m

Il y a quelques billets de là (billets du 17 et du 26 août), j’admonestais (!) le Parti socialiste pour
– qu’il choisisse ses batailles
– qu’il formule ses enjeux de manière simple et lisible

Ni l’un, ni l’autre ne sont aisés. En particulier, la formulation de l’essentiel est un art difficile. Je m’y suis essayée dans le même temps que cette admonestation, et en tête de la liste sont venues deux exigences
-remettre en marche l’ascenceur social
-la santé, premier outil d’égalité et d’autonomie

Les deux sont liés, et le second est bien évidemment l’outil essentiel du premier. Pourquoi la mobilité sociale est-elle si importante ? Parce qu’elle est à la fois le moteur et le témoin du « moral » d’une population et la condition qu’y perdure un esprit pionnier. Dans ce sens d’ailleurs, le premier de ma liste (la mobilité sociale) est aussi l’outil du second (la santé) : les sociétés sans moteur social sont celles où les gens vont mal.

Les chiffres français sont médiocres, même si ce ne sont pas tout à fait les pires des sociétés occidentales (Royaume-Uni et Etats-Unis font plus mal). Plus de 60% des Français vivent dans un autre groupe social que leurs parents. Même si la majorité continue de progresser, ils sont toujours plus nombreux à prendre l’ascenceur social dans le mauvais sens. Vingt-cinq pour cent sont aujourd’hui embarqués dans le « déscenseur » contre 18% il y 20 ans. Dans une quinzaine d’années, les chiffres entre montée et descente s’égaliseront. Où est le progrès vers lequel tendent des années et des années de réformes, d’espoirs, de croissance ???

Le plus révoltant est que les femmes, qui ont pourtant de meilleurs résultats scolaires, sont plus nombreuses que les hommes à descendre (28,7% contre 21,9%), même si elles « montent » en même proportion qu’eux.

La démocratisation de l’enseignement (lente, difficile, inégale, mais réelle) n’a pas suffi à promouvoir l’égalisation des chances sociales. C’est un constat lourd d’interrogations.

Quoi faire pour y pallier ?

– La santé. Je sais, je radote. Mais : un enfant né dans une banlieue défavorisée de Glasgow a une espérance de vie de huit ans inférieure à un enfant né à moins de quinze kilomètres de là, dans un quartier huppé (source : OMS) .
– La redistribution des richesses : un enfant de dix ans a huit fois moins de chances de savoir lire s’il est issu d’un milieu aisé ou d’un milieu « ouvrier » (ministère de l’éducation nationale).
– L’éducation dans la petite enfance. Je reviens à l’exemple que je donnais dans les billets cités : nous devons férocement investir dans la formation des éducateurs de crèche et d’écoles maternelles, et favoriser ce mode de « garde » . Et bien d’autres mesures dans ce domaine.

Voilà en tout cas une motion que je signe des deux mains !

.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel