m

Minuscule promenade dans le silence bavard du jardin. On dit trop souvent que les oiseaux chantent : la plupart du temps, ils parlent.

Petit brouhaha de paroles émises dans tous les sens, sur tous les tons dans l’atmosphère du lever du jour, et aussi à certaines heures dont la rythmicité m’échappe. A l’instant au contraire, de rares paroles, échangées d’une branche à l’autre, presque en catimini, un peu comme à la messe.

Il y a quelques mois, « éco-emballage » avait eu l’idée d’une réclame (oui, je sais, maintenant on dit « pub » !) charmante à la radio : un concert d’oiseaux pépillant sur tous les tons était décrypté par une voix humaine, qui suivait les tons et les modulations, pour vanter l’éco-emballage et le respect de la nature.

Oui, je sais aussi, maintenant on dit « la planète ».

C’était charmant et c’est un peu à l’aguêt de quoi j’étais tout à l’heure, avant de venir le retranscrire sur mon ordi. Les oiseaux disaient qu’ils étaient petits et fragiles ; et aussi que ce clair de soleil n’allait pas durer, qu’un peu plus haut dans le ciel, il y avait des ombres grises et une odeur de pluie.

Alors je suis rentrée parce que j’ai eu peur d’oublier toutes ces petites phrases qu’ils avaient dites.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel