m

Une fois encore, cette éternelle revanche dont ce gouvernement a fait un principe fondateur.

Pourquoi ? Les emprunts (même décorés du nom de « populaire ») concernent en premier lieu les suffisamment riches pour pouvoir épargner. Ce sont eux qui prêtent.

Mais qui rembourse ? Tous, toutes catégories confondues sous les diverses formes de l’impôt.

Le « travailler plus » connait une variante : « Emprunter plus, pour payer davantage d’impôts ».

Car emprunter, nous le faisons déjà. Aux marchés financiers. Et la forme de l’emprunt est plus coûteuse pour l’Etat qui le sait parfaitement mais qui espère ainsi solidariser les prêteurs, avoir un affichage « populaire », franco-français, ce que nous avons vu clairement annoncé hier.

Les « grands emprunts » ont tous été des gouffres financiers pour l’Etat, la palme revenant à l’emprunt Giscard, malencontreusement indexé sur l’or. Mais tel a été également le cas de l’emprunt Balladur-Sarkozy et c’est Alain Juppé, alors aux affaires qui a pris la décision de le rembourser par anticipation pour ne pas grever durablement le budget.

Un emprunt, pour quoi faire ? C’est une véritable escroquerie de prétendre faire un emprunt pour financer telle ou telle priorité. Cette escroquerie a d’ailleurs atteint son comble s’agissant des franchises médicales, prétendûment destinées à financer le plan Alzheimer (qui attend toujours sa concrétisation financière), le cancer et les soins palliatifs.

Tout emprunt, tout impôt, va dans le pot commun des recettes et il est aussitôt englouti dans le financement des affaires et des dettes courantes.

Depuis 2002, l’augmentation du déficit public a elle aussi servi exclusivement aux dépenses courantes et aux réductions d’impôt en direction des plus riches (bouclier fiscal, quasi suppression des droits de succession…)

L’éternelle revanche…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel