m

Je fais chaque mois une proposition à la Municipalité de Bordeaux dans les domaines de compétence qui sont les siens. Tout simplement pour contribuer à la qualité de vie des Bordelais et au dynamisme de notre ville.

Pour les mois d’été (juillet-aout), ma proposition concerne les espaces verts et l’exigence de biodiversité qui concerne bien évidemment aussi les espaces urbains.

De nombreux arbres sont présents à Bordeaux et les espaces verts doivent y être développés, embellis, rendus lisibles à tous les Bordelais.

« On ne connaît bien et on n’aime que ce que l’on sait nommer ». Ce principe universel concerne aussi le décor naturel de notre vie. Les jeunes Bordelais (et les moins jeunes) seront d’autant plus attentifs aux « ponctuations » de la nature dans notre ville qu’ils connaîtront le nom de ce qui les compose. Les parents seront heureux d’agrémenter leur promenade dans la ville de l’enseignement du nom des arbres et des plantes représentatives qui s’y développent.

Forte de ces sages réflexions, je propose d’étendre aux arbres (ou allées d’arbres) de notre ville, ainsi qu’aux plantes d’envergure, le principe des jardins botaniques : afficher le nom des plantes. Louise de Vilmorin disait « dans un jardin, le plus intéressant, ce ne sont pas les plantes, mais les étiquettes ».

Qui sait en effet si ce sont des hêtres ou des micocouliers qui ombragent le cours d’Albret ? Qui sait si ce sont des érables ou des tilleuls, qui font un tapis autour du monument des Girondins ?

Il faut proposer aux Bordelais un parcours botanique et arboricole de leur ville : – en affichant le nom des arbres par une petite plaque, assez haut située, fixée sur l’écorce, comme on le voit dans beaucoup de jardins publics parisiens. – en plantant des « étiquettes de jardin » dans les massifs des jardins publics protégés – en affichant dans chaque quartier un « plan vert » signalant les espèces plantées, les allées d’arbres et la composition de chaque ponctuation verte. – en ajoutant au nom des rues, sur une petite plaque, le nom des arbres qui la bordent.

Nous avons illustré hier 31 juilletcette proposition dans le parc magnifique et O combien méconnu du Grand Parc. Entourée d’un groupe de joyeux « planteurs volontaires » nous avons fiché au pied des arbres un petit panneau indiquant leur nom et leur espèce.

Gingkos bilobas, chênes rouges d’Amérique, liquidambars, platanes à feuilles d’érables… sait-on, en effet, que plus de quarante espèces sont présentes au Grand Parc ?

C’est une force et un plaisir incroyable que la familiarité avec la nature. Je crois aussi que c’est la meilleure manière d’enseigner l’écologie : en donner envie plutôt que faire peur, montrer qu’elle peut être un réconfort, un plaisir non commercial, un sujet d’étude… Pour les enfants, c’est une manière merveilleuse d’élargir leur vocabulaire. Il est important qu’ils sachent qu’ils ont des tilleuls dans leur rue et qu’il y a un gros chêne dans le jardin de Mamie. La largeur du vocabulaire, la capacité d’exprimer est un facteur de développement personnel et d’équilibre.

Mais ma proposition est d’abord un proposition-plaisir et notre promenade botanique et horticole du Grand Parc a été avant tout très joyeuse !

· Avril : ravalement des façades de l’hôpital Saint-André avec mise à disposition de la réserve parlementaire de Michèle Delaunay. · Mai : journée mensuelle festive et culturelle. · Juin : signature du Pacte PME favorisant l’accès des PME aux marchés publics.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel