m

Un drame est un drame. Et même si j’ai hésité à plaisanter sur la future nouvelle loi imaginée par Sarkozy pour recoller les morceaux épars de la schizophrénie après l’agression mortelle de ce soir, je renonce à ironiser à propos de la mort d’un homme jeune.

N’empêche que, la convocation par le Président de la République de trois ministres cet après-midi, l’annonce à grand renfort de flons flons de la réforme de l’hospitalisation psychiatrique est proprement atterante. Qu’y connait-il (rien), et si il y connaissait quoi que ce soit, qu’a-t-il besoin d’un fait divers (fût-il dramatique) pour demander qu’on examine la question ?

Au total : il nous tombera sur les genoux, dans les semaines à venir, un projet de loi, hâtivement bâti, jamais appliqué, sur l’hospitalisation psychiatrique. Les députés UMP voteront comme un seul homme (il n’y a guère de femmes) et l’on repoussera aux calendes grecques la réforme pénitentiaire, le projet de 5ème risque, et toutes matières coûtant quelque chose et ne rapportant rien aux soutiens de ce gouvernement.

Et pendant ce temps, sans nous rendre compte que les médias nous observent, pas toujours avec complaisance (litote+++), nous continuons appels au rassemblement, déclarations sur le « plus à gauche, tumeur » , rejet des alliances avec le modem pour un improbable deuxième tour de présidentielles (au rythme où l’on va) …

Schizophrénie, vous avez dit schizophrénie …

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel