m

L’opposition parlementaire pourra-t-elle retrouver force au Sénat ?

Et si le Sénat devenait le lieu de la contestation ? Traditionnellement plus calme, plus pondérée, la « chambre haute » va peut-être lors de son prochain renouvellement partiel bénéficier du grand chamboulement de l’ère macroniste.

En bénéficier, mais à l’envers. Le « godillotisme assumé » des députés LREM commence à donner des idées à l’opposition, de droite comme de gauche. Le corps électoral du Sénat n’étant pas celui de l’Assemblée (il est constitué d’élus), il ne suffira par à « En marche » de présenter de nouveaux visages, d’autant que la « conférence des territoires » a fait comprendre aux votants potentiels que leur avenir était lourdement en jeu.
Tout cela risque de dépendre du nombre de candidats sénateurs qui tourneront casaque (car ils ont été élus avant la création de la République en Marche) et de sénateurs en place qui rejoindront le groupe qui s’est créé depuis lors.

Les uns et les autres risquent d’être moins nombreux qu’espéré par le Président de la République : sa popularité faiblit comme prévisible, mais surtout l’opinion et les élus LR comme PS commencent de se demander si être dans l’opposition n’est pas plus utile que d’applaudir en cadence à chaque projet de loi du Gouvernement…

A suivre, la rentrée n’ira pas sans surprises.

Moralisation de la vie politique

Je proposais, dans mon programme pr l’élection législative, 2 mesures que je souhaitais porter l’occasion de la loi de moralisation de la vie politique .

La première : le non cumul d’un mandat de parlementaire et d’un emploi. Parlementaire est en soi meme un emploi à plein temps, il n’est pas sain qu’on occupe un autre poste, alors que tant de Français sont en recherche d’un emploi). De plus, c’est augmenter le risque de conflits d’intérêt.

La seconde : l’assermentation des parlementaires, pour le service de la République, l’absence de conflits d’intérêt et.. Le respect de la confidentialité quand elle est requise.
C’est le cas des commissions de la Défense qui se déroulent à huis clos. Si aucun député n’avait divulgué les paroles du Gal de Villiers, une affaire très fâcheuse aurait pu être évitée et les parlementaires (et eux seuls) auraient été informés comme il se doit des inquiétudes du chef d’Etat Major.
L’une et l’autre de ces mesures finira peut-être un jour par s’imposer…

Réserve parlementaire, dès février 2012, Michèle DELAUNAY proposait sa réforme !

En Février 2012, Michèle DELAUNAY a déposé à l’Assemblée Nationale une résolution pour la moralisation de la réserve parlementaire : réduction des montants, égalité entre les députés (la majorité d’alors recevait des montants beaucoup supérieurs à ceux de l’opposition dont elle faisait partie), publication des bénéficiaires et des projets financés.

Cette idée a fait son chemin et c’est aujourd’hui une suppression radicale de cette réserve qui va arriver au Parlement.

Un seul problème, cela va mettre en difficultés des associations très utiles comme la Banque Alimentaire ou les Resto du Coeur qui ont reçu des financements importants en particulier des députés de gauche.

Elle rappelle que l’usage de ma réserve a été chaque année publiée de manière détaillée sur mon blog.

Grippe aviaire : courrier au Ministre pr la vaccination des canards

Suite à sa rencontre avec le Professeur FLEURY, Chef de service du laboratoire de Virologie et USB ; Chef du pôle de Biologie et Pathologie du CHU de Bordeaux, Michèle DELAUNAY a adressé un courrier à Monsieur Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, l’appelant à l’arrêt du vide sanitaire dans les élevages de canards et d’oies menacés par la grippe aviaire pour privilégier au contraire la vaccination.

Courrier à Monsieur le Ministre : lett Le Foll – grippe aviaire

 

Bilan parlementaire et ministériel 2012-2017

Durant ces cinq derrières années, comme dans les cinq précédentes, Michèle DELAUNAY s’est engagée très concrètement dans des domaines décisifs pour la vie de chacun de nous et sur des sujets d’intérêt général.

Le document ci-après présente, de manière synthétique les points essentiels du bilan de son action durant le mandat qui s’achève : de 2012 à mi-2014 en tant que Ministre déléguée aux Personnes Agées et à l’Autonomie et de mi-2014 à 2017 en tant que députée, membre de la Commission des Affaires Sociales.

Bilan 2012-2017