m

J’écris ce court billet une demi-heure avant d’avoir le droit de le publier.

Les médias s’interrogent sur le taux d’abstention de plusieurs points supérieur à celui observé aux municipales de 2008.

Aucun ne s’interroge sur eux-mêmes pour expliquer cette désaffection croissante des scrutins. Mais enfin, quand des sondages sont régulièrement publiés, des vérités assénées plus quotidiennement encore, comment les citoyens pourraient-ils se sentir les véritables acteurs de la vie politique ?

A Bordeaux, outre les sondages, une campagne faite sur fond d’affiches faites de la première page de l’express « Juppé superstar » « juppé 1er Maire de France », à quelques semaines et encore à quelques jours du scrutin, pourquoi aller voter ?

Bien sûr, il y a « les affaires » et leur dramatique dévalorisation du politique, cet objet non identifié, qui serait plus tourné vers les intérêts les plus sonnants et trébuchants que vers l’intérêt collectif. Sauf que.. on ne fait pas toujours la distinction entre ceux qui sont les instigateurs et ceux qui sont les victimes.

Je mettrai ce billet en ligne à 20 h. Il dit mon inquiétude.

Comments 5 comments

  1. 24/03/2014 at 08:32 Clément

    L’abstention est plus le fait du sentiment d’abandon que ressentent les français vis-à-vis des politiques. Depuis au moins 20 ans, la politique se fait par et pour les entreprises, sans considération pour l’humain ou la population.
    Une loi de temps à autre pour faire passer la pillule (35h, mariage pour tous, …) et la classe politique française continue d’ignorer royalement la population tout en nouant des liens de plus en plus étroits avec les entreprises du CAC 40.
    Voilà, Madame la Ministre, ce qui cause l’abstention. Les médias se contentent du sensationnel, des faits divers et boivent la communication officielle que vous leur versez. Eux font monter le FN ; vous faites monter l’abstention.

    Il reste 3 ans à ce gouvernement pour renverser la barre et montrer que vous prenez en considération le peuple.
    Il reste 3 ans au Président de la République pour tenir ses engagements de campagne et surtout à cesser d’aller à contresens de ce qu’il avait promis.

    Montrez-nous, je vous en conjoure, que la classe politique française est capable d’autre chose que de magouilles, d’intrigues et de manipulation. Chassez les communicants, écoutez les français et tenez vos engagements.

  2. 24/03/2014 at 10:04 Albert64

    Les affiches et la pub faite autour de Juppé qui démotiveraient les électeurs, fussent-ils de gauche?
    Etes-vous encore capable Mme Delaunay de comprendre ce que vivent les gens ordinaires. Nos concitoyens en ont assez qu’on leur sorte à gauche un catalogue digne du Père Noël, en renvoyant les réformes à nos enfants, au lieu de résoudre les vrais problèmes: l’empilage des strates administratives, le carriérisme des politiques, les intouchables droits acquis, etc. A bon entendeuse…

  3. 24/03/2014 at 13:55 Alain

    Cette campagne bordelaise a en effet été largement tirée à hue et à média vers Alain Juppé, auquel le césar des césars a été remis plusieurs mois avant l’ouverture des enveloppes contenant le nom du vainqueur. Au-delà, force est de constater que ledit résultat ne diffère pas cependant de celui de nombreuses villes sur l’ensemble du territoire, quand bien même il a pu être amplifié. Parce que la cause en est aussi, surtout, nationale et internationale. Ne tournons pas autour du pot : les Français, impatients, n’ont pas constaté d’effet positif sur leurs problèmes de la politique mise en oeuvre depuis près de deux ans par François Hollande, d’où leur défiance et leur rejet, ou plutôt leur abstention réprobatrice, vengeresse dans la plupart des cas.

    S’ils prenaient soin de relire les déclarations de campagne du candidat socialiste à la présidentielle de 2012, et si la presse prenait parfois la peine de nous les rappeler, il avait indiqué que les deux premières années de son mandat seraient difficiles, voire douloureuses. Ce n’était pas un pronostic ou une prophétie mais une certitude. Faute de mémoire et parce qu’ils souffrent, les Français sont aujourd’hui dans la situation d’un cancéreux qui, au motif de son inefficacité et de son désagrément, rejette au bout de quelques mois un traitement dont le médecin hospitalier lui a expliqué qu’il demeurait indispensable pour venir à bout de ses métastases. Je ne les condamne pas, c’est leur attitude qui les condamne.

    Le traitement du docteur Hollande est donc sur la sellette. Comment pourrait-il l’ignorer ? S’il le considère comme vital au poste où les Français l’ont placé, doit-il pour autant changer ce traitement au motif qu’il peut faire perdre des élections à la gauche de gouvernement ? Bien sûr que non si son objectif est de redresser la France, fût-ce au prix de sérieux revers et même du risque d’une possible défaite personnelle en 2017.

    Encore faut-il qu’il le dise aux Français les yeux dans les yeux, qu’il les tienne directement informés avec toute la solennité gaullienne de sa charge. Il n’est pas un président du conseil soumis aux humeurs, aux calculs et aux votes de parlementaires mais le président de la Ve République, élu directement par les Français. Un chef de guerre en ces temps de crise.

  4. 24/03/2014 at 17:26 Louis

    Veuillez agréer mes condoléances attristées …
    Une annonce dramatique de Najat Valaud-Belkacem sur Antenne 2 : les municipalités FN vont imposer le jambon dans les cantines scolaires !!! La république est vraiment en danger.

  5. 24/03/2014 at 17:38 Louis

    Alain, depuis le début de son mandat, le shogun François Hollande brûle d’envie d’en découdre. Dans des conflits un peu plus cossus qu’au Mali ou en Centrafrique. Il a déjà essayé avec la Syrie, ce qui n’était pourtant pas très prudent. Voilà qu’il remet ça avec la Russie, en envoyant quatre (!) avions de combat dans les ex-républiques soviétiques baltes, ce qui pourrait être carrément suicidaire. A force de chercher l’ex-officier du KGB Poutine, il pourrait bien le trouver. Et on aurait vraiment bonne mine. La seule chose qui m’attristerait : la mort de nos militaires. Une chose me rassure : le chef de nos armées n’envisage rien contre la Corée du Nord, où il y a pourtant beaucoup de choses à critiquer !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel