m

Le scoop du jour n’est pas un scoop : Alain Juppé conduira la liste UMP aux prochaines municipales de Bordeaux.

Quel suspense ! Nous vivons à Bordeaux depuis plusieurs années dans la mise en scène des départs et des retours d’Alain Juppé. Partira-t-il, reviendra-t-il, aujourd’hui ou demain, la tentation de Venise sera-t-elle la plus forte ou l’amour des caribous et de l’écologie au Québec ?

A chaque question, la réponse a été simple : celle d’une carrière politique soucieuse de carrière plus encore que de politique, dans ce qu’elle peut avoir d’imprévu et de visionnaire. La candidature d’Alain Juppé à sa propre succession est logique. Aucune grande perspective, nationale ou internationale ne s’offre à lui, le FMI qui aurait pu lui convenir, à été proposé à Dominique Strauss-Kahn ; si j’avais fait de la politique toute ma vie, peut-être ferais-je aujourd’hui comme lui. Ce n’est heureusement pas le cas.

Cette candidature a été mise sous le signe du renouveau et de l’ouverture. La présence d’Hugues Martin, symbole de la perpétuation des mandats de la droite, aux côtés d’Alain Juppé en est, sans aucun doute le garant.

Je renoue dans les dépèches d’agence et l’article du « Monde » informatique avec le syndrome des élections législatives, dénoncé par Ségolène : « Alain Juppé battu par les socialistes aux législatives… ». Le nom de la pimprenelle qui l’a battu ne compte pas plus qu’au moment de la campagne.

Cela m’est indifférent en soi. Cela l’est moins pour la campagne qui s’annonce. Nous pouvons gagner et il ne nous reste qu’à le faire, en appliquant mon principe favori: nous gagnerons si nous sommes les meilleurs »

Bordeaux entre aujourd’hui de plain pied dans le XXIème siècle. Bordeaux doit tenir demain sa place dans le concert des métropoles européennes. Comment pourrait-elle le faire sans une nouvelle équipe, une ouverture veritable, un projet différent, mieux en phase avec les besoins et les ambitions des Bordelais ?

Comments 32 comments

  1. 02/10/2007 at 07:31 Communiqué de Presse

    La réaction de Philippe DORTHE à la candidature de l’autre :

    Le Maire de Bordeaux vient de déclarer sa candidature à sa propre succession, quel scoop !!!

    Il annonce vouloir travailler principalement sur trois axes : la sécurité, l’écologie, la propreté.

    La droite bordelaise n’aurait-elle rien fait sur ce sujet en 60 ans ? En tous cas c’est ce que laisse entendre Alain Juppé, sur ce point nous sommes d’accord.

    Aujourd’hui les Bordelaises et les Bordelais ont besoin d’un véritable changement.

    Il est temps de mettre l’humain et le quotidien de la vie, au cœur de l’ambition bordelaise. Seul un changement radical de politique peut assurer à notre ville un autre avenir, au delà du vernis des façades, de la gestion antique des fêtes et manifestations, du sous-développement des équipements publics et du mal logement.

    En lisant le tract diffusé, dés ce soir, par le Maire de Bordeaux, on y retrouve la démarche démagogique du Président de la République.

    En limogeant l’équipe, en place depuis six décennies, en mars 2008, les électrices et les électeurs bordelais ont l’occasion historique d’amener Bordeaux dans le club des grandes capitales européennes et d’en faire la ville phare de l’Arc Atlantique.

  2. 02/10/2007 at 08:02 radical

    je partage totalement ton analyse. Cet mise en scéne permanente est la marque du mépris et de la suffisance de Mr Juppé. Il est temps comme tu le dis d’être les meilleurs

  3. 02/10/2007 at 08:49 Eric

    Un journaliste qui a assisté à la conférence de presse me dit qu’il a été frappé par le manque de souffle de l’annonce de Juppé. Décor noir dans une salle obscure, le vent Juppé paraissait déjà passé.

  4. 02/10/2007 at 08:49 Eric

    Un journaliste qui a assisté à la conférence de presse me dit qu’il a été frappé par le manque de souffle de l’annonce de Juppé. Décor noir dans une salle obscure, le vent Juppé paraissait déjà passé.

  5. 02/10/2007 at 16:39 Nicolas D

    J’ai eu droit hier soir dans ma boîte à lettres à un courrier d’Alain Juppé. Je m’y attendais, comme la plupart des bordelais.
    Deux étonnements :
    1) Il dit avoir compris que les bordelais et les bordelaises souhaitent avoir un maire à plein temps et que par conséquent il ne conservera s’il est élu que celui de maire. Trop facile ! D’ailleurs que lui reste t-il ?
    2) Il a également compris qu’il fallait pour Bordeaux une liste renouvelée, au dela des préférences politiques nationales. C’est incroyable ! Ma foi cela a du bon de se retrouver le dos au mur, il voit les choses différemment. Autrement même qu’il ne les avaient jamais vues durant toute sa longue carrière politique.
    Cette dernière semble arriver sa son terme.

  6. 02/10/2007 at 16:39 Nicolas D

    J’ai eu droit hier soir dans ma boîte à lettres à un courrier d’Alain Juppé. Je m’y attendais, comme la plupart des bordelais.
    Deux étonnements :
    1) Il dit avoir compris que les bordelais et les bordelaises souhaitent avoir un maire à plein temps et que par conséquent il ne conservera s’il est élu que celui de maire. Trop facile ! D’ailleurs que lui reste t-il ?
    2) Il a également compris qu’il fallait pour Bordeaux une liste renouvelée, au dela des préférences politiques nationales. C’est incroyable ! Ma foi cela a du bon de se retrouver le dos au mur, il voit les choses différemment. Autrement même qu’il ne les avaient jamais vues durant toute sa longue carrière politique.
    Cette dernière semble arriver sa son terme.

  7. 02/10/2007 at 17:08 Militant 2

    La réaction de Philippe Dorthe dans SO d’aujourd’hui est sidérant: alors il est de nouveau candidat à la candidature? J’y va-t-y, j’y va-t-y pas?

  8. 02/10/2007 at 17:08 Militant 2

    La réaction de Philippe Dorthe dans SO d’aujourd’hui est sidérant: alors il est de nouveau candidat à la candidature? J’y va-t-y, j’y va-t-y pas?

  9. 02/10/2007 at 17:41 Philippe V

    Avec toutes les retraites que touche déjà notre maire ( député, ministre, premier ministre, haut-fonctionnaire aux impôts, et je dois en oublier ) , peut-être que le seul mandat de maire lui suffit pour faire bouillir la marmite?

  10. 02/10/2007 at 18:00 James

    Certainement. Mais je pense qu’il y a autre chose que les rémunérations/retraites/indemnités qui intéresse quelqu’un comme Juppé – comme d’ailleurs la majorité écrasante de ceux qui "vont en politique": c’est le pouvoir (que ce soit pour réaliser quelque chose de positif, donc un pouvoir "idéaliste", ou, moins beau, le pouvoir tout court) et la possibilité de jouer un rôle public important. Pour Juppé il s’agit certainement aussi de ne pas quitter la scène politique avec un échec (j’ai entendu qu’on fait réussir à un cheval un obstacle après en avoir raté un avant de quitter le parcours…).

  11. 02/10/2007 at 18:00 James

    Certainement. Mais je pense qu’il y a autre chose que les rémunérations/retraites/indemnités qui intéresse quelqu’un comme Juppé – comme d’ailleurs la majorité écrasante de ceux qui "vont en politique": c’est le pouvoir (que ce soit pour réaliser quelque chose de positif, donc un pouvoir "idéaliste", ou, moins beau, le pouvoir tout court) et la possibilité de jouer un rôle public important. Pour Juppé il s’agit certainement aussi de ne pas quitter la scène politique avec un échec (j’ai entendu qu’on fait réussir à un cheval un obstacle après en avoir raté un avant de quitter le parcours…).

  12. 02/10/2007 at 18:15 Communiqué de Presse

    Pour Militant 2 P. Dorthe n’a rien changé à son intervention de la semaine dernière. Il soutient Rousset et ne serait candidat que dans le ces où celui-ci ne se présenterait pas.

  13. 02/10/2007 at 18:15 Communiqué de Presse

    Pour Militant 2 P. Dorthe n’a rien changé à son intervention de la semaine dernière. Il soutient Rousset et ne serait candidat que dans le ces où celui-ci ne se présenterait pas.

  14. 02/10/2007 at 18:58 Eric

    A nous maintenant de présenter notre liste et notre tête de liste. J’aurais préféré que nous soyons les premiers, mais Juppé a tiré avant nous !

  15. 02/10/2007 at 18:58 Eric

    A nous maintenant de présenter notre liste et notre tête de liste. J’aurais préféré que nous soyons les premiers, mais Juppé a tiré avant nous !

  16. 02/10/2007 at 19:19 dirtydiel

    Ce n’est pas d’être les premiers qui fait gagner, c’est d’avoir des idées valables qui répondent aux besoins de cette ville qui s’étouffe elle-même aprés 60 années vides, grises et monolithiques.

    Cela ne devrait donc pas être trop difficile de proposer une alternative à rien. Puisque tout est à faire, tout est désormais possible à Bordeaux.

    J’ose espérer avoir la surprise d’une gauche réunie et frontale qui saurait cette fois-ci saisir sa chance.

  17. 02/10/2007 at 19:45 dominique poirier

    notre candidat Alain Juppé ne sait décidément pas qu’en France il y a des gens concernés par l’écologie et le développement durable!!en effet FR3 nous présente ce soir le reportage fait par ses équipes sur le voyage d’Alain Juppé sur les terres de Terminator ou swhartzy !
    Là encore il est accompagné par son ami Hugues Martin pour y parler d’écologie!Mais je rêve une dépense de kérosène aller retour aux states pour tout ce petit monde bravo la défense de la planète!!
    Et qui paye le voyage?
    Je rappelle à Monsieur Juppé qu’il n’est pas ministre,et qu’il arrête d’aller chercher à des milliers de kilomètres des solutions pour Bordeaux.Cela devient lassant, pourquoi pas au pôle Nord voir les igloos pour parler de l’habitat social?
    Toujours autant de mépris pour ses concitoyens et il voudrait nous faire croire qu’il aime Bordeaux , les bordelais apprécieront

  18. 02/10/2007 at 19:55 James

    @ "communiqué de presse": drôle d’anonyme! Est-ce un porte-parole de PD? Ou lui-même?
    Ceci étant, PD devrait être plus précis dans ses déclarations à la presse.

  19. 02/10/2007 at 19:55 James

    @ "communiqué de presse": drôle d’anonyme! Est-ce un porte-parole de PD? Ou lui-même?
    Ceci étant, PD devrait être plus précis dans ses déclarations à la presse.

  20. 02/10/2007 at 21:59 Pascal PILET

    Je ne sais pas qui se cache derrière le pseudo de "communiqué de presse". En revanche, je crois que la réaction de Philippe DORTHE est sur le fond très juste. Pour le reste, il devient urgent qu’Alain ROUSSET se positionne en disant si oui ou non il sera candidat. La bataille est lancée, et chaque jour perdu est un cadeau fait à nos adversaires.

  21. 02/10/2007 at 21:59 Pascal PILET

    Je ne sais pas qui se cache derrière le pseudo de "communiqué de presse". En revanche, je crois que la réaction de Philippe DORTHE est sur le fond très juste. Pour le reste, il devient urgent qu’Alain ROUSSET se positionne en disant si oui ou non il sera candidat. La bataille est lancée, et chaque jour perdu est un cadeau fait à nos adversaires.

  22. 02/10/2007 at 22:08 aliciabx

    aliciabx.over-blog.com/

    Manifestation du 6 novembre 2007 :

    Intitulée la journée des masques :

    Six mois de trompe-l’œil et de mouvements erratiques.
    Six mois d’annonces et d’informations contradictoires.
    Six mois de sauts sur-place et de fumée.

    Il est temps de rappeler à l’esprit de chacun la situation actuelle :

    La situation économique s’aggrave, rien n’est fait pour créer des emplois, rien n’est fait pour prendre en main l’endettement scandaleux de la France.

    La situation sociale s’aggrave et rien n’est fait de constructif pour les petits et les sans voix, les personnes âgées et les malades, les sans domicile, les sans papiers.

    On avance une réforme de la justice qui n’en est pas une.

    On avance une réforme du système scolaire et universitaire qui n’en est pas une.

    Les grands débats sur l’environnement ne sont qu’un effet d’annonce.

    Quant à notre politique internationale…

    Le rapprochement vers le citoyen n’est qu’un masque pour endormir les critiques.

    Que de dépenses non fondées en six mois… Que de paroles vides en six mois…

    Policueil, mouvement citoyen de réflexion et de vigilance invite à manifester le 6 novembre dans toute la France.

    Une manifestation dans le silence et la dignité car nous demandons aussi le respect et la considération.

    Ce jour-là nous porterons le visage blanc et triste du mime.

    La gestuelle du mime sera notre marche de protestation.

    Informations sur :

    policueil.forumactif.info…

    Faites circuler l’information. Merci.

  23. 02/10/2007 at 22:08 aliciabx

    aliciabx.over-blog.com/

    Manifestation du 6 novembre 2007 :

    Intitulée la journée des masques :

    Six mois de trompe-l’œil et de mouvements erratiques.
    Six mois d’annonces et d’informations contradictoires.
    Six mois de sauts sur-place et de fumée.

    Il est temps de rappeler à l’esprit de chacun la situation actuelle :

    La situation économique s’aggrave, rien n’est fait pour créer des emplois, rien n’est fait pour prendre en main l’endettement scandaleux de la France.

    La situation sociale s’aggrave et rien n’est fait de constructif pour les petits et les sans voix, les personnes âgées et les malades, les sans domicile, les sans papiers.

    On avance une réforme de la justice qui n’en est pas une.

    On avance une réforme du système scolaire et universitaire qui n’en est pas une.

    Les grands débats sur l’environnement ne sont qu’un effet d’annonce.

    Quant à notre politique internationale…

    Le rapprochement vers le citoyen n’est qu’un masque pour endormir les critiques.

    Que de dépenses non fondées en six mois… Que de paroles vides en six mois…

    Policueil, mouvement citoyen de réflexion et de vigilance invite à manifester le 6 novembre dans toute la France.

    Une manifestation dans le silence et la dignité car nous demandons aussi le respect et la considération.

    Ce jour-là nous porterons le visage blanc et triste du mime.

    La gestuelle du mime sera notre marche de protestation.

    Informations sur :

    policueil.forumactif.info…

    Faites circuler l’information. Merci.

  24. 02/10/2007 at 22:26 martine

    Michèle,
    Je reviens sur un de vos billets précedents sur les tests ADN… avec une question:
    Avez-vous remarqué sur les bancs de l’assemblée combien vos collègues parlementaires sont aujourd’hui rassurés par ces tests qui ne concerneront que la filiation maternelle !!! ouf ! et l’esbrouffe a t’il un marquage ADN ?

  25. 02/10/2007 at 22:26 martine

    Michèle,
    Je reviens sur un de vos billets précedents sur les tests ADN… avec une question:
    Avez-vous remarqué sur les bancs de l’assemblée combien vos collègues parlementaires sont aujourd’hui rassurés par ces tests qui ne concerneront que la filiation maternelle !!! ouf ! et l’esbrouffe a t’il un marquage ADN ?

  26. 03/10/2007 at 09:31 JEAN-REMY

    Il nous faut de grands projets afin de faire de Bordeaux un pole attractif humain et des entreprises .Il y a des manques à nous de les combler avec des discours positifs

  27. 03/10/2007 at 09:31 JEAN-REMY

    Il nous faut de grands projets afin de faire de Bordeaux un pole attractif humain et des entreprises .Il y a des manques à nous de les combler avec des discours positifs

  28. 03/10/2007 at 16:24 M.V.

    A ne jamais définir le mot "moderne", employé par tout le monde comme argument de progrès dans un vrai dialogue de sourds, on ne sait plus oû l’on en est. Le sens le plus couramment donné à ce mot est "s’aligner", "imiter", "adopter", "s’intégrer", par rapport au modèle socio-économique (pas seulement d’ailleurs), anglo-saxon, à l’économie de marché et au système financier sans règles et sans limites. Comme si toutes les vertus , tous les progrès, tous les conforts de vie y résidaient. La réalité est tout autre; être "moderne" veut donc dire: se conformer à une idéologie qui ne tient pas ses promesses.
    La question est: "a-t-on vraiment le pouvoir de réguler un système économique et un marché financier tellement emballés à l’échelle mondiale? Au fond, qui va manger l’autre? (c’est aussi ce qu’on peut se demander avec l’ouverture politique).
    Rénover le P.S. pose cette question. Entrer dans le système en espérant le corriger ne suffit pas, et je ne vois pas quelle vertu de modernité réside là. Il y a des limites intrinsèques à la simple réforme et se couler dans le moule reste dangereux. D’autre part, la radicalité de la lutte des classes et de la révolution est sans objet. Les classes se floutent et l’individualisme induit par le politique, souhaité et revendiqué par les gens eux-mêmes, domine les mentalités. Il parait que chacun se soucie plus de son pouvoir d’achat personnel qu’il ne s’indigne de l’inégalité entre les gens.
    Il y a bien à restaurer une culture de l’humain pour mettre l’économie au service de l’homme et non l’inverse. Les problèmes écologiques et surtout leurs résolutions devraient y aider, si toutefois, les nanotechnologies ne nous prennent pas de vitesse en nous transformant en robots (certains spécialistes disent qu’il est peut-être déjà trop tard pour enrayer cette évolution), dans un monde que notre imagination reste incapable de se représenter.
    Pour éviter le vertige, soyons pragmatiques et vivons l’instant présent; mais pas n’importe comment. Les fondamentaux doivent rester les valeurs humanistes et non les dispositifs d’actions politiques déjà mises en oeuvre. A chaque situation problématique, il faut une solution inédite, qui respecte l’homme dans ses droits et sa dignité. C’est comme cela que j’ai compris le Pacte Présidentiel de S.Royal. Au local, déjà, on peut commencer à tenir cette conduite.
    Sur les grilles du jardin de l’H’ôtel de Ville de BX, une fière affiche proclame: "Ici, nous restaurons les façades du Musée…" (je ne vous conseille pas d’aller voir l’intérieur, miteux, piteux); C’est tout Juppé, tout son programme. Attention, cependant, les Bordelais aiment l’apparence, et sont peut-être tout aussi hypnotisés que beaucoup de Français actuellement.

  29. 03/10/2007 at 16:24 M.V.

    A ne jamais définir le mot "moderne", employé par tout le monde comme argument de progrès dans un vrai dialogue de sourds, on ne sait plus oû l’on en est. Le sens le plus couramment donné à ce mot est "s’aligner", "imiter", "adopter", "s’intégrer", par rapport au modèle socio-économique (pas seulement d’ailleurs), anglo-saxon, à l’économie de marché et au système financier sans règles et sans limites. Comme si toutes les vertus , tous les progrès, tous les conforts de vie y résidaient. La réalité est tout autre; être "moderne" veut donc dire: se conformer à une idéologie qui ne tient pas ses promesses.
    La question est: "a-t-on vraiment le pouvoir de réguler un système économique et un marché financier tellement emballés à l’échelle mondiale? Au fond, qui va manger l’autre? (c’est aussi ce qu’on peut se demander avec l’ouverture politique).
    Rénover le P.S. pose cette question. Entrer dans le système en espérant le corriger ne suffit pas, et je ne vois pas quelle vertu de modernité réside là. Il y a des limites intrinsèques à la simple réforme et se couler dans le moule reste dangereux. D’autre part, la radicalité de la lutte des classes et de la révolution est sans objet. Les classes se floutent et l’individualisme induit par le politique, souhaité et revendiqué par les gens eux-mêmes, domine les mentalités. Il parait que chacun se soucie plus de son pouvoir d’achat personnel qu’il ne s’indigne de l’inégalité entre les gens.
    Il y a bien à restaurer une culture de l’humain pour mettre l’économie au service de l’homme et non l’inverse. Les problèmes écologiques et surtout leurs résolutions devraient y aider, si toutefois, les nanotechnologies ne nous prennent pas de vitesse en nous transformant en robots (certains spécialistes disent qu’il est peut-être déjà trop tard pour enrayer cette évolution), dans un monde que notre imagination reste incapable de se représenter.
    Pour éviter le vertige, soyons pragmatiques et vivons l’instant présent; mais pas n’importe comment. Les fondamentaux doivent rester les valeurs humanistes et non les dispositifs d’actions politiques déjà mises en oeuvre. A chaque situation problématique, il faut une solution inédite, qui respecte l’homme dans ses droits et sa dignité. C’est comme cela que j’ai compris le Pacte Présidentiel de S.Royal. Au local, déjà, on peut commencer à tenir cette conduite.
    Sur les grilles du jardin de l’H’ôtel de Ville de BX, une fière affiche proclame: "Ici, nous restaurons les façades du Musée…" (je ne vous conseille pas d’aller voir l’intérieur, miteux, piteux); C’est tout Juppé, tout son programme. Attention, cependant, les Bordelais aiment l’apparence, et sont peut-être tout aussi hypnotisés que beaucoup de Français actuellement.

  30. 05/10/2007 at 09:27 Emile Z

    Bon, c’est bien beau toute cette littérature, mais qui est candidat au PS ? Où, un candidat ?… moi j’attends avec impatience ! il ne faudrait pas trop traîner… sinon quelqu’un écrira bien un livre…

  31. 06/10/2007 at 19:26 Jacqueline

    Pas d’accord avec vous, M.V., qui laissez déformer votre regard par quelques a priori, faites attention. L’intérieur du musée des beaux arts n’est pas "miteux piteux". Il est vieillot, un peu tristounet, et aura un de ces jours besoin d’un coup de fraîcheur, peut-être déjà dans un premier temps simplement en se posant des questions sur la couleur gris souris des salles. La collection permanente, à l’étroit dans un musée trop petit, est tout de même assez belle, et les expo ponctuelles souvent intéressantes : Bégaud il n’y a peu… Ne crachons pas dans la soupe. A l’étroit disais-je, alors que maintenant les deux ailes du musée sont ouvertes, et pas depuis tant d’années. Donc net progrès. Mais c’est insuffisant, d’accord, on le sent très bien au vu de ce qui sort des réserves à l’occasion d’expositions.
    Oui, les bordelais aiment l’apparence, ce n’est pas leur côté le plus sympathique. Néanmoins ils négligeaient presque tous les façades de leurs immeubles, noires d’un siècle et plus de crasse urbaine. Cela les arrangeait parfois, la richesse étant ainsi bien cachée dans les intérieurs cossus mais discrets. L’initiative municipale -il faut le reconnaître- a contraint les propriétaires, peu à peu, rue par rue, à entretenir leur bien et à participer ainsi à la revitalisation des quartiers et à l’ensoleillement des façades. On ne peut quand même pas reprocher à la mairie de s’appliquer cette même règle en nettoyant et restaurant les murs de ses immeubles publics !

  32. 06/10/2007 at 19:26 Jacqueline

    Pas d’accord avec vous, M.V., qui laissez déformer votre regard par quelques a priori, faites attention. L’intérieur du musée des beaux arts n’est pas "miteux piteux". Il est vieillot, un peu tristounet, et aura un de ces jours besoin d’un coup de fraîcheur, peut-être déjà dans un premier temps simplement en se posant des questions sur la couleur gris souris des salles. La collection permanente, à l’étroit dans un musée trop petit, est tout de même assez belle, et les expo ponctuelles souvent intéressantes : Bégaud il n’y a peu… Ne crachons pas dans la soupe. A l’étroit disais-je, alors que maintenant les deux ailes du musée sont ouvertes, et pas depuis tant d’années. Donc net progrès. Mais c’est insuffisant, d’accord, on le sent très bien au vu de ce qui sort des réserves à l’occasion d’expositions.
    Oui, les bordelais aiment l’apparence, ce n’est pas leur côté le plus sympathique. Néanmoins ils négligeaient presque tous les façades de leurs immeubles, noires d’un siècle et plus de crasse urbaine. Cela les arrangeait parfois, la richesse étant ainsi bien cachée dans les intérieurs cossus mais discrets. L’initiative municipale -il faut le reconnaître- a contraint les propriétaires, peu à peu, rue par rue, à entretenir leur bien et à participer ainsi à la revitalisation des quartiers et à l’ensoleillement des façades. On ne peut quand même pas reprocher à la mairie de s’appliquer cette même règle en nettoyant et restaurant les murs de ses immeubles publics !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel