m

« Heureux comme quand il pleut et que l’lon sait un ami dehors.. ».

Peu de (faux) proverbes m’amusent autant que celui-là. Dans mon jardin d’un calme irréel, au milieu de la désertée, j’y ai pensé plusieurs fois ce week-end en écoutant la liste des kilomètres de bouchons ici ou là. Et en me réjouissant de n’en faire pas partie.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel