m

L’anti-Sarkozy absolu vient malheureusement de mourir. Signe des temps, car même parmi nos écrivains, qui mérite ce compliment entre les compliments ?

Julien Gracq est bien sûr celui-là : amateur de silence, comme d’autres le sont de bruit et d’agitation, d’une discrétion médiatique proche de la règle monacale, préférant la culture, la réflexion et l’intelligence à tous les opposés de ces mots.

Disneyland ? Connais pas ! Jean-Marie Bigard, emmené en visite à Benoit XIII pour représenter « les artistes français » ? L’idée même aurait fait frémir Julien Gracq : la vulgarité n’a jamais suffi pour être nommé artiste.

Julien Gracq est un écrivain difficile, et je ne dirais pas que je connais familièrement son oeuvre. Mais j’admire l’homme et ce qu’il représente de distance d’ avec les fausses valeurs, de ce Dallas infiniment joué et rejoué à l’Elysée et de cette atmosphère de décadence et de fin d’un empire romain qui n’est depuis longtemps déjà plus un empire.

Bon, c’est promis, d’ici ce soir je ponds un billet plus en accord avec le calendrier…

Comments 18 comments

  1. 24/12/2007 at 16:00 Eric

    Les prix nobel se font rares en France et vous avez raison de saluer julien gracq par ce beau compliment
    il y a sans doute un rapport entre cet appauvrissement des lettres françaises et ce goût des médias que les écrivains ont de plus en plus. Tout cela est bien loin du père noël en effet !

  2. 24/12/2007 at 16:00 Eric

    Les prix nobel se font rares en France et vous avez raison de saluer julien gracq par ce beau compliment
    il y a sans doute un rapport entre cet appauvrissement des lettres françaises et ce goût des médias que les écrivains ont de plus en plus. Tout cela est bien loin du père noël en effet !

  3. 24/12/2007 at 16:05 Rosa et Missie

    Le titre du monde résume ce que nous pensons de Julien Gracq : "Mort d’un maître de l’exigence".

    Chapeau à l’exigence, à son maître et au choix de ce titre !

  4. 24/12/2007 at 16:05 Rosa et Missie

    Le titre du monde résume ce que nous pensons de Julien Gracq : "Mort d’un maître de l’exigence".

    Chapeau à l’exigence, à son maître et au choix de ce titre !

  5. 24/12/2007 at 18:12 patrice-merignac

    malheureusement s’ il faut ne vivre que 2 belles journees dans l’annee ou nous pouvons un peu oublie tous nos soucis c’est bien noel et le 31 decembre mais rapidement nous devons a nouveau reprendre nos esprits que ces 2 jours n’existent pas plus longtemps et pour beaucoup deja plus.

    noel et le 31 decembre quel belle retrouvaille en famille aupres du sapin (pas un a 80 €), de la buche de noel, des crepinettes, du bon vin du bordelais que je prefere acheter directement au producteur lors des differentes portes ouvertes, du cremant de bordeaux ( pour cela j’ai une adresse pas trop loin à haux ) pour finir le repas de plus en plus simple au fil des annees et malheuresement sans cadeaux je ne peut pas avec mon epouse penser a en faire un au 2 et demi enfants (puisque la petite soeur d’un vient aussi en garde chez nous debut janvier 2008 )que cette derniere garde les ignorer plutot que de nous en faire a nous meme et rien pour eux quel plaisir cela a ete pour eux de le ouvrir vendredi dernier de voir les parents content du geste de la chaleur humaine que cela donne de l’emotion du geste.

    il ne faut pas etre egoiste dans la vie, penser a autrui avant de penser a soit.

    je souhaite a tous de bonne fetes de noel et de st sylvestre en attendant 2008 et peut voir enfin notre monde plus juste envers tous et que chacun conprenne que autrui est aussi important que lui meme et voir reculer la misere de notre belle france.

  6. 24/12/2007 at 18:24 RF

    Bonsoir Mme Delaunay,

    Votre blog est très agréable. Les commentaires sont également appréciables.

    J’espère vous rencontrer en personne un jour.

    Benoît XIII ? Vous vouliez dire XVI. Si je me souviens bien, Benoît XIII fut un des antipapes du grand schisme d’Occident au 14e siècle.

    Bonnes fêtes !

  7. 24/12/2007 at 18:44 Jean

    Michèle,

    Comme d’habitude, tu m’as touché par des mots , des phrases justes Je déplore la mort d’une personne juste , un écrivain au sens de l’honnète homme , un admirateur d’une Loire où le ciel se confond avec le fleuve.
    Il était, il est l’antiSarko par excellence.
    Que de boulot auras tu quand au bout de ces 4,5 années , il faudra avec d’autres femmes ou hommes politiques dignes de ce nom comme le fut mon maître Roger Quilliot, remettre en ordre de marche notre France, humaniste, républicaine et laïque aprés le pouvoir de cette savonnette qui nous a été vendue un 6 mai 2007.
    Continues Michèle.

  8. 24/12/2007 at 18:44 Jean

    Michèle,

    Comme d’habitude, tu m’as touché par des mots , des phrases justes Je déplore la mort d’une personne juste , un écrivain au sens de l’honnète homme , un admirateur d’une Loire où le ciel se confond avec le fleuve.
    Il était, il est l’antiSarko par excellence.
    Que de boulot auras tu quand au bout de ces 4,5 années , il faudra avec d’autres femmes ou hommes politiques dignes de ce nom comme le fut mon maître Roger Quilliot, remettre en ordre de marche notre France, humaniste, républicaine et laïque aprés le pouvoir de cette savonnette qui nous a été vendue un 6 mai 2007.
    Continues Michèle.

  9. 24/12/2007 at 21:17 M.V.

    Il y a quelques jours, Karfa Dialo, en nous invitant à partager une mémoire, une commémoration en l’honneur des victimes de la traite négrière, précisait que la repentance ne nous était pas demandée, car , insensé serait de nous charger des fautes commises par nos aïeux. Son tact m’a émue.
    Je suis convaincue que cette précaution est un effet du discours de Sarkozy. N.S. nous ressasse que la repentance est nuisible, car elle abaisse l’estime de soi nécessaire à la performance. Au delà de l’évidence du propos, il faut comprendre que c’est le surmoi qui est en cause, qui doit être aboli. Ne pas céder à la repentance, c’est aller à l’encontre de la civilisation qui exige la régulation des pulsions.
    La repentance me semble nécessaire, bien gérée pour éviter la culpabilisation, suffisante pour laisser à chacun sa part de responsabilité. Nous avons le devoir de la maîtrise de soi, du respect de l’autre, du jugement critique face aux discours qui sont des SEMBLANTS.
    Il faut y penser en cette nuit de Noël, fête de la lumière, qui au solstice d’hiver vient nous redonner espoir.

  10. 24/12/2007 at 21:17 M.V.

    Il y a quelques jours, Karfa Dialo, en nous invitant à partager une mémoire, une commémoration en l’honneur des victimes de la traite négrière, précisait que la repentance ne nous était pas demandée, car , insensé serait de nous charger des fautes commises par nos aïeux. Son tact m’a émue.
    Je suis convaincue que cette précaution est un effet du discours de Sarkozy. N.S. nous ressasse que la repentance est nuisible, car elle abaisse l’estime de soi nécessaire à la performance. Au delà de l’évidence du propos, il faut comprendre que c’est le surmoi qui est en cause, qui doit être aboli. Ne pas céder à la repentance, c’est aller à l’encontre de la civilisation qui exige la régulation des pulsions.
    La repentance me semble nécessaire, bien gérée pour éviter la culpabilisation, suffisante pour laisser à chacun sa part de responsabilité. Nous avons le devoir de la maîtrise de soi, du respect de l’autre, du jugement critique face aux discours qui sont des SEMBLANTS.
    Il faut y penser en cette nuit de Noël, fête de la lumière, qui au solstice d’hiver vient nous redonner espoir.

  11. 24/12/2007 at 22:07 michele

    Cher Rf, c’était pour voir si vous suiviez…
    Bien sûr que non, mon erreur de baptiser benoit XVI en Benoit XIII est une erreur de son, et je me rends compte avec amusement. La langue, je l’écoute avant de la parler, et la parenté de son des mots me raconte beaucoup de belle histoires (l’amour-la mort est la parenté la plus célèbre.
    Merci d’avoir noté cette erreur, merci à tous de ces commentaires si proches de la vie, si proches de la culture, cette belle dualité de la vie

  12. 24/12/2007 at 22:07 michele

    Cher Rf, c’était pour voir si vous suiviez…
    Bien sûr que non, mon erreur de baptiser benoit XVI en Benoit XIII est une erreur de son, et je me rends compte avec amusement. La langue, je l’écoute avant de la parler, et la parenté de son des mots me raconte beaucoup de belle histoires (l’amour-la mort est la parenté la plus célèbre.
    Merci d’avoir noté cette erreur, merci à tous de ces commentaires si proches de la vie, si proches de la culture, cette belle dualité de la vie

  13. 25/12/2007 at 10:53 K

    @ M.V.
    Repentance, culpabilisation: vaste sujet. Faisant partie de la nation qui a déclenché la 2e Guerre mondiale avec ses 55 millions de morts et a mis en oeuvre l’extermination de 6 millions de juifs, gitans, homosexuels, né juste avant la guerre, fils d’un père qui exerçait des fonctions qui lui ont épargné de porter l’uniforme mais qui ont fait qu’il a été forcé d’adhérer au parti nazi pour protéger sa famille et qu’il portait ce traumatisme jusqu’à la fin de sa vie… j’éprouve tout simplement de la HONTE de ce qui a été fait par "ma nation". Un de nos présidents fédéraux a me semble-t-il trouvé la formule juste: il ne voulait parler de "culpabilité collective" mais de "honte collective". Je sais que dans les deux cas on a tendance de vouloir (se) cacher "son" histoire, ce que j’ai toujours trouvé incompréhensible, regrettable et irresponsable. Les Allemands ont été forcé par les Alliés de regarder leur histoire de près, la France malheureusement pas si bien que ni Vichy, ni les guerres d’Algérie et d’Indochine, ni la colonisation ont été "digérés". Je vois là un grand travail à faire, bien plus important que des jolis discours, de Chirac à Sarkozy qui n’ont pas touché au fond du problème: connaître son histoire pour avoir une relation de vérité avec elle et pour en tirer les leçons nécessaires.

  14. 25/12/2007 at 10:53 K

    @ M.V.
    Repentance, culpabilisation: vaste sujet. Faisant partie de la nation qui a déclenché la 2e Guerre mondiale avec ses 55 millions de morts et a mis en oeuvre l’extermination de 6 millions de juifs, gitans, homosexuels, né juste avant la guerre, fils d’un père qui exerçait des fonctions qui lui ont épargné de porter l’uniforme mais qui ont fait qu’il a été forcé d’adhérer au parti nazi pour protéger sa famille et qu’il portait ce traumatisme jusqu’à la fin de sa vie… j’éprouve tout simplement de la HONTE de ce qui a été fait par "ma nation". Un de nos présidents fédéraux a me semble-t-il trouvé la formule juste: il ne voulait parler de "culpabilité collective" mais de "honte collective". Je sais que dans les deux cas on a tendance de vouloir (se) cacher "son" histoire, ce que j’ai toujours trouvé incompréhensible, regrettable et irresponsable. Les Allemands ont été forcé par les Alliés de regarder leur histoire de près, la France malheureusement pas si bien que ni Vichy, ni les guerres d’Algérie et d’Indochine, ni la colonisation ont été "digérés". Je vois là un grand travail à faire, bien plus important que des jolis discours, de Chirac à Sarkozy qui n’ont pas touché au fond du problème: connaître son histoire pour avoir une relation de vérité avec elle et pour en tirer les leçons nécessaires.

  15. 25/12/2007 at 12:15 patrice-merignac

    surtout que la vraie histoire de notre pays ,de notre republique commence en 1789 et que beaucoup l’ignore petit a petit. on est un peu plus de 200 ans apres desormais a se poser la question a quoi cela sert de faire une revolution ou notre devise est devenu liberte, egalite et fraternite et que petit a petit cette devise est salit.

    nous devons nous rappeler que beaucoup de francais ont pendant ces plus de 200 ans laisser leur vie lors de differentes guerres pour que notre pays puisse continuer d’exister tel quel mais malheuresement beaucoup ignore que nous sommes toujours en guerre mais sans soldat depuis un bon bout de temps la guerre de la mondialisation, celle de l’argent, celle de l’economie une guerre qui fait des ravages chaque jour de plus en plus en abaissant l’etre humain a son role d’esclave de cette guerre que l’on sacrifie pour etre le meilleur, le premier sur la planete du capitalisme, on en arrive a sacrifie des etres humains par le chomage, les personnes qui ont quitter le marche du travail les retraités qui sont devenus improductives, on nous sacrifie notre solidarite, notre avenir et celui des generations futures pour quel raison pas celle de la majorite des gens de notre pays mais plutot pour celle d’une minorite qui se croit maitre de la chose ,capable de faire le bien pour tous ce qui devient de moins en moins vrai et fort bien aide par l’etat qui n’a pas sut se defaire de cette engrenage qui fait que desormais c’est meme notre service publique qui souffre.

    2008 doit permettre a chacun de pouvoir esperer a nouveau et en prenant le temps que l’on leur explique la derive dans laquel notre pays s’engouffre dangereusement et vite voir notre pays rassemble dans ce qui a fait notre revolution en 1789 la joie et l’esperance d’une vie meilleur et decente pour tous

  16. 25/12/2007 at 12:15 patrice-merignac

    surtout que la vraie histoire de notre pays ,de notre republique commence en 1789 et que beaucoup l’ignore petit a petit. on est un peu plus de 200 ans apres desormais a se poser la question a quoi cela sert de faire une revolution ou notre devise est devenu liberte, egalite et fraternite et que petit a petit cette devise est salit.

    nous devons nous rappeler que beaucoup de francais ont pendant ces plus de 200 ans laisser leur vie lors de differentes guerres pour que notre pays puisse continuer d’exister tel quel mais malheuresement beaucoup ignore que nous sommes toujours en guerre mais sans soldat depuis un bon bout de temps la guerre de la mondialisation, celle de l’argent, celle de l’economie une guerre qui fait des ravages chaque jour de plus en plus en abaissant l’etre humain a son role d’esclave de cette guerre que l’on sacrifie pour etre le meilleur, le premier sur la planete du capitalisme, on en arrive a sacrifie des etres humains par le chomage, les personnes qui ont quitter le marche du travail les retraités qui sont devenus improductives, on nous sacrifie notre solidarite, notre avenir et celui des generations futures pour quel raison pas celle de la majorite des gens de notre pays mais plutot pour celle d’une minorite qui se croit maitre de la chose ,capable de faire le bien pour tous ce qui devient de moins en moins vrai et fort bien aide par l’etat qui n’a pas sut se defaire de cette engrenage qui fait que desormais c’est meme notre service publique qui souffre.

    2008 doit permettre a chacun de pouvoir esperer a nouveau et en prenant le temps que l’on leur explique la derive dans laquel notre pays s’engouffre dangereusement et vite voir notre pays rassemble dans ce qui a fait notre revolution en 1789 la joie et l’esperance d’une vie meilleur et decente pour tous

  17. 25/12/2007 at 20:05 Artemisia

    Merci Madame, c’est exactement ce que je pense, Gracq l’anti Sarkozy. La modestie de l’immense talent, l’intelligence, le refus de toute exhibition, la dignité absolue, l’amour de son pays qui passait aussi par celui de ses paysages, c’est Julien Gracq.

  18. 25/12/2007 at 20:05 Artemisia

    Merci Madame, c’est exactement ce que je pense, Gracq l’anti Sarkozy. La modestie de l’immense talent, l’intelligence, le refus de toute exhibition, la dignité absolue, l’amour de son pays qui passait aussi par celui de ses paysages, c’est Julien Gracq.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel