m

Alors que le Sénat doit examiner ce soir la proposition de loi relative à l’assistance médicalisée pour mourir, Michèle Delaunay rappelle que mourir est non seulement le destin inéluctable de l’homme, mais c’est également un droit, que l’état actuel de la loi ne garantit pas.

Cependant des dispositifs existent déjà : la loi Leonetti, qui permet à un malade d’arrêter ou de demander l’interruption de son traitement, et plus encore l’assistance au suicide, qui n’est pas punie par la loi.

Ces deux points ne règlent pas toutes les questions et laissent ouverte la possibilité d’inégalités dans les choix des personnes. Plus encore, reconnaissons que le débat sur l’euthanasie est en train d’évoluer. Il concernait précédemment les cas de maladies intolérables, tel celui de Mme Sebire. Nombreux sont ceux aujourd’hui qui pensent bien davantage aux cas de démence et de déchéance physique et psychique où les malades ne sont plus en état d’exprimer leur volonté. Tout projet de loi doit prendre en considération ces deux éventualités : patient capable de manifester sa volonté, patient empêché de le faire.

Les Députés du groupe socialiste ont déposé en 2009 une proposition de loi pour le droit à finir sa vie dans la dignité. Michèle Delaunay avait salué cette initiative et les pistes de réflexion qu’elle proposait. Elle avait cependant émis deux réserves particulièrement importantes :

  • Le caractère d’exception d’un droit à l’aide active à mourir doit lui servir de principe , l’expression anticipée du désir d’aide active à mourir mérite un complément de connaissances. La demande d’aide active à mourir exprimée par un malade voit s’affronter les principes qui fondent l’exercice médical : le soutien et la protection de la vie, le soulagement de la détresse et de la souffrance, et le respect de la volonté du malade.
  • Une réflexion doit être menée sur l’expression anticipée de la volonté d’aide active à mourir et sur ses conditions d’application : un droit anticipé à décider de sa mort soulève la difficulté pour la personne de définir les conditions qu’elle juge indignes et la difficulté plus grande encore des médecins d’être sûrs que son état actuel répond bien aux conditions établies par le sujet. Le problème se pose de manière encore plus aiguë quand le sujet est dans l’impossibilité de d’exprimer sa volonté.

Michèle Delaunay espère vivement que la réflexion se poursuivra sur ce sujet, sans pour autant négliger de prendre en compte les risques de dérive évoqués par le gouvernement

Comments 1 commentaire

  1. 23/05/2012 at 08:52 Jean-Marc Potdevin

    Mme la ministre,
    L’ouverture de la reconnaissance pour le « droit à mourir » pour les personnes les plus faibles ou les plus souffrantes va conduire à un changement de regard, qui incitera ces personnes devenues « gênantes » aux yeux de la société (la preuve, « la Loi » légitimise leur mort) à vouloir s’éliminer.
    Il faut au contraire travailler à changer les mentalités vers plus d’humanité à leur égard, promouvoir la solidité familiale qui entoure ces personnes et leur montre la beauté de leur vie quelque soit sa phase.

    Ce « tout projet de loi doit être fondé sur l’exception » a été un des arguments forts en faveur d’une législation sur l’avortement il y a 35ans. On voit ensuite la façon dont la loi dans sa lettre et dans son esprit a été foulée aux pieds, et l’avortement est devenu une pratique généralisée, dans bien des cas substitutive à l’avortement, et les cas d’exception grave (viols, inceste, etc.) représentent moins de 0,5% (en excluant des stats les avortements pour causes médicales). Dans certains pays praticable jusqu’au 8ème mois de grossesse. Les pressions sur les femmes (économiques et professionnelles, sociales, culturelles, familiales,…) sont désormais nombreuses – et les prive souvent d’un réel choix libre – et l’on voit l’impasse et l’impossibilité aujourd’hui de mettre un frein à sa progression, car « la loi d’exception » a changé les mentalités en changeant le regard que l’homme portait sur la dignité de l’embryon.

    Vos nouvelles fonctions vont vous donner cette belle responsabilité de protéger la dignité des personnes en fin de vie. Utilisez là pour le bien commun.
    Bien à vous

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel