m

Et voilà, je me suis trouvée le 9 avril 2014 (jour du remaniement) comme un enfant auquel on a tapé sur les doigts et qui ne sait pas pourquoi. Si le maître d’école était nul, si on ne le comptait pas parmi ceux qui justement comptent pour soi, on s’en tirerait avec quelques grimaces aux copains de la classe, une caricature que l’on ferait circuler de table en table, et il n’en resterait rien.

Mais justement le maître compte et c’est pourquoi j’ai d’abord parlé de lui. Il appartient à un groupe dont je ne voudrais rien de faible ou d’inutile, rien plus encore que je ne puisse comprendre. Il est le chef de notre équipe.

Ces 4 mois depuis le remaniement m’ont amené à une question qui n’est pas légère : peut-on être libre et loyale ? Cette question, beaucoup sous une forme ou sous une autre se la posent au Parlement. L’axe majeur de la politique d’effort de ce Gouvernement comme du précédent n’est pas aisé à faire partager : là, je n’ai pourtant aucun doute. Payer chaque semaine en intérêts de notre dette publique une somme supérieure à celle dont j’ai disposé pour élaborer la loi dite « d’adaptation de la société au vieillissement » est inacceptable, va obligatoirement dans le mur et conduit à la paralysie de toute politique sociale (pour mémoire, les intérêts de la dette nous coutent 825 millions par semaine, la loi vieillissement dispose de 645 millions et avec cette somme, améliorera concrètement la vie des Français !)

Le gouvernement Schröder en Allemagne est passé par cette étape d’efforts, bien souvent incompris et qui ont coûté le pouvoir au parti social-démocrate. Aujourd’hui, cette même Allemagne met 6 milliards d’euros sur la table pour assumer le coût de la grande perte d’autonomie.

Pour autant, outre l’axe politique qui est le nôtre (emploi, emploi, emploi..), beaucoup s’interrogent sur telle ou telle mesure, désapprouvent telle nomination, réfutent telle décision et réclament son contraire. La question s’ouvre alors : peut-on en tous points être libre et loyale.

La réponse est non : pas en tous points. Il faut alors s’en tenir aux points principaux et ne déroger en rien sur ce que l’on croit important, où l’on pense avoir vraiment quelque chose à dire (exemple, me concernant : la politique anti-tabac) mais ne pas systématiquement prendre la parole sur tout, au risque de fragiliser l’essentiel de la politique du Gouvernement. Non par intérêt, mais par loyauté, la vraie : si nous ne réussissons pas, si nous ne donnons pas à ce Gouvernement le maximum de chances de réussir, c’est tous les Français qui échoueront. Simplement dit, je ne vois pas aujourd’hui d’alternative, et celle(s) que l’on évoque me font peur ou me rappellent l’échec majeur du quinquennat précédent.

Libre donc et loyale, c’est possible à condition de préserver un espace de quant à soi dont, au demeurant, le pays et l’Histoire se passeront sans difficulté.

La situation singulière d’une petite dizaine d’entre nous (les Ministres non reconduits) pourrait faire partie de ce quant à soi. Pourtant je l’en extraie, non en tant que telle mais parce que cette exception culturelle française qu’est le remaniement mérite qu’on l’examine du sous l’angle du parti pris donné à ce blog-feuilleton : contribue-t-il à faire aimer la politique et ceux qui la pratiquent ?

Comments 2 comments

  1. 07/08/2014 at 16:33 fan club

    Comme dans la dialectique du maitre et de l’esclave de Hegel, la seule liberté est de PENSER ce que l’on veut
    mais de là à le dire…

    ( si je puis me permettre )

  2. 20/02/2017 at 18:22 chalaux

    Houellebecq : les élus méprisent le peuple …….vous avez deux heures , après interrogation écrite !

    deuxième texte ou option : Serais vous responsable en partie de l’arrivée du FN à l’assemblée – comme groupe- et peut être à l’Elysée ?

    troisième option : dites pourquoi votre parcours politique est un échec pour le peuple et un succès personnel

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel