m

Les médias l’ont peu souligné, mais dans son intervention de mi-mandat François Hollande a montré en quelques phrases et une proposition  qu’il avait compris la problématique des « jeunes seniors ».

Je reprends le terme qui a été utilisé. Il s’agissait de répondre à la parole d’une femme de 60 ans, chômeuse et découragée de ne voir aucune porte s’ouvrir pour reprendre une activité et préparer sa retraite.

Cette Française a aujourd’hui 28 ans d’espérance de vie moyenne, ce qui veut dire qu’elle peut aussi allègrement vivre 40 ans ou plus et là voilà, d’ores et déjà sur la touche, laissée-pour-compte, vouée au sentiment d’inutilité, de déclassement et cela avec de modestes revenus. Elle fait partie de la première tranche de ces « boomers »  qui porteront (qui portent déjà) la transition démographique. C’est bien mal commencer..

Le Président a eu les justes mots qui résument le problème : vous devez retrouver un emploi et préparer, aménager votre prochaine retraite comme tous les autres Français. Il a même eu ce trait qui montre une grande connaissance du problème: « Vous devez pouvoir fêter avec vos collègues votre départ à la retraite. »

Le rôle et la place des retraités dans la société constituent jusqu’alors un véritable trou noir de la pensée politique. Le voilà qui commence de s’éclairer. Un contrat aidé sera proposé à cette Française et elle n’aura pas ce sentiment mortifère (je pèse le mot) d’être mise en retrait par anticipation. Elle retrouvera des collègues, partagera avec eux des projets et verra ses revenus améliorés.

Notre jeune senior(e) n’est pas seule dans son cas puisqu’un Français sur deux de plus de 55 ans n’est pas dans l’emploi (congé de longue durée, invalidité, chômage..) et le nombre de ces laissés pour compte risque encore d’augmenter avec la génération des boomers. Voilà enfin une porte qui s’ouvre, une prise en compte qui s’affirme avec ces maîtres-mots que François Hollande, presque timide et pourtant profondément chaleureux lui a glissé au moment de clore l’échange avec elle :

-« Le pays a besoin de vous! »

 

Comments 2 comments

  1. 08/11/2014 at 11:00 Louis

    Monsieur « petite blague » a encore frappé. Conseiller à une chômeuse de 60 ans de trouver une formation, il fallait oser. La seule chose qu’il aurait pu faire décemment : demander pardon à cette femme de mener une « politique » qui fabrique mille chômeurs de plus par jour. Mélenchon a trouvé le mot juste en qualifiant Hollande de guichetier de pôle-emploi incompétent et de riquiquisateur de la France. Encore deux ans et demi à tenir, en espérant qu’aucune catastrophe ne se produise avant la fin.

  2. 08/11/2014 at 20:22 Constans

    Bonsoir. 53 ans ( » seulement… » ), R.Q.T.H. depuis mai 2012, je me bats pour essayer de me reconvertir : 1ère demande de bilan de compétences refusée par mon employeur pour cause de  » manque de budget  » début 2010 une première fois, bilan (enfin accepté) entamé en 2013 et terminé en avril 2014 avec l’ ADAPT ; nouveaux entretiens et tests avec Pôle Emploi, cette fois-ci, suite à la décision de la C.D.A.P.H. de ma M.D.P.H. de reporter sine die la décision concernant ma demande de prise en charge de ma formation à l’ ADAPT : le temps passe, ce type de formation de 15 mois ne débute pas 365 jours S/ 365 (…), mon état de santé continue à se dégrader dans mon actuel métier ; si je peux suivre- enfin – cette formation, d’ autres entre-temps m’ auront devancé sur le marché du travail avec ce  » bagage  » en poche, j’ y arriverai encore  » après  » alors que je vais sur mes 54 ans…Les mots sont utiles mais insuffisants malheureusement quand il s’ agit de faire face aux réalités quotidiennes de nombreuses personnes dont je suis…Cordialement.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel