m

Une chose est sûre : les socialistes savent voter. Ils ont pour cela un entrainement qui les situe plusieurs encablures au dessus des autres partis.

Même chose pour dépouiller. Dans un silence mouillé de vin rouge, c’est présentement ce que nous sommes entrain de faire à Bordeaux centre.

De l’autre côté de la vitre, la section de Bordeaux nord, généralement assez décalée de la nôtre, est pleinement engagée dans le même exercice.

Entre deux silences, la voix de Pascale « Ségolène ! » .

On annonce les votes par les prénoms : le ferions-nous avec des messieurs ?

Avec mon amie Martine Diez, nous avons convenu que nous serions de toutes manières toutes les deux, demain matin, fidèles au poste. Martine est aubriste, je suis royaliste. Où est le problème ?

Bordeaux nord vient de tomber inscrits 177 votants 114 aubry 91 royal 20 nuls 3

A Bordeaux centre, Ségolène est clairement en tête : les petits carrés barrés qui comptent les votes s’allongent majoritairement sur les lignes. La litanie des « Ségolène » l’emporte aussi clairement sur les « Martine ».

Petit tir groupé de « Martine » …

L’atmosphère des dépouillements me ravit : il y les attentifs, les négligents, les buveurs, les soucieux, les calmes comme un empire, les renfrognés, les sourcilleux, les qui s’embêtent, les qui iraient bien manger un morceau… Autour de la table, un peu de tous ceux-là sont de plus en plus en plus nombreux et pressés.

A Bordeaux centre au moins, l’arithmétique, c’est comme les antibiotiques : pas automatique.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel