m

J’ai hésité beaucoup avant d’écrire sur « l’affaire » Depardieu. Le « bashing » n’est pas mon truc, mais justement, c’est un autre éclairage que je voudrais apporter.

Gérard Depardieu lors de la campagne électorale a expliqué son soutien affiché à Sarkozy par le fait que l’alors Président lui avait « arrangé » un problème fiscal et qu’il manifestait ainsi sa reconnaissance. Ce ne sont pas littéralement ses paroles, mais je ne modifie en rien leur sens et « arrangé » était bien utilisé.

Ce mot n’est pas en soi très réconfortant sur ce que peut être une intervention présidentielle « arrangeante ». Ce n’est pas aujourd’hui le sujet. Par contre, je n’exclus pas que l’annonce de l’exil puisse venir à point nommé pour permettre à la droite, dans un moment délicat pour elle, de pouvoir taper sur le « matraquage » fiscal du Gouvernement.

Car par ailleurs, je ne doute pas que Depardieu ait d’autres interrogations que le montant de ses impôts. Le talent ne s’achète pas au Carrefour du coin, il nait plus volontiers dans le terreau de l’inquiétude. A preuve -ou du moins commencement de preuve- cette histoire.

Il y a peu d’années, Depardieu s’était rapproché d’un mien ami (le Pr André Mandouze) car il voulait avancer dans la connaissance de la pensée et des textes de Saint Augustin. Il avait fait lui-même la démarche et venait chaque semaine étudier la parole augustinienne au domicile de mon ami.

L’apprentissage a débouché sur une lecture de textes choisis par Depardieu dans la cathédrale Saint-André à Bordeaux. Il faisait un froid de gueux dans le vénérable édifice qui a quelque peu entamé l’adhésion du public aux textes comme au lecteur mais il était évident qu’il ne le faisait ni pour un cachet (il n’en avait pas), ni comme un exercice indifférent.

Je suis sûre que Depardieu est plus attaché à l’admiration du public qu’à un zéro de plus sur ses comptes. Alors, pourquoi cet exil ? Hors l’explication avancée plus haut, je n’en trouve guère d’autre.

Mais peut-être a-t-il gardé, dans un coin de son hôtel particulier, le cahier où il prenait des notes sur les écrits de l’évêque d’Hippone..

Comments 8 comments

  1. 19/12/2012 at 11:25 gautheron

    St Augustin, élève doué mais indocile, il détestait l’école et craignait le chatiment de ses maîtres.Il se reprochera plus tard dans ses confessions n°4 ses menus larcins,Ainsi du célèbre vol des poires commis non par besoin, mais par plaisir de la transgression.

    « Dans le voisinage de nos vignes était un poirier chargé de fruits qui n’avaient aucun attrait de saveur ou de beauté. Nous allâmes, une troupe de jeunes vauriens, secouer et dépouiller cet arbre, vers le milieu de la nuit, ayant prolongé nos jeux jusqu’à cette heure, selon notre détestable habitude, et nous en rapportâmes de grandes charges, non pour en faire régal, si toutefois nous y goûtâmes, mais ne fût-ce que pour les jeter aux pourceaux : simple plaisir de faire ce qui était défendu. »
    Depardieu et le plaisir de la transgression…

  2. 19/12/2012 at 12:08 Daniele Blond

    Bonjour Michele
    J’avais oublié ce moment où Depardieu avait effectivement lu des textes de St Augustin ,mais je pensais que c’était à Paris
    Mais alors est-il la marionnette de la droite empêtrée dans ses problèmes ,et qui ne veulent revenir qu’aux commandes de l’état pour eux mêmes et amis mais par altruisme envers le peuple français
    Je pense que Depardieu a pour analogie avec St Augustin un petit passé de délinquant a Chateauroux quand les bases américaines étaient encore en France au nom de NATO
    Son enfance et adolescence plutôt modeste et qui l’a conduit à être le grand comédien qu’il était le condamne à être « schizophrène » 45 ans plus tard
    Toutes ces personnalités qui ont largement bénéficié de l’aura de François Mitterrand et se sont tournés vers le sarkozysme délirant grâce à leur compte en banque et et les réductions que ce dernier accordait sont maintenant les pourfendeurs d’une politique économique et fiscale qu’il faut mener rapidement au nom de la solidarité de la citoyenneté mais surtout de l’endettement laissé par dix ans de droite
    Et je rajouterai que Tapie qui vient d’avoir un redressement fiscal de 17 millions « gueule » toute sa colère sur un gouvernement qu’il voue aux gémonies ,or son redressement est en date de mai 2012 mais ne l’a pas encore paye
    Donc le gouvernement actuel pas coupable

  3. 19/12/2012 at 12:34 Anne Hecdoth

    Si payer ses impôts est une sanction, alors dormir dans la rue, sans aucun doute, doit être une récompense.

  4. 20/12/2012 at 11:06 francis

    si Depardieu avait acheté des oeuvres d’art au lieu d’un hotel particulier à Paris,
    il devrait changer de conseiller fiscal, il n’aurait pas tous ces ennuis…

    je n’aime pas beaucoup son attitude,
    il ne vieillit pas tres bien,
    mais les commentaires de certains ministres
    sont aussi peu glorieux, limite injurieux.

    je suis content d’en connaitre plus, grace à vous,
    sur sa curiosité intellectuelle,
    qui ne m’avait pas frappé jusque là.

  5. 20/12/2012 at 11:23 Rouge

    « Débouché », « Bordeaux » et « Depardieu » dans la même phrase ! Je n’ose pas imaginer que la grande manieuse de mots que vous êtes, Madame Delaunay, ne l’a pas fait exprès…

  6. 20/12/2012 at 12:51 Barth

    Depardieu : Départ Dieu ?
    il reste Dieudonné qui professe de :
    « s’aimer les uns les autres, si c’est possible ».

  7. 20/12/2012 at 17:44 Alain

    Saint Augustin : « Les riches : vous voyez bien ce qu’ils ont, vous ne voyez pas ce qui leur manque. » Ce qui manque à Depardieu commence à se voir.

  8. 21/12/2012 at 21:16 bisounours

    A propos, quelqu’un a-t-il des nouvelles d’Augustin… Legrand.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel