m

Apprendre aux enfants à devenir parents… de leurs parents. C’est ma génération (née entre 1946 et 1965-70) qui a pris cette étrange réalité en pleine figure et qui est en train de la vivre. Quelques-uns l’ont déjà fait, d’autres le feront et désormais tous devront affronter cette épreuve. J’utilise le mot « épreuve » au sens de « rituel d’initiation » comme le faisaient les civilisations primitives pour l’accès à la maturité et/ou à la nuptialité.

Ma génération, celle des ex-baby-boomers, est réputée pour avoir connu une sorte d’alignement des planètes pendant les 30 glorieuses : paix avec  la fin de la 2ième guerre mondiale et celle, toute proche, de la guerre d’Algérie, prospérité économique.. On aurait cependant pu prévoir, au seul examen des courbes démographiques, que d’autres révolutions que celle de mai 68, se préparaient.

L’une d’elle sans doute la principale est celle de la longévité. Ma génération est la première a avoir vu massivement ses parents atteindre un grand âge sans que ceux-ci l’aient prévu, ni préparé, la première a n’avoir pas vécu au sein de sa famille la grande faux des guerres. Avec l’allongement de l’espérance de vie, elle a découvert combien l’on pouvait être démuni dans des conditions de vie qui n’étaient pas préparées au vieillissement.

L’allongement de la durée de vie s’est assorti de l’augmentation de fréquence de la maladie d’Alzheimer et des autres démences. Ainsi, le cerveau pouvait mourir avant le reste du corps qui, dans la génération précédente prenait presque constamment le devant : simple appendicite compliquée, maladie infectieuse, accident vasculaire, cancer que l’on n’avait pas découvert à temps, tous ces fléaux et moindre capacité à les soigner, faisaient le sale boulot : on mourrait dans la majorité des cas avant d’avoir atteint le grand âge et la pire de ses fragilités : « n’avoir plus toute sa tête », comme on disait autrefois.

Aujourd’hui, nous sommes sans doute quelques millions à avoir vécu ou à vivre l’accompagnement de nos parents dans des situations imprévues par eux comme par nous et à devoir nous comporter envers eux comme si nous en étions les parents, avec la responsabilité que cela suppose mais aussi l’effet miroir qui aujourd’hui est presque une constante de cet accompagnement : c’est ainsi que nous serons nous-mêmes demain.

Dans les trois premiers quarts du siècle dernier, nombreux sont les enfants qui ont aidé leurs parents : ceux-ci ne recevaient pas de retraite, vivaient dans des conditions rustiques (bien souvent en milieu rural). Ces enfants, comme on disait « avaient réussi » et le transfert financier s’effectuait en direction des anciens.

Ma génération a inversé le flux ou du moins a cru ou croit le faire : elle aide largement enfants et petits enfants à faire leurs études et à « s’installer dans la vie ». Oui, mais.. Elle affronte tardivement la responsabilité d’accompagner ses parents dans le très grand âge et.. de préparer pour soi-même ce très grand âge dans des circonstances très différentes d’autrefois.

Ces circonstances différentes sont multiples : l’évolution des familles, décomposées, recomposées, géographiquement éparpillées, professionnellement plus engagées en ce qui concerne les femmes. La plus concrète concerne le logement. De dimension réduite en particulier dans les villes qui sont sommées de se « densifier », plus cher, plus difficile d’accès pour beaucoup, et où il est difficile d’accueillir un vieux parent quand bien même on le voudrait, quand bien même l’activité professionnelle des différents membres, et en particulier celle des femmes, le rendrait possible.

Cette expérience nouvelle, les boomers et ceux qui leur succèdent, avec ce qu’elle suppose de nécessaire anticipation pour eux-mêmes, est sans aucun doute une « révolution » beaucoup plus grande que celle de mai 68. Cette « révolution de l’âge », à la fois merveilleuse (une troisième vie leur est offerte) et terrible (l’obligatoire prise de conscience que cette troisième vie est une pente descendante dont il faut penser et préparer chaque marche) est sans doute ce qui marquera cette génération qui est la mienne, bien plus que tout autre événement. Nous étions, ces années-là, en moyenne 800 000 à naître chaque année, nous sommes aujourd’hui 15 à 20 millions à l’affronter.

 

 

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *