m

La vie politique est compliquée, quelquefois amusante, et certainement pas inutile. La défense de la ligne 15, désservant le vaste quartier du Grand Parc par huit arrêt distincts et le mettant à portée d’arbalète de l’hyper centre ville en est l’illustration. Je me permets de renvoyer au billet précédent sur le sujet (« Grand Parc : défense de la ligne 15 ») et à ses nombreux commentaires.

Rappelons une fois encore que c’est la CUB qui gère les déssertes d’autobus, le tram… Mais à Bordeaux comme ailleurs, sur ce sujet comme tous les autres problèmes communautaires, la CUB agit en concertation avec le Maire de la commune et ne va pas en opposition avec lui. Il en avait été ainsi du projet de suppression.

A l’approche de sa concrêtisation, je me suis adressée, autant par un courrier argumenté que par contact personnel, au Président Feltesse pour montrer combien le maintien était nécessaire à la pleine participation du Grand Parc au coeur de la ville et que l’on devait en outre tenir compte du nombre important de personnes pour lesquelles un surcroît de marche à pied et un transport non direct étaient réellement problématiques.

Vincent Maurin, conseiller municipal communiste de Bacalan, est également intervenu. Nul autre.

Brutalement, le Maire de Bordeaux a changé de position et s’est déclaré favorable au maintien. Nulle trace dans les archives de la CUB d’une levée de sourcil de sa part avant ce revirement.

Alors qu’elle en est la raison ? L’action des deux élus a été importante, mais plus encore celle des habitans du Grand Parc qui se sont élevés en bon ordre, non dans un intérêt communautariste, mais en prenant réellement compte des données objectives : nombre de déssertes au Grand Parc, temps de marche jusqu’à l’arrêt de tram pour de nombreux groupes d’habitation, pourcentage de la population âgée, absence de tout lieu culturel ou festif dans le quartier…

Le caractère ordonné, structuré, de cette démarche citoyenne est due à l’association « Villages de ville ». Je n’ai pas voulu la citer, en dehors de ce blog, sur aucun document écrit, pour ne paraître d’aucune façon « récupérer » une association pleinement indépendante.

Restons vigilants. De nouvelles propositions vont être faites à l’initiative de la CUB mais la volte face de la Mairie de Bordeaux laisse bien augurer de leur accueil.

Bel exemple de la « Responsabilité Sociale des Citoyens », sujet bien souvent abordé dans ce blog. Il est à la fois l’essence et la finalité de la politique.

Comments 6 comments

  1. 12/11/2007 at 15:51 Vérité

    Nous apprenons par la presse que des négociations sont en cours avec les Verts. Toujours d’après la presse, ces négociations portent à la fois sur la composition des listes municipales, mais aussi sur les cantons bordelais. Nous comprenons tout à fait l’intérêt politique majeur qui consiste à présenter une liste regroupant l’ensemble des forces de gauche face à Alain Juppé ; la victoire est à notre portée. Au même titre, dans le contexte politique de notre ville, plusieurs cantons sont également gagnables par notre parti. Dans la période difficile que nous traversons, avec des débats internes qui sont peu compréhensibles pour les électeurs et qui nuisent à l’expression politique de la gauche, nous n’avons pas intérêt à renoncer à nos propres couleurs. En effet, elles nous permettent, en contact direct avec nos concitoyens, de marquer clairement notre opposition à la politique de déconstruction sociale du gouvernement de droite et de renforcer notre parti en lui donnant plus d’élus. Dans les cantons de Bordeaux, aussi, la victoire est à notre portée.
    C’est dans ce contexte que se préparent les élections à Bordeaux et nous avons peu de temps pour convaincre les Bordelais d’oser changer radicalement de projet pour leur ville. Ce combat est déjà entamé.
    Il nous paraît donc important de marquer l’opposition de l’ensemble des militants socialistes bordelais sur ce qui apparaitrait comme une manœuvre d’appareil.
    Nous sommes des militants qui avons des différents, parfois, dans le parti, mais qui savons que ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous sépare.
    Nous sommes des militants qui avons œuvré derrière Michèle Delaunay et qui avons contribué avec conviction au score de Ségolène Royal à Bordeaux.
    Nous sommes des militants qui avons tenu le pavé bordelais au travers d’échéances particulièrement difficiles : municipales anticipées, présidentielles et législatives qui ont mené à la victoire que l’on sait.
    Dans les discussions actuelles avec les partis de la gauche, nous faisons confiance à notre direction fédérale, pour aboutir à une position juste pour gagner la ville et les cantons.
    Nous avons assisté à la présentation de nos candidats ; nous allons les élire la semaine prochaine ; ils sont heureusement déjà sur le terrain pour faire avancer nos idées et assurer nos victoires. Personne ne comprendrait un éventuel abandon de ces combats au profit d’autres partis, même de gauche.
    Pour toutes ces raisons, nous, militants et élus bordelais, refusons ce marchandage et porterons vers la victoire les couleurs de notre Parti à Bordeaux et dans ses cantons.

  2. 12/11/2007 at 16:31 pticom

    si on reprend juste le canton du grand parc ou en principe ni michèle ni Chantal Bourragué ne se présentent, je ne vois rien de choquant à avoir une candidature verte en titulaire et un militant ps comme suppléant, idem pour d’autres cantons….
    si nous n’avons pas compris la leçon avec nos camarades partis en 2002 voir chevènement ou en 2007 voir le modem, mon ou ma cher vérité , vous avez la mémoire courte : le nombrilisme ne nous permettra pas de gagner et n’oubliez pas que des voix modem ont permis de faire élire plusieurs députés socialistes, je ne suis pas du tout un inconditionnel d’hurmic ou de mamère mais il faut les respecter diantre !!!
    en tout cas s’il faut aller tracter au gd parc, vert ou rose j’en serai sil y a besoin de mains !!

  3. 12/11/2007 at 22:34 Colette

    Quel Bordelais d’un autre quartier va encore au Grand Parc ? Mais si, Sylvie, il y en a encore, peut-être un peu en cachette, parce que ça ne fait pas chic !

    D’abord certains d’entre eux, qui habitent entre le Grand Parc et le Jardin Public, et qui amènent leurs enfants au centre d’animation, pour des cours de musique assez appréciés.

    Ensuite tous ceux qui viennent régulièrement à la bibliothèque municipale locale dont la renommée n’est plus à faire : c’est l’une des meilleures de Bordeaux, et il faut venir à l’avance pour avoir une chaise quand un auteur vient présenter un ouvrage, ou participer à un débat.

    Ensuite encore, ceux qui ont été un jour touchés par la beauté de l’église de la Trinité, dont l’intérieur est aussi souriant, harmonieux, pur et beau dans ses lignes et matériaux que l’extérieur est minimaliste, discret, sobre, presque laïc dans cette cité qui fut si industrieuse, vivante. L’église est là, ne s’impose pas. Elle accueille. Hâvre de paix et de quiétude, très belle architecture du XXème siècle, la Trinité attire plus de gens venant d’autres quartiers que l’on ne pourrait le croire. Ils ont un jour découvert, et reviennent. A Pâques, Max Mitau créa de fort belles toiles qui ornèrent les murs de l’église. Un concert marqua l’inauguration. Sud Ouest s’en fit l’écho.
    "Le Grand Parc, quartier artistique" titra l’an passé, je crois, ce même Sud Ouest ; Annette Messager, artiste plasticienne qui expose dans les grands musées mondiaux, représentait la france et obtint en effet le prix de la biennale de Venise. La même Annette Messager dont une oeuvre de jeunesse se dresse sur un mur du Grand Parc. En ce temps là, il y eût beaucoup d’ambition, et de flair sans doute, pour ce quartier.

    Un peu plus au ras du sol, quatre terrains de tennis sont régulièrement utilisés par des "non locaux" qui sont bien contents de profiter de l’aubaine.
    Ces tennis sont au coeur d’un ensemble d’espaces verts qui représentent 10 hectares, des boulevards jusqu’au tram. Dix hectares, c’est, grosso modo, la superficie du Jardin Public. Les tempêtes, le vieillissement, les maladresses et dénaturations diverses lui ont fait du tort. Bien toiletté, bien revitalisé, c’est pourtant un poumon de plus pour les bordelais. Certains, rares il est vrai, y viennent pique niquer : les cyclistes qui s’aventurent, le premier dimanche du mois, et les étudiants de l’école d’architecture, dont c’est un passage obligé, riche de découvertes et prospectives.

    Par contre, et vous avez raison de le noter, c’est important, deux grands équipements structuraient et attiraient fortement vers le Grand Parc : la piscine, belle architecture nette, grands bassins qui permettaient de vraiment nager. Ses compétitions régionales aussi, qui attiraient pas mal de monde. Jean Boiteux, ancien champion olympique, a expliqué tout l’intérêt sportif de cette piscine, s’est battu pour la sauver. Vainement.
    La Salle des Fêtes, troisième belle architecture au fort caractère, dont l’acoustique était excellente, et que tous ceux qui l’ont connu évoquent de la même façon : c’en est presque un mythe.

    Et ça, c’est fini. La piscine va devenir, après une longuissime absence, une sûrement agréable et ludique "piscine de quartier" qui en laissera malgré tout plus d’un à la porte, l’été. La Salle des Fêtes, après une tout aussi longue fermeture devrait devenir la maison de l’emploi de Bordeaux. C’est assurément moins festif, moins joyeux, et on n’y viendra pas avec le même enthousiasme. Dommage pour l’image du quartier.

    Ces deux lieux avaient vocation, dès l’origine, à créer le brassage de population entre la cité toute nouvelle et les autres quartiers, voire d’autres villes. C’était très sain. Sans eux, et aussi en lien avec d’autres facteurs, peu à peu, un risque de ghettoïsation pourrait bien s’installer. Si l’on n’y prend garde, on risque fort de passer aussi à côté de l’intérêt urbain et patrimonial de ce quartier qui fut très novateur. C’est souvent ainsi : on a un train de retard. Qui se souciait des quartiers historiques bordelais dans les années 60/70 ?

  4. 13/11/2007 at 09:06 Morrison

    Je suis ce blog de puis quelques temps quand même. Avec des commentaires et des réponses à ces com souvent pertinents ! bien ! mais… & oui, il y a toujours un mais, j’ai suivi ces derniers temps les remous qu’ont pu provoquer la disparition programmé du 15 et vu tout le boulot abattu par cet assoce : villages de ville ! et à part dans le post de M.Delaunay, je vois que nul n’y fait référence ! ô stupeur !
    Je les ai bien vus, entendus, été à toutes leurs réunions et surement à la prochaine.
    Pour le moment, toutes sortes d’infos sont mises en lignes sur leur site et c’est chez eux que je prends mes marques pour avoir un suivi de l’évènement "15".
    Et jusque là, je n’ai pas été déçu par le nombre d’infos que j’ai pu y récupérées et qui m’ont tenu au courant !

  5. 13/11/2007 at 14:19 G. C.

    à Morrison
    Remontez un peu le temps et reprenez le billet du 30 octobre "Grand Parc, défense de la ligne 15" : Villages de ville et son action sont citées à la fois dans le billet lui-même, par M. Delaunay puis dans plusieurs commentaires, d’une manière ou d’une autre : commentaires numéros 12, 15, 16, 17, 20.
    Un des comptes-rendu de Villages de Ville est intégralement repris, avec nom de l’association, et signature de l’auteur.
    Un lien a été mis, il suffit de cliquer dessus pour trouver le site correspondant.

    N’oubliez pas que les commentaires sont ici ouverts à tous, pas aux seuls habitants de Grand Parc, ni d’ailleurs aux riverains, du Bouscat, que l’on oublie d’ailleurs un peu, ni même aux seuls Bordelais. Les blogueurs de Nantes ou de Mulhouse, ici souvent présents, ne vont peut être pas être très pointus sur le "qui fait quoi", à propos de la ligne 15 !
    Est-ce d’ailleurs bien le problème, et le sujet du débat "ligne 15, transports publics" ?

  6. 13/11/2007 at 20:58 C'est tout chaud !

    Suite aux dernières nouvelles reçues, "Villages de Ville" fait une nouvelle réunion "bus 15" en mairie annexe du Grand Parc, place de l’Europe, demain 15 novembre à 18 heures. Le point sera fait

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel