m

Du bien et du mal, comme souvent. Le diable niche souvent dans les plis de la robe du bon Dieu.

Côté bon Dieu, on ne peut que partager les principes du RSA (Revenu de Solidarité Active) : il s’agit d’une prestation sociale universelle garantissant un revenu minimum aux foyers à faibles revenus et croissant avec les revenus d’activité. Il permet l’amélioration du pouvoir d’achat des travailleurs pauvres et incite à la reprise d’un emploi en creusant l’écart entre les revenus du travail et ceux du non-emploi.

Côté diable, la version initiale du projet était lourdement plombée : elle prévoyait le financement du RSA par la suppression de la prime pou l’emploi (PPE) ; ce qui équivalait à faire porter l’amélioration de la situation des travailleurs pauvres par les moins riches. Dresser l’un contre l’autre smicard et rmiste relève carrément d’un Lucifer à la fois dangereux et à courte vue. Les hurlements de la gauche lors de la présentation du projet ont fait heureusement battre le gouvernement en retraite, au profit d’une taxe sur les revenus du capital. Démonstration de mon antienne favorite : les députés d’opposition sont quand même beaucoup moins inutiles que ceux de la majorité.

Une fois écarté le péché originel de la loi, elle n’en sort pas blanche pour autant.

– le RSA fait des victimes collatérales : les personnes exclues du retour à l’emploi.
Ceux qui bénéficient des minima sociaux mais ne retrouvent pas un emploi ne connaissent aucun bonus. Le RSA abandonne les plus pauvres, chômeurs et exclus, alors que leurs revenus se dégradent : le montant du RMI ne représente plus que 60% du seuil de pauvreté contre 70% en 1995. Les minima sociaux sont en France plus bas que ceux des autres pays européens et l’intensification de la pauvreté des plus pauvres va devenir une spécialité française.

– le RSA n’améliore le retour à l’emploi même s’il en améliore un peu les conditions financières. Ne peuvent améliorer le retour à l’emploi que des mesures relatives aux gardes d’enfant, au transport, politiques de suivis personnalisés…

– les plus riches, du fait du bouclier fiscal, sont seuls à ne pas participer au financement du RSA

– Dans une entreprise, deux personnes faisant le même travail et « normalement » payées au smic ne recevront pas en fait le même salaire : celle qui est passée par la case RMI aura un bonus par rapport à son homologue entrée directement dans l’entreprise.

– le plus grave : le RSA risque de constituer une trappe à précarité et à bas salaires En en compensant partiellement les conséquences financières, le RSA encourage le développement de l’emploi précaire, du temps partiel, et des salaires les plus bas.

– le RSA ne change enfin pas radicalement la situation des plus pauvres. L’économiste Thomas Piketty a fait le calcul.
Une personne seule sans revenu touche 450 euros par mois de RMI.
Si elle trouve un emploi payé au SMIC son salaire net mensuel sera de 600 euros à temps partiel (20 heures), et 1000 euros à temps plein.
Ce salarié modeste touche une Prime Pour l’Emploi de 50 euros pour un salaire de 600 euros et 80 euros pour une salaire de 1000 euros
Outre la PPE, ce salarié s’il est à temps partiel relève du dispositif d’intéressement qui lui permet de conserver 12 mois un complément de 150 euros au titre du RMI.

Que change le RSA par rapport à ce dispositif ? pour un salaire de 600 euros, le complément passe de 150 à 200 euros et il devient permanent (et non limité à 12 mois). Cela suffira-t-il à doper les sorties du RMI ?

Au total : il n’est pas question de contrer le RSA mais de le compléter ou mieux, de l’accompagner d’une vraie réforme fiscale.

.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel