m

Quant à moi, je ne serai favorable aux mères porteuses qu’au moment où le progrès scientifique aura permis qu’il y ait des pères porteurs.

Moins superficiel qu’il n’y parait.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel