m

Dans une interview récente à notre quotidien Sud-Ouest, Roselyne Bachelot en a rajouté dans la malhonneté intellectuelle avec laquelle on essaye de faire passer la franchise médicale
– « Mais qui donc ne pourrait pas payer quatre euros par mois pour manifester sa solidarité avec les malades atteints d’Alzheimer ou de cancer, ou encore avec les malades en fin de vie ? »

Pourquoi ne pas avoir le minimum d’honneteté de dire tout simplement que cette taxe servira à renflouer -un peu- le déficit de 6,5 milliards d’euros de la sécurité sociale ? Utiliser ainsi les maladies ou les situations les plus douloureuses pour essayer d’obtenir l’adhésion est indécent, choquant. On se doute que l’argent de l’assurance sociale ne sert pas à financer les bien portants, et qu’en effet, les cancéreux, les déments, les agonisants mais aussi les dialysés, les paralytiques, les hémiplégiques, les diabétiques…en bénéficient. On pourrait faire une page entière des noms de maladies capables d’appeler la compassion et l’esprit de solidarité. C’est vrai, madame Bachelot, ce sont en priorité les malades qui ont besoin de soins, et bien souvent les malades graves coûtent plus cher que les autres. Notre ministre est formidable, elle n’est en charge de la santé que depuis quelques semaines et elle a déjà compris cela !

Oui, il faut prendre conscience du coût toujours croissant des traitements et des soins; oui, il faut que la solidarité nationale s’éxerce pleinement, d’abord dans les affections les plus graves. Oui aussi, cela ne se fera pas sans mesures difficiles, qu’il faudra faire comprendre et accepter.

Le problème de la franchise, c’est qu’elle ne pénalise que les plus modestes et risque de limiter leur accès aux soins alors qu’ils ce sont eux qui en ont le plus besoin au regard de la fracture sanitaire qui est entrain de s’installer. Le problème c’est que parallèlement on fait une remise impôt aux plus riches d’un montant égal ou supérieur à ce que pourra rapporter la franchise. Est-ce ainsi que l’on peut faire accepter une taxe ? Et c’est pour cela que l’on a recours à ces arguments émotionnels peu nets.

Comments 19 comments

  1. 19/08/2007 at 14:00 douce-amère

    Oui mais voilà, ils sont élus ! Et ils vont encore faire beaucoup de mal à ceux qui sont déjà dans la souffrance, dans le manque. Ne soyons pas seulement là pour dénoncer ce qui ne va pas , mais pour proposer des solutions contre les dangers de ce pouvoir absolu. Arrachons leurs masques hypocrites, rassemblons-nous.

  2. 19/08/2007 at 14:00 douce-amère

    Oui mais voilà, ils sont élus ! Et ils vont encore faire beaucoup de mal à ceux qui sont déjà dans la souffrance, dans le manque. Ne soyons pas seulement là pour dénoncer ce qui ne va pas , mais pour proposer des solutions contre les dangers de ce pouvoir absolu. Arrachons leurs masques hypocrites, rassemblons-nous.

  3. 19/08/2007 at 14:28 michele

    il faut en effet proposer des solutions, et je l’ai ébauché en disant qu’aucune ne serait indolore ; mais aucune ne pourra être acceptée si elle ne s’inscrit pas dans un contexte de justice sociale, ce qui est tout le contraire du gouvernement actuel.
    Les axes des réformes sont
    -une politique de santé publique et de prévention visant à réduire les maladies évitables, et à diagnostiquer plus tôt celles qui ne le sont pas
    -un remboursement différentiel des médicaments pour les maladies graves et les médicaments de première nécessité relativement aux médicaments de confort ; c’est déjà le cas en partie. Il faut avoir le courage de dire que cela ne peut être évité
    – pour ceux-là, une prise en compte des revenus pour établir des barèmes du non remboursement au remboursement partiel
    -une politique d’économie sur ce qui n’est pas essentiel, comme par ex les transports en taxi médical
    -un contrôle des dépenses pour éviter les polymédications et les polyconsultations. L’obligation du médecin référent mise en place par Douste Blazy s’avère un échec complet en terme de contôle des dépenses.

    Le maître mot c’est la politique de santé publique et de prévention; elle ne porte malheureusement ses fruits qu’à moyen ou long terme. Ce qui fait qu’on la met toujours plus ou moins sur le côté au profit de mesurettes qui s’accumulent, sont de peu ou pas d’effet, et mécontentent tout le monde.

  4. 19/08/2007 at 14:28 michele

    il faut en effet proposer des solutions, et je l’ai ébauché en disant qu’aucune ne serait indolore ; mais aucune ne pourra être acceptée si elle ne s’inscrit pas dans un contexte de justice sociale, ce qui est tout le contraire du gouvernement actuel.
    Les axes des réformes sont
    -une politique de santé publique et de prévention visant à réduire les maladies évitables, et à diagnostiquer plus tôt celles qui ne le sont pas
    -un remboursement différentiel des médicaments pour les maladies graves et les médicaments de première nécessité relativement aux médicaments de confort ; c’est déjà le cas en partie. Il faut avoir le courage de dire que cela ne peut être évité
    – pour ceux-là, une prise en compte des revenus pour établir des barèmes du non remboursement au remboursement partiel
    -une politique d’économie sur ce qui n’est pas essentiel, comme par ex les transports en taxi médical
    -un contrôle des dépenses pour éviter les polymédications et les polyconsultations. L’obligation du médecin référent mise en place par Douste Blazy s’avère un échec complet en terme de contôle des dépenses.

    Le maître mot c’est la politique de santé publique et de prévention; elle ne porte malheureusement ses fruits qu’à moyen ou long terme. Ce qui fait qu’on la met toujours plus ou moins sur le côté au profit de mesurettes qui s’accumulent, sont de peu ou pas d’effet, et mécontentent tout le monde.

  5. 19/08/2007 at 14:35 Nicolas D

    J’ai lu cet article. Affligeant et honteux.

    Douce -amère, vous parlez de solutions, je propose que l’opposition demande au Gouvernement que soit mis en visibilité des citoyens, les sommes qui ont été versées dans le cadre de la journée de solidarité pour les personnes âgées (suite à la canicule).
    Je prends cet exemple qui me semble significatif. Car quel français pouvait être contre cette mesure. Mais qu’est devenue l’argent, combien cela rapporte, où passe -t-il, quelles actions concrètes…

    Oui montrons par l’exemple qu’il peut y avoir duperie ! Nous ne pouvons continuellement pleurer et se plaindre que ce Gouvernement trompe en permanence les français. Je crois que nos élus ont les moyens d’intervenir, si ce n’est pas le cas, qu’ils nous l’expliquent !!!

  6. 19/08/2007 at 14:45 Nicolas D

    Merci Michèle pour ces propositions.

    Je m’étonne de ne rien voir apparaître sur la contribution des médecins, les pharmaciens, des industries et laboratoires pharmaceutiques entre autres ???

  7. 19/08/2007 at 14:45 Nicolas D

    Merci Michèle pour ces propositions.

    Je m’étonne de ne rien voir apparaître sur la contribution des médecins, les pharmaciens, des industries et laboratoires pharmaceutiques entre autres ???

  8. 19/08/2007 at 15:00 michele

    Je n’avais pas dans ce bref commentaire l’intention de bâtir un programme complet !
    Les laboratoires pharmaceutiques sont en effet en tête de ligne. Imagine-t-on par exemple que la même firme fabrique sous deux noms et à deux prix différents le même médicament ? L’un vendu en générique, l’autre sous son appellation initale.

    Or si une molécule peut-être fabriquée à prix bas, pourquoi ce prix n’est-il pas appliqué aux deux formes du médicament ?

    Ce n’est qu’un exemple, dont je reparlerai à l’occasion. La question des médecins est incluse dans le contrôle des dépenses. Quant aux pharmaciens, c’est une question réellement majeure : il faut revoir l’ensemble du système. Les pharmaciens deviennent pour une part des vendeurs de produit et beaucoup d’entre eux en souffrent. J’ai reçu longuement récemment le Président national des pharmaciens salariés d’officine (un tiers de la profession). Ils sont payés à tarif fixe quel que soit leur manière d’éxercer. Les pharmacies sont quant à elles estimées uniquement sur le nombre de boites vendues… Voilà encore un vrai sujet dont il faudra reparler.

  9. 19/08/2007 at 15:00 michele

    Je n’avais pas dans ce bref commentaire l’intention de bâtir un programme complet !
    Les laboratoires pharmaceutiques sont en effet en tête de ligne. Imagine-t-on par exemple que la même firme fabrique sous deux noms et à deux prix différents le même médicament ? L’un vendu en générique, l’autre sous son appellation initale.

    Or si une molécule peut-être fabriquée à prix bas, pourquoi ce prix n’est-il pas appliqué aux deux formes du médicament ?

    Ce n’est qu’un exemple, dont je reparlerai à l’occasion. La question des médecins est incluse dans le contrôle des dépenses. Quant aux pharmaciens, c’est une question réellement majeure : il faut revoir l’ensemble du système. Les pharmaciens deviennent pour une part des vendeurs de produit et beaucoup d’entre eux en souffrent. J’ai reçu longuement récemment le Président national des pharmaciens salariés d’officine (un tiers de la profession). Ils sont payés à tarif fixe quel que soit leur manière d’éxercer. Les pharmacies sont quant à elles estimées uniquement sur le nombre de boites vendues… Voilà encore un vrai sujet dont il faudra reparler.

  10. 19/08/2007 at 15:51 Jean-Pierre (33)

    Mes parents sont morts du cancer; ma belle-mère a une maladie "cousine" d’Alzheimer, ce doit être de la sénilité, et elle est dans un EHPD, qu’on appelait autrefois hospice, et qui c’est qui paye : ses enfants et un petit-fils chômeur, puisqu’elle n’a que 600 € de retraite, et le Conseil général de la Gironde, heureusement qu’il participe. Mais pour en revenir au budget de la Sécurité Sociale, comme tous les budgets, il y a les recettes et les dépenses. Il n’y a pas et il n’y aura sans doute pas, de lignes de recette (franchise) affectées à des lignes de dépenses (Alzheimer par exemple) précises. Pour qui nous prend Madame Bachelot ? J’ai 54 ans et ne travaille plus, j’ai un fils qui a Bac+5 (DEA Informatique) et qui est au chômage. Je lis votre blog avec intérêt. Cordialement.

  11. 19/08/2007 at 15:51 Jean-Pierre (33)

    Mes parents sont morts du cancer; ma belle-mère a une maladie "cousine" d’Alzheimer, ce doit être de la sénilité, et elle est dans un EHPD, qu’on appelait autrefois hospice, et qui c’est qui paye : ses enfants et un petit-fils chômeur, puisqu’elle n’a que 600 € de retraite, et le Conseil général de la Gironde, heureusement qu’il participe. Mais pour en revenir au budget de la Sécurité Sociale, comme tous les budgets, il y a les recettes et les dépenses. Il n’y a pas et il n’y aura sans doute pas, de lignes de recette (franchise) affectées à des lignes de dépenses (Alzheimer par exemple) précises. Pour qui nous prend Madame Bachelot ? J’ai 54 ans et ne travaille plus, j’ai un fils qui a Bac+5 (DEA Informatique) et qui est au chômage. Je lis votre blog avec intérêt. Cordialement.

  12. 19/08/2007 at 16:09 Sarah

    Ma grand-mère, 72 ans, touche une pension de reversion de 920 € par mois. Elle doit vivre avec cela.
    Je ne crois pas qu’elle fasse partie des personnes qui seront dispensées de franchise.
    Pour elle 4 € par mois auquels il faut ajouter l’augmentation de l’électricité, l’augmentation des produits laitiers, le pain, etc, etc, Toutes ces augmentations cumulées peuvent atteindre 10 €. C’est énorme sur des revenus aussi bas !!!!!!!!!!!!!

    Ce n’est rien pour Mme Bachelot ?!! Une petite immersion dans la vraie vie lui ferait du bien.

  13. 19/08/2007 at 17:55 Marie

    Voilà qui est clairement exprimé.
    Vous savez madame, aller au plus juste. Ce sont en effet les plus modeste et les malades frappés de pathologies chroniques évolutives donc particulièrement lourdes qui vont trinquer !…et l’on vient nous parler de solidarité ?
    No comment.

  14. 19/08/2007 at 18:53 Fred

    le plus choquant est en effet que la franchise médicale ne servira finallement qu’à payer les cadeaux aux plus riches faits par le "paquet fiscal".
    Je n’ai plus le chiffre à l’esprit, mais le remboursement de ceux qui ont les plus gros patrimoines au titre du bouclier fiscal rend tout le bla-bla bien pensant de mme Bachelot et de Sarkozy insupportable. Nous payerons avec nos cinquante centimes d’euros par boites de médicaments les millions d’euros remboursés à la famille Taittinger

  15. 19/08/2007 at 19:34 BB

    Michèle,
    Merci pour le ton et les questions si justes posées avec précision pour un sujet si grave; pour reprendre les termes de Roselyne, qui donc peut avoir oublié ce qu’était la vignette automobile, ce a quoi elle était initialement destinée (aider les personnes agées), ce à quoi elle n’a jamais servi ? comme pour d’autres lois récentes ou en cours (je pense en particulier aux lois portés par R Dati), ce gouvernement fait passer des mesures sur une base idéologiques en essayant de faire croire à chacun qu’elles sont le remède aux problèmes posés.
    Merci à Michèle de "remettre toujours la balle au centre" (si j’ose dire) en décryptant pour nous sur son blog ce que sont les vrais problèmes à résoudre; c’est avant tout parce que la gauche n’a pas eu depuis des années, le courage, l’intelligence politique et la vision nécéssaires pour poser clairement au pays les vraies questions , les vrais enjeux, que le champ est libre pour les mesures auxquelles nous assistons aujourdh’ui; puisse la gauche dans son ensemble savoir avec force mettre en débat les questions et proposer des pistes de réponses à gauche, pour la santé comme pour le reste des français les plus démunis..

  16. 19/08/2007 at 19:52 douce-amère

    Ne pas perdre de vue que les personnes de la catégorie dite "moyenne", frappées de toute part, seront sous peu dans la liste de ceux que l’on nomme les "démunis". L’arrogance de nos nouveaux "rois" est effrayante. Ils aiment peut-être leur chien et leurs chevaux mais ne savent rien de l’humain. J’aime aussi les chiens, les chats, les chevaux, mais… ce bel été gaché par un temps fou et des mesures "promises" m’a planté au moral une petite aigreur dont je vois mal la guérison. A moins que… et j’y tiens, nous soyons plus unis pour changer les choses. On nous demande un effort de solidarité, mais, je suis d’accord avec Nicolas D quand il dénonce les industries du médicament.

  17. 19/08/2007 at 20:39 Nicolas D

    Tout à fait en phase avec BB. Et c’est pour cela que j’ai soutenu Michèle et que je continuerai de le ferai. Sans aucune équivoque !!!
    Oui, aussi à douce-amère qui sans cesse, nous rappelle qu’il faut être unis pour changer les choses.
    Militants ou non, nous essayons et nous réussissons parfois à rester unis, la preuve, l’élection de Michèle.
    Dés la rentrée, il faut montrer notre présence.
    J’attends cependant que nos responsables PS nous montrent la voie et nous éclairent rapidement.

  18. 19/08/2007 at 23:36 Paul Grégoire

    Les réformes de la Sécurité Sociale qui ne visent qu’à pénaliser la demande sont vouées à l’échec… La franchise sur les médicaments comme les autres. Il est probablement nécessaire d’agir également sur l’offre de soins, notamment en médecine de ville… L’idée de la franchise est problématique. Le montant de mes cotisations maladie (parts salariés et patronale) avoisine les 800 euros chaque mois auxquels se rajoutent environ 100 euros de mutuelle. A ce prix-là, il m’est très désagréable d’avoir en plus une franchise à payer ! Je préfèrerais, à la limite, une augmentation des cotisations… A la condition d’être totalement pris en charge en cas de besoin.

  19. 21/08/2007 at 10:08 M.V.

    Je souhaiterais que les praticiens du corps médical ne se laissent pas entraîner par ce courant délétère d’égoîsme et dindividualisme généralisés. Je viens de renoncer à un dentiste, qui opte pour une pratique de haute technologie, mais parallélement rompt sa convention avec la mutuelle à laquelle j’appartiens, et pratique les honoraires libres: résultat, 200 euros de plus pour une prothèse(ordinaire)!
    Médecine à deux vitesses; je ne l’avais encore pas vue de si près et aussi brutale.
    Et que dire de ces praticiens qui refusent en toute décomplexion(j’en ai entendu se "justifier" à la radio), de recevoir les patients de la C.M.U.?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel