès des salariés et des personnes venues soutenir le GRICA, menacé de fermeture au 30 juin prochain. Ce point d’accueil Ecoute Jeunes et Parents est un lieu de prévention des conduites à risque. Les professionnels y accueillent les adolescents en mal de vivre dans un espace d’écoute et de soins, gratuit, confidentiel et anonyme. Sa fermeture constitue une atteinte de plus aux services publics. Ils sont dans leur ensemble, tous mis à mal : éducation, santé, culture, protection sociale… et à l’heure où le Gouvernement stigmate les plus défavorisés et où les plus riches s’enrichissent encore, les structures comme le GRICA ont un rôle indispensable à jouer.

Michèle DELAUNAY a interpellé le Préfet, représentant de l’Etat et le Gouvernement.

Lettre au Préfet :

Monsieur le Préfet,

L’annonce de la fermeture du GRICA, Groupement de Recherche et d’Intervention et de consultation sur les Conduites à risque pour les Adolescents, au 30 juin met un terme au travail d’une association reconnue de tous et inquiète fortement les professionnels de la santé et de l’éducation.

Le GRICA est un PAEJ (Point d’Accueil Ecoute Jeunes et Famille). Il intervient dans 20 antennes girondines. L’équipe pluridisciplinaire (professionnels de santé, de l’éducation, de l’animation et du secteur social) rencontre des adolescents en souffrance et leur famille soit environ 5000 personnes par an. Il est devenu un lieu de référence pour ces populations, avec une fréquentation en constante augmentation. Cette association parfaitement intégrée dans un réseau de partenaires multiples (établissements scolaires, missions locales, MDSI, centres sociaux, municipalités…) se voit contraint de manière incompréhensible et inacceptable de fermer ses portes au 30 juin en raison de la suppression du financement de l’Etat (250 000 euros par an).

Si cette fermeture est confirmée, la suppression de ce service public sera ressentie par tous comme un véritable gâchis du travail effectué auprès des jeunes et de leur famille, et des efforts de mise en réseau des acteurs intervenant (parents, enseignants, soignants, éducateurs…).

La confirmation de cette décision constituerait un pas de plus dans la destruction des services publics et fragiliserait plus encore une génération marquée par la perte de ses repères. Vers quelle structure se tourneraient alors les adolescents et leur famille dans la mesure où aucune autre association n’est susceptible d’assurer l’ensemble des missions du GRICA ?

Je vous remercie d’engager toute votre autorité pour que cette menace de fermeture soit levée et que le GRICA continue de bénéficier de l’indispensable soutien l’Etat.

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Préfet, mes meilleures salutations.

Michèle Delaunay


Question écrite au Gouvernement :

Madame Michèle DELAUNAY attire l’attention de Monsieur le Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé sur l’avenir des espaces Santé Jeunes, et particulièrement celui de Bordeaux.

Le GRICA, Groupement de Recherche et d’Intervention et de consultation sur les Conduites à risque pour les Adolescents, est un PAEJ (Point d’Accueil Ecoute Jeunes et Famille). Il intervient dans 20 antennes girondines. L’équipe pluridisciplinaire (professionnels de santé, de l’éducation, de l’animation et du secteur social) rencontre des adolescents en souffrance et leur famille soit environ 5000 personnes par an. Il est devenu un lieu de référence pour ces publics, avec une fréquentation en constante augmentation. Cette association parfaitement intégrée dans un réseau de partenaires multiples (établissements scolaires, missions locales, MDSI, centres sociaux, municipalités…) devra fermer ses portes au 30 juin en raison de la suppression du financement de l’Etat (250 000 euros par an).

Les PAEJ, dont l’action est pourtant reconnue efficace et indispensable pour de nombreux jeunes en situation de déshérence, sont fortement menacés par les suppressions de financement. Déjà, l’an dernier, une dizaine d’entre eux a dû fermer faute de crédits.

Face à l’urgence et la gravité de la situation du GRICA et des PAEJ, Madame Michèle DELAUNAY demande au Ministre de lui indiquer quelles sont les intentions du Gouvernement en matière de prévention de santé des jeunes et ce qu’il compte faire concrètement pour le maintien du GRICA et des missions de service public de cette association, souvent seule interlocutrice d’un public en détresse.

grica1.jpg grica3.jpg grica2.jpg

Comments 1 commentaire

  1. 22/06/2012 at 00:48 Vanessa GABRIEL

    Bonjour,

    Et aujourd’hui, il en est quoi ?

    Cordialement
    Vanessa GABRIEL

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel