m

Trois-cent vingt six policiers à Meaux hier pour sa courte visite en banlieue, 600 à Bordeaux pour son meeting électoral, 60 autour de sa villa de vacances au Pyla… Voilà l’Etat dont nous ne voulons pas.

La politique de sécurité de Nicolas Sarkozy est d’abord celle de sa propre sécurité. Le fait même qu’il en ait besoin montre qu’il n’est pas « cette rencontre d’un homme et d’un peuple » dont parlait Jacques Chirac.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel