m

Les Députés ont commencé mardi 24 mai l’examen en deuxième lecture du projet de loi de révision des lois de bioéthique. A cette occasion Michèle Delaunay et Catherine Lemorton, membres de la commission spéciale bioéthique, ont déposé un amendement visant à permettre aux hommes homosexuels de donner leur sang.

En effet depuis 1983 les hommes ayant eu au moins un rapport sexuel avec un autre homme sont exclus du don de sang, au motif d’une forte présomption de séropositivité.

Les procédures qui entourent le don du sang (questionnaire sur les pratiques à risque, tests et décontamination) ont pourtant pour but de prévenir toute contamination et sont considérées comme suffisantes pour écarter du don toute personne hétérosexuelle ayant eu des pratiques individuelles à risques. Ces procédures ne peuvent-elles s’appliquer également aux homosexuels ?

Lors des débats, la majorité parlementaire ainsi que le gouvernement ont paru approuver la position des Députés du groupe Socialiste, Radical et Citoyen soutenant qu’il n’y a pas de populations à risques, mais bien des pratiques individuelles à risques, et que seules celles-ci peuvent justifier, au titre de contre indication médicale, une exclusion du don de sang.

Malgré cet apparent consensus la majorité a rejeté l’amendement. Xavier Bertrand, Ministre du Travail et de la Santé, a justifié son opposition au motif que le Conseil de l’Europe doit rendre prochainement un avis sur cette question. En attendant cet avis, et sans préjuger de la décision que prendra alors le gouvernement, les hommes homosexuels resteront donc discriminés en raison de leur orientation sexuelle.

Lire l’amendement de Michèle Delaunay et Catherine Lemorton

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel