m

Déception et tristesse après le résultat national.

Trois enseignements :

– Nicolas Sarkozy a été élu par les voix du front national. La consigne de Jean Marie Le Pen (abstention massive) n’a aucunement été suivie. Le taux de participation n’a pas fléchi. Les 11% de JM le Pen se sont « naturellement » reportés sur NS. Cela ne fait que nous confirmer la nature de la droite qui vient d’être élue.
– la pression de l’UMP sur les députés de l’ex UDF a influencé leurs électeurs et nous n’avons bénéficié que d’une fraction du vote Bayrou.
– le pays se déplace vers la droite. C’est une réaction traditionnelle qui traduit l’insécurité des Français, la peur de leur avenir ; dans ces cas, la droite qui est supposée représenter un pouvoir plus fort, et une sécurité plus contraignante constitue une sorte de refuge. Ce vote est un vote de malaise et de crainte.

Notre tristesse est adoucie par les résultats de Bordeaux, dont je n’ai pas le détail, mais les chiffres clefs sont les suivant
– 51,44% pour Ségolène Royal dans l’ensemble de la ville
54,66% dans la deuxième circonscription

Il faut que nous mesurions tous l’importance de l’enjeu aujourd’hui. Ces chiffres nous ouvrent la possibilité d’une victoire historique aux législatives après 60 ans d’un pouvoir monolithique. Rien d’autre ne doit compter. Nous devons être unis et formidablement mobilisés.

Allons-y !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel