m

Où est le « choc de confiance » promis par mme Lagarde, dans un discours mémorable d’inconscience, lors du vote de la loi TEPA en juillet dernier ? La défiscalisation des heures supplémentaires, les exonérations diverses d’impôt, le « bouclier fiscal ».. devaient créer ce choc de confiance qui entrainerait inéluctablement une envolée de la croissance. Quen est-il six mois après ?

L’indicateur de confiance des ménages établi par l’INSEE est tombé à son plus bas niveaux des quinze dernières années. La croissance est inférieure d’un demi point aux prévisions du gouvernement et elle ne sera pas meilleure l’année prochaine.

Le gouvernement tablait sur une croissance entre 2 et 2,7 et comptait sur le chiffre le plus haut pour financer les 15 millions de coût de la loi TEPA ; elle devrait s’établir autour de 1,8%, ce qui la situe un point au dessous de nos partenaires européens

Les autres indicateurs de conjoncture, par exemple la consommation des ménages en produits manufacturés, sont en forte chute. L’année prochaine, la croissance, que le Président de la République voulait « aller chercher avec les dents », devrait être de l’ordre de 2%. Où sont le « choc de confiance » et le « choc de croissance » promis par Mme Lagarde ? Le « cercle vertueux » qui devait tirer la France vers le haut, où est-il ?

L’explication est simple : ce qui détermine la croissance, c’est d’abord la progression du pouvoir d’achat du revenu disponible. Entre 1997 et 2002, cette progression a toujours été comprise ente 3,2 et 3,5% par an, en conséquence à la fois des créations d’emploi -400 000 par an- et de la hausse du revenu individuel. Après 2002, ces chiffres sont retombés avec des fluctuations entre 1 et 2%.

Les faits et les chiffres sont têtus. Ils sont austères mais importants à analyser. La vérité est que le gouvernement n’a pas de politique économique. La lecture des journaux étrangers montre chaque jour l’étonnement et l’incompréhension de nos partenaires européens dont les résultats démontrent au contraire qu’il n’y a pas de fatalité à la récession et à la montée de l’inquiétude. Toutes les interventions de notre groupe lors de la discussion de la décision modificative du budget ont analysé les chiffres, démonté cette absence de politique et fait des propositions.

Très peu d’écho dans les médias qui se gavent au contraire de l’interrogation de Josiane Balasko « où est l’opposition ? ». La distance entre l’écho donné au travail de fond, comme c’est le cas des débats parlementaires, et le sort fait aux « petites phrases » est immense. Une journaliste de France-bleue me faisait partager hier son interrogation et son inquiétude sur cette spirale médiatique qui va au plus facile, aux « valeurs sûres » déjà starisées, plutôt qu’aux faits et à l’analyse. Il faut à chacun de nous une sacrée dose de sens critique pour peser les informations dont nous sommes abreuvés.

On le voit, l’atmosphère de ce matin est un peu à l’inquiétude. Comme Christine Lagarde, et ce doit être notre seul point commun, je pense que notre pays a besoin d’un « choc de confiance ». Il a besoin de reprendre force, de croire en ses politiques, de croire en lui-même. Cela ne peut se faire sans une politique d’égalité et d’équité (les deux mots ne sont pas synonymes, mais les deux sont nécessaires) , et par l’exemple. L’exemple personnel donné par Nicolas Sarkozy (le culte du dieu argent), la politique de creusement des inégalités et le dogme fiscal « les pauvres ne sont pas riches mais ils sont nombreux », sont tout l’inverse.

Une fois encore, je crois à la nécessité d’un nouveau modèle de société : remise en cause de la consommation aberrante, taxant les pauvres plus que les aidant à vivre, valorisation et partage des biens culturels, lutte contre la fracture sanitaire qui est la pire des inégalités … Nous sommes à l’opposé, et c’est pour moi une interrogation sans fonds.

Comments 16 comments

  1. 08/12/2007 at 11:54 marc44

    Désolé d’être hors sujet, mais amis lecteurs :
    Alain Rousset est au "rendez-vous des politiques" sur france culture, et je l’écoute depuis une heure en épluchant mes légumes, et vous pourrez l’écouter en podcast.
    Etant nantais et non aquitain, je le connaissais peu. J’ai passé une excellente heure à l’entendre donner de bonnes réponses à de bonnes questions. Vous en avez de la chance à Bordeaux, d’avoir plusieurs personnes de grande valeur ! Je suis épaté par cet entretien. En plus il aime le jardinage.

    Décidemment la seule bonne émission de politique…
    Je ré-écoutais Segolene chez Arlette Chabot en podcast, hier soir.
    De bonnes réponses aussi, mais à des médiocres questions, racoleuses, simplifiées, exigeant des réponses courtes.

    Le PS est atone ? Les journalistes bien en vue trouvent surtout facile de dire cela, c’est plus simple que des débats techniques, et puis beaucoup sont contents d’entendre.

    Marc

  2. 08/12/2007 at 11:54 marc44

    Désolé d’être hors sujet, mais amis lecteurs :
    Alain Rousset est au "rendez-vous des politiques" sur france culture, et je l’écoute depuis une heure en épluchant mes légumes, et vous pourrez l’écouter en podcast.
    Etant nantais et non aquitain, je le connaissais peu. J’ai passé une excellente heure à l’entendre donner de bonnes réponses à de bonnes questions. Vous en avez de la chance à Bordeaux, d’avoir plusieurs personnes de grande valeur ! Je suis épaté par cet entretien. En plus il aime le jardinage.

    Décidemment la seule bonne émission de politique…
    Je ré-écoutais Segolene chez Arlette Chabot en podcast, hier soir.
    De bonnes réponses aussi, mais à des médiocres questions, racoleuses, simplifiées, exigeant des réponses courtes.

    Le PS est atone ? Les journalistes bien en vue trouvent surtout facile de dire cela, c’est plus simple que des débats techniques, et puis beaucoup sont contents d’entendre.

    Marc

  3. 08/12/2007 at 12:40 Colette

    Tout à fait d’accord avec vous sur cette spirale médiatique qui va au plus facile et bien plus vendeur. Nous sommes là-dedans tous responsables, et reconnaissons que notre société -donc nous- avons laissé faire, quand ce n’est pas encouragé : apprenez le russe en 20 leçons, devenez architecte avec le logiciel machin… Etre travailleur, besogneux, éventuellement talentueux, le temps, l’effort, la difficulté à vaincre sont devenus ringards : tout, et tout de suite ! Ça n’a fait que la fortune de vendeurs de poudre de perlimpinpin, et découragé les acheteurs qui ne comprenaient pas pourquoi ils ne maîtrisaient pas le russe : frustration et colère dans le pire des cas, mais pas : la démarche n’est pas la bonne, revoyons la copie. Je suis assez persuadée que l’être humain (contemporain ?) va vers le plus facile. Cette propension a été flattée, puis a été récupérée de bien des moyens, certainement pas au profit de l’intéressé puisque cela se retourne contre lui, au finish.

    Les analyses et études sérieuses, abouties, ne sont donc ni faciles ni vendeuses, mais chacun creuse sa tombe et les rejetant. Chacun, à son niveau, a sa responsabilité, c’est ainsi que nous sommes tous acteurs, des vedettes aux figurants. Le réaliser permet de prendre conscience de son rôle, si modeste soit-il, de son existence sociale, de sa responsabilité aussi.

    Je récupère moi aussi :
    Une personne s’est fait auprès de moi l’écho d’une info passée dans les médias : meurtre, semble t-il, survenu au Grand Parc. Forcément . Stigmatisation habituelle lui ais-je répondu, population de 8000 à 9000 personnes donc… mais on dit "Grand Parc" et non rue des frères Portmann ! Un autre personne a nuancé ma réponse : on dirait aussi quartier Saint Genès, car plus parlant que rue Boisselance. D’accord. Sauf que dans le premier cas on tendrait à renforcer le cliché, et dans le second, à noter l’incongruité. Rien de gratuit dans tout cela et les médias ont leur responsabilité, ils ne peuvent revendiquer l’inconscience des effets de leurs écrits.

    Que l’on note donc, de manière plus constructive et souriante :

    CONCERT DE NOËL dimanche 9 décembre à 15.30h
    église de la Trinité au Grand Parc
    entrée 6, ouverture billetterie 14.30h

    EGUZKI LORE, chœur de femmes, chants basques
    LES ENCHANTEURS chœur d’enfants, dir. Christine Latapy

    La rubrique "agenda" de Sud-Ouest" mardi 4 décembre, signalait ce concert dans le sous titre quartier : les chartrons

  4. 08/12/2007 at 12:40 Colette

    Tout à fait d’accord avec vous sur cette spirale médiatique qui va au plus facile et bien plus vendeur. Nous sommes là-dedans tous responsables, et reconnaissons que notre société -donc nous- avons laissé faire, quand ce n’est pas encouragé : apprenez le russe en 20 leçons, devenez architecte avec le logiciel machin… Etre travailleur, besogneux, éventuellement talentueux, le temps, l’effort, la difficulté à vaincre sont devenus ringards : tout, et tout de suite ! Ça n’a fait que la fortune de vendeurs de poudre de perlimpinpin, et découragé les acheteurs qui ne comprenaient pas pourquoi ils ne maîtrisaient pas le russe : frustration et colère dans le pire des cas, mais pas : la démarche n’est pas la bonne, revoyons la copie. Je suis assez persuadée que l’être humain (contemporain ?) va vers le plus facile. Cette propension a été flattée, puis a été récupérée de bien des moyens, certainement pas au profit de l’intéressé puisque cela se retourne contre lui, au finish.

    Les analyses et études sérieuses, abouties, ne sont donc ni faciles ni vendeuses, mais chacun creuse sa tombe et les rejetant. Chacun, à son niveau, a sa responsabilité, c’est ainsi que nous sommes tous acteurs, des vedettes aux figurants. Le réaliser permet de prendre conscience de son rôle, si modeste soit-il, de son existence sociale, de sa responsabilité aussi.

    Je récupère moi aussi :
    Une personne s’est fait auprès de moi l’écho d’une info passée dans les médias : meurtre, semble t-il, survenu au Grand Parc. Forcément . Stigmatisation habituelle lui ais-je répondu, population de 8000 à 9000 personnes donc… mais on dit "Grand Parc" et non rue des frères Portmann ! Un autre personne a nuancé ma réponse : on dirait aussi quartier Saint Genès, car plus parlant que rue Boisselance. D’accord. Sauf que dans le premier cas on tendrait à renforcer le cliché, et dans le second, à noter l’incongruité. Rien de gratuit dans tout cela et les médias ont leur responsabilité, ils ne peuvent revendiquer l’inconscience des effets de leurs écrits.

    Que l’on note donc, de manière plus constructive et souriante :

    CONCERT DE NOËL dimanche 9 décembre à 15.30h
    église de la Trinité au Grand Parc
    entrée 6, ouverture billetterie 14.30h

    EGUZKI LORE, chœur de femmes, chants basques
    LES ENCHANTEURS chœur d’enfants, dir. Christine Latapy

    La rubrique "agenda" de Sud-Ouest" mardi 4 décembre, signalait ce concert dans le sous titre quartier : les chartrons

  5. 08/12/2007 at 12:47 michele

    à Marc : j’ai écouté comme vous Alain Rousset, sur "France cul" dont je ne saurais manquer une fois de plus de vanter le compagnonnage. France cul accompagne à merveille les actes de la vie simple.

    AR a été lui même simple, limpide en parlant de la politique régionale. Oui je recommande l’écoute en "post cast" (en français : en différé) à ceux qui l’ont manqué.

    J’ai accompagné Ségolène sur le plateau de france 2. En effet beaucoup de mauvaises questions, mais aucune mauvaise réponse. Assurance (à part le premier quart d’heure sous l’excès de questions relatives à François Hollande), gaieté quand il convenait, très bon positionnement en face de la politique du gouvernement, cette rentrée politique a été peu commentée le lendemain et c’est dommage.

  6. 08/12/2007 at 12:47 michele

    à Marc : j’ai écouté comme vous Alain Rousset, sur "France cul" dont je ne saurais manquer une fois de plus de vanter le compagnonnage. France cul accompagne à merveille les actes de la vie simple.

    AR a été lui même simple, limpide en parlant de la politique régionale. Oui je recommande l’écoute en "post cast" (en français : en différé) à ceux qui l’ont manqué.

    J’ai accompagné Ségolène sur le plateau de france 2. En effet beaucoup de mauvaises questions, mais aucune mauvaise réponse. Assurance (à part le premier quart d’heure sous l’excès de questions relatives à François Hollande), gaieté quand il convenait, très bon positionnement en face de la politique du gouvernement, cette rentrée politique a été peu commentée le lendemain et c’est dommage.

  7. 08/12/2007 at 12:56 Eric

    le cafard doit être contagieux comme le temps gris. Comme vous, je déplore cette promesse d’un élan et d’une rupture qui n’a pas été tenue, tout au contraire. Lequel de nos ministres donne envie de le suivre, lequel peut constituer un exemple, sans parler du président : laporte, lagarde, kouchner, dati ???

    C’est de la discrimination à l’envers, mais le regret est double pour rachida dati, car elle pouvait porter l’espoir des jeunes des banlieues, en particulier des femmes, et de ceux qui se sentent exclus. Elle passe complètement à côté par sa personnalité, ses lois précipitées, sa méconnaissance des personnes. Quel dommage !

  8. 08/12/2007 at 12:56 Eric

    le cafard doit être contagieux comme le temps gris. Comme vous, je déplore cette promesse d’un élan et d’une rupture qui n’a pas été tenue, tout au contraire. Lequel de nos ministres donne envie de le suivre, lequel peut constituer un exemple, sans parler du président : laporte, lagarde, kouchner, dati ???

    C’est de la discrimination à l’envers, mais le regret est double pour rachida dati, car elle pouvait porter l’espoir des jeunes des banlieues, en particulier des femmes, et de ceux qui se sentent exclus. Elle passe complètement à côté par sa personnalité, ses lois précipitées, sa méconnaissance des personnes. Quel dommage !

  9. 08/12/2007 at 16:43 Rosa et Missie

    j’ai apprécié que ségolène cite votre travail sur la politique de l’âge et qu’elle situe ce problème parmi les priorités politiques ; cela avait été trop oublié , de part et d’autre, dans la campagne présidentielle.

  10. 08/12/2007 at 16:43 Rosa et Missie

    j’ai apprécié que ségolène cite votre travail sur la politique de l’âge et qu’elle situe ce problème parmi les priorités politiques ; cela avait été trop oublié , de part et d’autre, dans la campagne présidentielle.

  11. 08/12/2007 at 17:47 M.V.

    A.Juppé pratique l’ouverture à sa façon, il brouille le message et les repères; cette tactique peut être très efficace. Pour la 2ème fois sur FR3, je le vois et l’entends annoncer d’un air avenant (en nommant les personnes, Rousset, Veltesse), que la droite et la gauche travaillent la main dans la main pour le grand projet de BX (le fer de lance étant BX capitale européenne de la culture, ce qu’elle ne sera pas, le choix est déjà fait). Si la droite et la gauche c’est du pareil au même…autant ne pas changer! On est dans l’intox, mais pas dans le hasard.
    Dans le livre de S.Royal, le chapitre sur "la machine de l’adversaire…" brosse un tableau très précis de la stratégie sarkozienne dont la philosophie tient dans l’adage "qu’importe les moyens, seul le résultat compte". Devant une telle organisation aussi préméditée, rationnelle, méticuleuse, cynique (décomplexion oblige), on doit se demander quelle est l’arme de la riposte. Doit-on utiliser les mêmes méthodes en se rabaissant, ou bien rester dans un affrontement oû l’éthique et l’honneur auront encore leur place? C’est plutôt ce que préconise S.Royal.

    D’ores et déjà, tout est quadrillé, manipulé, verrouillé; les aboyeurs publics (concert de "grandes gueules",avec, aux pupitres, des intellectuels, des économistes, des experts en statistiques, des historiens, etc…), occupent tout le champ médiatique. L’opinion publique, elle, est trompée mais contente (2 personnes sur trois veulent le rachat des RTT…); qui souhaite à l’instar de Michèle , l’équité, l’égalité? personne; chacun ne voit que son intérêt strictement personnel, dans un court terme; c’est pour cela que N.S. plait. Voilà pour les socialistes un point à élucider.

    A Bordeaux, on peut encore quelque chose, les atouts existent, et cela pourrait faire levier; mais attention à l’intox sournoise.

    A Bordeaux, on peut encore faire quelque chose, car les atouts sont là

  12. 08/12/2007 at 17:47 M.V.

    A.Juppé pratique l’ouverture à sa façon, il brouille le message et les repères; cette tactique peut être très efficace. Pour la 2ème fois sur FR3, je le vois et l’entends annoncer d’un air avenant (en nommant les personnes, Rousset, Veltesse), que la droite et la gauche travaillent la main dans la main pour le grand projet de BX (le fer de lance étant BX capitale européenne de la culture, ce qu’elle ne sera pas, le choix est déjà fait). Si la droite et la gauche c’est du pareil au même…autant ne pas changer! On est dans l’intox, mais pas dans le hasard.
    Dans le livre de S.Royal, le chapitre sur "la machine de l’adversaire…" brosse un tableau très précis de la stratégie sarkozienne dont la philosophie tient dans l’adage "qu’importe les moyens, seul le résultat compte". Devant une telle organisation aussi préméditée, rationnelle, méticuleuse, cynique (décomplexion oblige), on doit se demander quelle est l’arme de la riposte. Doit-on utiliser les mêmes méthodes en se rabaissant, ou bien rester dans un affrontement oû l’éthique et l’honneur auront encore leur place? C’est plutôt ce que préconise S.Royal.

    D’ores et déjà, tout est quadrillé, manipulé, verrouillé; les aboyeurs publics (concert de "grandes gueules",avec, aux pupitres, des intellectuels, des économistes, des experts en statistiques, des historiens, etc…), occupent tout le champ médiatique. L’opinion publique, elle, est trompée mais contente (2 personnes sur trois veulent le rachat des RTT…); qui souhaite à l’instar de Michèle , l’équité, l’égalité? personne; chacun ne voit que son intérêt strictement personnel, dans un court terme; c’est pour cela que N.S. plait. Voilà pour les socialistes un point à élucider.

    A Bordeaux, on peut encore quelque chose, les atouts existent, et cela pourrait faire levier; mais attention à l’intox sournoise.

    A Bordeaux, on peut encore faire quelque chose, car les atouts sont là

  13. 08/12/2007 at 20:07 dominique poirier

    deux bons points pour les camarades, un parcours sans faute pour Ségolène, et c’était difficile face à une Arlette Chabot obnubilée par les problèmes de couple , lui coupant sans arrêt la parole mais elle a tenu bon. Pas de critique stérile du gouvernement actuel mais des explications claires et des propositions concrètes.Sûrement un signe de sa bonne performance, son livre rencontre un franc succès et en grande surface les gens l’achètent.
    Pour ce qui est des compétences de Michèle sur la politique de l’âge nous n’en doutons pas, mais c’est bien qu’elle soit citée sur l’antenne nationale ! Pour sur, les français vont savoir qu’elle "s’appelle Michèle Delaunay".
    Pour ce qui concerne Alain ROUSSET sur France 3 également un parcours sans faute , chaque sujet est maitrisé et c’est avec un calme olympien que notre candidat répond aux journalistes.
    Bordeaux a des candidats de qualité et cette ville a besoin d’eux!!

  14. 08/12/2007 at 21:26 martine

    pas de choc de confiance c’est certain, mais qui y avait cru?
    c’etait une formule facile comme le "travailler plus…"; beaucoup de formules faciles et beaucoup de complaisance mediatique pour porter ces "bonnes paroles".
    Ce qui reste cependant comme marque de tous ces discours je pense, c’est l’ideologie du "fric", de l’argent roi où la Rolex, Bernard Arnaud, les Yachts, Prada….sont associés, dit-on "sans complexe", et sans aucune question, à l’Institution "Republique".
    Le "sans complexe" est bien sur une modernité!!!

    La modernité, si modernité il doit y avoir, passera je le pense plutôt par un refus de ce "tout fric", et par l’ardente obligation dans laquelle nous sommes de prendre en compte la planète (cad l’ecologie) et le sud de cette même planete( cad l’equité) !!!!
    J’ai ecouté Ségolène Royal dans "à vous de juger" et je pense vraiment que cette femme politique incarne cette autre politique, qu’elle en a le courage et le talent pour le faire.
    J’espère que les socialistes sauront le voir et l’aider.
    Je pense que vous êtes aussi de cette trempe là Mme Delaunay et personnellement je compte sur votre participation à cet ouvrage!

  15. 08/12/2007 at 21:52 Nicolas D

    Un peu éloigné du sujet mais pas complètement.

    Le PS n’aurait-il pas intérêt à communiquer fortement sur le détricotage des 35 heures ? Qu’en reste-il aujourd’hui ? Nous devrions clairement dire qu’il n’en reste rien !! Ainsi la droite ne pourrait plus dire "l’économie va mal, c’est à cause des 35 heures"
    Il faut stopper cet argument démagogique et qui ne repose sur plus aucun fondement.

  16. 09/12/2007 at 12:13 Gérard ELOI

    Bonjour,

    "Un discours mémorable d’inconscience " de Lagarde : la citation est formidable, Michèle, ainsi que ta démonstration du fait qu ‘il n’ y a rupture que du "choc de confiance" et du "choc de croissance".

    Au lieu de croissance, il y a récession à tous points de vue !
    Récession : un mot cité également sur le blog de Najat Belkacem ( PS, comité de DA, Lyon). Dans le commentaire 19 qu’elle ajoute en réponse aux contributeurs à son billet intitulé "Vent mauvais sur la culture", elle conclut : "On n’arrête pas la récession".
    Constat implacable,…dans un billet dont le titre "Vent mauvais…" me rappelle le "Vent fort" évoqué dans un livre d’ Alec Covin, "Les loups de Fenryder". Un "Vent fort" que l’on peut imaginer avoir un rapport avec "Les Arcanes du chaos" de Chattam. La conclusion que l’on en tire fait froid dans le dos : et si tout cela (donc, la situation actuelle en France aussi) était orchestré par les " Maîtres du monde" ?
    Quels maîtres du monde ? Suffit de taper les mots sur Google.

    Peut-être que je diabolise trop…Mais s’il y a un certain % de vérité dans mes élucubrations, le travail de nettoyage auquel s’attaquent Michèle et quelques personnes honnêtes et motivées est encore plus énorme qu’on aurait imaginé…

    Dans son billet,Michèle parle de "spirale médiatique qui…" (voir plus haut les mots exacts). On peut dire aussi, en parlant de certains medias : mensonges et manipulations.
    Il y a manipulation au niveau mondial. Je rapproche des éléments déjà cités un vieux bouquins de Robert Charroux, justement intitulé "Les maîtres du monde"…S’il a eu son succès à une époque (on en parle encore sur Google), il a accompli une partie des dégâts escomptés.

    Tout çà n’est pas très réjouissant. Mais pour sortir d’une triste époque, il faut en connaître toutes les causes, toutesles "racines du mal"…

    Amicalement, et bon WE

    GE

Répondre à Rosa et Missie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel