m

Les deux piliers de la République comptent-ils si peu en face de la cigarette ?

Le premier, l’Education nationale dont la mission est de faire connaître, comprendre et respecter les lois de la République et qui s’autorise aujourd’hui d’y déroger par une circulaire sibylline aux responsables scolaires après la mise en place de l’état d’urgence. On en notera le caractère sibyllin :

 » Dans les lycées, des zones spécifiques peuvent être aménagés au sein des établissements scolaires dans les espaces de plein air pour éviter que les élèves ne sortent du lycée pendant les interclasses »

Nombreux ont été les proviseurs qui ont interprèté ces « zones spécifiques » comme des zones où serait donnée la possibilité de fumer. L’imprécision laisse cependant l’imagination aller plus loin.

Cette possibilité viole par deux fois la loi. L’article R35 -11-1 datant de 2007, lequel précise la loi Evin et étend l’interdiction de fumer à la totalité de l’enceinte scolaire, cours et préaux compris et d’autre part l’interdiction de vente de tabac aux mineurs, complétée par la loi santé exigeant la présentation d’un titre d’état civil.

Le second pilier, celui de la santé publique et de son bras armé, la sécurité sociale. Le Gouvernement a présenté cette année un Programme National de Réduction du Tabagisme avec comme priorité le tabagisme des jeunes et l’ambition d’une prochaine « Génération sans tabac ».

En sera-t-il de même pour la COP21 : l’excellence des résolutions sera-t-elle aussitôt réduite par l’inconséquence des décisions ? Car enfin, autoriser de fumer pendant les pauses récréatives (la pause méridienne n’est pas concernée) n’est-ce pas accepter l’idée que les jeunes sont d’ores et déjà en addiction (s’abstenir de fumer pendant 3 h ne paraît pas insurmontable ; accepter aussi que ceux qui ne sont pas déjà en addiction vont y entrer (c’est le cas dès la centième cigarette) ?

N’oublions pas enfin que l’état d’urgence risque, après les événements récents, de se prolonger. Une mauvaise habitude n’est pas pour autant facile à interrompre et il y a fort à parier que si nous les tolérons aujourd’hui les coins fumoirs s’installeront définitivement dans les établissements scolaires.
J’ai été sidérée d’entendre dans les médias un proviseur approuver la mesure sous le prétexte de la hiérarchie des risques, le risque terroriste lui paraissant beaucoup plus menaçant que le risque du tabac. Autorisons-nous d’être cynique, M le Proviseur : vos élèves ont-ils plus de chances de mourir du tabac -lequel tue un fumeur sur deux ou du terrorisme ?

Mon père disait « les galons se cousent, l’autorité se construit ». Quant au courage, c’est sûr, il ne s’achète pas dans les bureaux de tabac.

 

 

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *