INVITATION – DEBAT : INTERNET : AVENIR DE LA DEMOCRATIE ? LUNDI 14 NOVEMBRE A 20H30

flyer.jpg

Internet a bouleversé les possibilités de communication et d’information mais aussi d’éducation et d’accès à la connaissance. C’est également un outil démocratique comme l’a démontré l’implication des réseaux sociaux dans le Printemps arabe.

Pour autant, tout n’est peut-être pas si rose et l’on est en droit de s’interroger : Internet : démocratie ou dictature ?

C’est la question que nous poserons lors d »une conférence-débat en présence d’EDWY PLENEL (Médiapart), de Jean PETAUX (professeur à l’IEP de Bordeaux), de Matthieu Rouveyre, élu bordelais, Julien Rousset du journal Sud Ouest, Laura Slimani Présidente du MJS girondin, ainsi que jeunes très actifs sur le net.

Twittos ou pas, amis de facebook ou hostiles à ces mangeurs de temps, venez en débattre nombreux !

INVITATION – DEBAT : INTERNET : AVENIR DE LA DEMOCRATIE ? 14 NOVEMBRE A 20H30

flyer.jpg

Internet a bouleversé les possibilités de communication et d’information mais aussi d’éducation et d’accès à la connaissance. C’est également un outil démocratique comme l’a démontré l’implication des réseaux sociaux dans le Printemps arabe. l

Pour autant, tout n’est peut-être pas si rose et l’on est en droit de s’interroger : Internet : démocratie ou dictature ?

C’est la question que nous poserons lors d »une conférence-débat en présence d’EDWY PLENEL (Médiapart), de Jean PETAUX (professeur à l’IEP de Bordeaux), de journalistes et de politiques, ainsi que jeunes très actifs sur le net.

Twittos ou pas, amis de facebook ou hostiles à ces mangeurs de temps, venez en débattre nombreux !

Un instant de recueillement

Plusieurs mois après que j’en ai fait la demande au Président de l’Assemblée nationale, nous venons d’observer une minute de silence dans l’hémicycle en l’honneur de nos soldats morts en Afghanistan.

Plus que jamais, alors que le retrait de nos forces est programmé, nous devons rendre hommage à la difficulté de leur tâche, à leur courage et à leur engagement au nom de et pour notre pays.

Pensons pour de vrai, un instant, à leur famille et à leurs camarades qui ne peuvent éviter de se demander: « pourquoi ? »

LETTRE DE LA DEPUTEE N°5

Comme chaque année, voici « La lettre de la députée » qui reprend les grandes lignes de mon activité parlementaire et des dossiers locaux et nationaux sur lesquels je me suis particulièrement engagée.

Pouvoir d’achat, gens du voyage, santé durable, addictions, bioéthique, dépendance, réforme fiscale… autant de sujets qui ont marqué cette cinquième année de mon mandat à vos côtés.

Cette Lettre de la députée n°5 est l’occasion pour moi de vous inviter à mon compte rendu de mandat ce mercredi 29 juin à 18h30 à la Maison du Combattant, 97 rue Saint Genès.

UMP et Primaires socialistes

Il n’y a pas de limites à l’hypocrisie et à la mauvaise foi. Nouvelle et éclatante démonstration de l’ump, qui n’est pas avare en la matière, sur la question des primaires socialistes.

Au plan national, Jean-François Coppé crie au risque de fichage. Il s’y connait : c’est sa majorité qui a fait entrer 17 millions de Français sur le fichier STIC. Dix sept millions de Français, si l’on exclut du total de nos compatriotes les enfants, les vieillards et tous ceux qui sont pour une raison ou une autre éloignés du droit de vote, cela fait bon an mal an un Français sur deux dont les renseignements généraux sont en mesure de deviner les sympathies politiques. Mais, promis, juré aucun élu de droite ne s’en est jamais soucié.

C’est toujours cette même majorité, qui s’inquiétant que ni le STIC, ni les autres fichiers, n’avaient encore inclus les enfants, avait essayé de combler ce laxisme regrettable en nous imposant le fichier EDVIGE que Michèle Alliot Marie avait finalement dû retirer pour en proposer une version light ou supposée telle.

A Bordeaux, le Maire n’est pas plus démocratique. Alors qu’une circulaire du Ministre de l’intérieur lui donne toute latitude pour le faire, il refuse d’ouvrir les bureaux de vote habituels, ceux où les électeurs désireux de peser sur le choix du candidat socialiste auront bien évidemment l’idée de se rendre. Dans ce domaine, il met notre ville en tête des grandes villes non démocratiques comme la carte de ces mauvaises élèves le démontre.

Le souci du Maire de Bordeaux va au delà de celui de Coppé. Point n’est seulement question de faire craindre aux Bordelais d’être fichés par les hordes rouges du socialisme en marche, mais de pouvoir afficher un maigre score de votants dans « sa » ville. Pour cela, rien de mieux que d’égarer l’électeur potentiel ou de l’éloigner du lieu de vote. Il nous propose par exemple pour le 5 ème canton des lieux de vote dont aucun ne figure dans ce canton et pour plusieurs cantons, tous de plus de 20 000 habitants et de large superficie, un seul lieu de vote.

Elémentaire, mon cher Watson ! L’élimination du sympathisant socialiste par son aptitude à la marche sportive de longue durée, le Maire de Bordeaux n’est sans doute pas le seul à y avoir pensé, mais il est le seul Maire de grande ville à le mettre à exécution. C’est toute la différence entre un numéro 2 du gouvernement et un simple maire.

carte_primaires.jpg

top