m

A Eric de Montgolfier

Monsieur le Procureur,

C’était un honneur pour nous tous de vous rencontrer et de vous écouter hier à Bordeaux. Un honneur et un plaisir particulier pour moi de vous accueillir dans ma circonscription comme c’est l’usage d’une République que tous nous voulons exemplaires.

Je ne partage pas totalement à titre personnel votre rejet de la possibilité d’inéligibilité en cas de faute avérée d’un élu, mais votre point de vue m’a permis de regarder autrement la question et je vous en remercie. Comme vous et selon votre formule, je suis convaincue qu’ « en démocratie, le soupçon, c’est le pire » et qu’il peut être spécialement dramatique à l’encontre d’un Président en exercice.

Je voudrais éclairer ma position concernant l’exemplarité de la République. Elle concerne bien évidemment en premier lieu ceux qui se sont portés candidats à y assumer des responsabilités. Pour cette raison, j’ai été totalement favorable à la publication des patrimoines et à la dénonciation de tout conflit d’intérêt. Concernant le premier point, un des rares où nous ayons été très légèrement consultés en 2012, alors que je venais d’être nommée Ministre déléguée, j’y avais souscrit sans réserve mais avec une remarque « les Français s’y intéresseront le premier jour, puis oublieront et ne le porteront pas à notre crédit ». Ce fut le cas. La question du bilan du quinquennat et de la nécessité de le porter ou non était hors de mon champ de vision, comme vous l’avez un instant cru.

Lorsque j’ai évoqué le sujet, vous avez répondu « Vous avez été nombreux à être contre ». Je ne pense pas un seul instant que vous puissiez avoir été prévenu à mon endroit, mais je tiens à ce que, ni vous même, ni le public n’ait le moindre doute sur mon attitude d’alors, comme sur mon exigence d’exemplarité.

Un point qui m’est important est l’appel à l’exemplarité, plus justement à l’honnêteté et à la probité du Peuple lui même. Une personne du public vous a d’ailleurs interrogé sur l’enseignement des valeurs, la nécessité d’apprendre aux jeunes à distinguer le bien du mal. A cela aussi, je souscris.

Il est important de poser les problèmes avec hauteur, mais vous en conviendrez j’en suis sûre, il est important pour un élu qui se présente de nouveau au suffrage, que « le soupçon » n’entrave d’aucune façon ses paroles et son action.

Soyez assuré, Monsieur le Procureur, de mon respect et de mon admiration dans chacune des phases de votre carrière de magistrat. Bordeaux, comme moi même, aura toujours honneur et intérêt à vous recevoir.  MD

 

 

Devons-nous vraiment nous taire ?

Parce qu’il était non mon ami, mais qu’il m’avait accordé sa confiance, je décide que la réponse est « non ».

Je me suis souvent disputée avec Henri Emmanuelli sur le fait qu’il était un fumeur invétéré et que je ne le voyais jamais sans que cela me fende le coeur. Il bougonnait, ronchonnait mais cela finissait toujours par « pour moi, c’est trop tard, mais tu as raison de te battre ».

De ces mots parcimonieux, de la confiance qu’il m’a faite en me confiant son diagnostic, en échangeant sur son pronostic qu’il connaissait avec la même acuité que moi, je m’autorise à « dire ». Je crois et j’espère qu’il ne me désavouerait pas.

Henri est mort d’un cancer du poumon, lequel s’ajoutait à un problème neurologique ancien, altérant sa capacité à vivre librement, mais -du moins, je le crois- pas son pronostic vital.

Il savait tout. Et pour une fois, ce « tout » a l’immensité de sa force. c’est aussi ce « tout », cette connaissance sans recours de l’inéluctable, qui m’a fait bien souvent sortir de la chambre de mes malades les larmes aux yeux d’une admiration sans bornes dont, chaque fois, je m’interrogeais si elle serait pour moi de même niveau.

J’ai écrit « Henri est mort d’un cancer du poumon ». C’est faux : Henri est mort du tabac. Devrons-nous longtemps continuer de le taire ? S’il ne me l’avait pas dit lui-même, si entre les lignes, il ne l’avait pas si souvent évoqué, moi non plus, je ne me sentirais pas autorisée à en parler.

Devrons-nous longtemps accepter de perdre ceux que nous admirons, ceux que nous aimons, ceux en lesquels nous croyons, ceux qui vont nous manquer et, dans le cas, manquer à la Politique, manquer au Parti Socialiste, ces deux derniers ayant en ces temps difficiles un urgent besoin de figures intègres, de personnalités entières, exigeantes, rudes, volontaires, qui ne louvoient, ni n’intriguent, en même temps qu’infiniment pudiques et sensibles ?

Trop, trop longtemps, dans un silence trop grand, une hypocrisie trop intolérable, les journalistes, mais aussi mes confrères, mais aussi bien souvent les familles de ces morts indus, se sont tus. Je me suis faite brocarder pour avoir relié au tabac la mort de Patrice Chéreau, jusqu’à chaque fois craindre de trahir l’intime secret de la médecine, alors que je n’était pas le médecin qui soigne. Mais Michel Delpech, Yohan Cruyff, Yul Brunner n’avaient pas caché ni leur maladie ni leur volonté qu’elle ne soit pas inutile dans la lutte contre ce fléau abasourdissant : le tabac. Et hier 20 mars pourtant, aucun candidat à la Présidentielle, mais pas toi, Benoit Hamon, qui était son « fils », n’a osé en parler.

Henri avait moins que mon âge, le désir, caché par impossibilité, de vivre et un de ses derniers tweets fut une image radieuse de sa petite fille. Nous ne devons plus supporter cet immense échec, ce terrible manque de courage. Merci à tous de votre aide.

 

 

 

 

Le travail, une valeur de gauche

Beau et surtout très, très intéressant discours de Benoît Hamon à Bercy devant 15000 personnes. Changement de ton et magistral retour aux valeurs fondatrices de la gauche, en lettres majuscules. La GAUCHE historique, fondamentale, essentielle et qui, en effet,  fait toujours « battre le coeur ».

C’est un champ souvent évoqué dans ce blog, qui me retient une fois encore : la place et la valeur du travail. Ce champ est à ce point fondateur de la gauche que j’ai été gravement troublée de le voir jusque-là trop absent ou malmené dans la campagne de Benoît. Oubliées aujourd’hui, ou en tout cas non mentionnées, les phrases-clefs des Primaires :  « Notre rapport au travail doit changer », « le travail ne doit plus être au centre de la société », « qui n’est pas heureux dans son travail doit pouvoir arrêter bénéficier d’un revenu » .. (Je cite non littéralement, mais sans changer le sens) . Exit aussi, le fait que le travail doive inéluctablement se raréfier, voire disparaître, et en tout cas ne plus fonder notre rapport au réel. Il va changer, plus radicalement encore qu’on ne le croit, avec un retour majeur du travail non substituable par la technique quand nous serons demain près de 10 milliards de terriens, mais il demeurera à la base de notre place dans la société et de nos liens sociaux sous peine de basculer dans une socièté façon « le meilleur des mondes ».

J’ai entendu aujourd’hui dans le discours de Bercy : « Comme vous, je crois à l’effort, comme vous je crois au travail ». Et dans une phrase que je ne sais plus citer exactement, un salut sans réserve au rôle émancipateur du travail. Merci Benoit. Merci pour la petite fille dont tu as parlé et qui demain sera peut-être à ta place à Bercy, candidate comme toi à la Présidence de notre République ; merci pour les milliers de jeunes qui t’entouraient, merci pour tes parents (et en particulier ta maman, ce que toi seul comprendras..) qui ont travaillé, peiné, pour que tu sois ce que tu es. Merci tout court : mes grands parents et mes parents étaient, en tous points, semblables.

Et bravo pour tout ce discours. Pour ces accents de tribun, pour cet incroyable effort de concentration que suppose un tel exercice. Ne le négligeons jamais : ceux qui s’y appliquent n’ont pas « de la mémoire » mais de la volonté et une exceptionnelle capacité de travail. Toutes les cases susceptibles de rassembler la GAUCHE en lettres majuscules, celle que j’évoquais tout à l’heure, tu les as marquées et personne d’entre nous ne peut y être insensible. Oui, mon coeur a battu. Et c’est avec le coeur, mais aussi avec les mains de l’artisan, les pieds du marcheur et le réalisme du père de famille gérant un budget, que nous devons construire dans une Europe que, toi comme moi, nous aimons et à laquelle nous voulons appartenir pleinement.

 

Corrigendum et mise au point

Exercice que je déteste, je dois faire un corrigendum à l’article de Sudouest de ce jour.

Cet article était supposé être une réaction au portrait d’Anne Walryck, candidate « les républicains » dans la 2ème circonscription . Fidèle à mes engagements vis à vis de moi même, je n’ai souhaité faire aucune critique de cette candidate comme d’aucun(e) autre. Je connais peu Anne Walryck, qui intervient peu en conseil municipal et métropolitain et qui pendant toute une période se faisait régulièrement réprimander par Alain Juppé ce qui m’était très désagréable. J’entretiens avec elle des relations de civilité et n’ai aucune réserve à l’égard de sa personne. J’aurais préféré, contrairement à ce que l’article affiche en gros caractères, être opposée à Virginie Calmels qui représente tout ce que je combats. J’avoue à cette occasion être très surprise qu’en « récompense » de son retrait aux législatives et de ses aller-et-retour politiques, Alain Juppé la nomme hier officiellement première adjointe.

L’article évoque ensuite maladroitement, voire faussement d’autres sujets qui paraissaient relever d’une simple conversation. J’éclaire la situation.

  • je SOUTIENS Benoît Hamon d’autant qu’il donne chaque jour davantage des signes positifs en direction du rassemblement des socialistes (révision du revenu universel, hommage à l’action du gouvernement pendant les 5 années écoulées et particulièrement à plusieurs ministres). J’ai cependant à l’égard de son programme une réserve : il ne porte pas avec assez de vigueur le caractère émancipateur du travail (je pense en premier lieu aux femmes) et le fait qu’il est fondamentalement une valeur de gauche. La suite des billets de mon blog ces dernières semaines explique cela de manière détaillée.
  • je ne PARRAINE aucun candidat. Benoît a largement réuni les 500 signatures nécessaires. S’il avait eu besoin de moi pour être candidat, je l’aurais parrainé. Le parrainage est un acte personnel et je m’amuse que la question ne soit posée à aucun candidat qu’à moi. J’y réponds cependant.

Voilà, je tenais à préciser ce qui est confus dans le texte de Sudouest. Je me suis résolue dans cette campagne comme dans les précédentes à une attitude positive, propositionnelle et véridique, ayant pour objet la vie des Français et l’avenir de la France.

IMG_0646 copie

Article de Sud-Ouest du 15 mars 2017

 

Réserve parlementaire : utilisation 2012-2017

Tout député reçoit chaque année une enveloppe de 130 000 euros. Depuis qu’elle est députée (2007), Michèle DELAUNAY en publie régulièrement l’utilisation sur ce blog.

Il est important de noter que ce n’est que depuis le début de ce quinquennat que le montant de cette réserve a été unifié pour tous les groupes politiques et quelle que soit la notorièté du député. La réserve variait de 1 à 20 sous le quinquennat précédent, ceci en faveur de la majorité UMP d’alors. Cette unification est une avancée de plus faite par notre gouvernement pour une meilleure pratique de la politique.

La synthèse de cette utilisation (comprenant les deux années où mon suppléant Vincent Feltesse était député) est détaillée ici.

 

2013

 

Mouvement Français pour le Planning familial – association départementale de la Gironde 18 rue Sainte Colombe, 33 000 BORDEAUX Renforcement des moyens humains pour développer des actions en matière de sexualité, de rapports sociaux de genre et de formation de professionnels et d’intervenants 20000 €
Association Cultuelle Israélite de la Gironde 213 rue Sainte Catherine – 33 000 BORDEAUX Remise aux normes du système de video-surveillance de la synagogue de Bordeaux 10000 €
Fédération musulmane de la Gironde 50 rue Jules Guesde – 33 000 BORDEAUX Participation au financement du pré-projet du centre culturel musulman de Bordeaux 50000 €
Centre d’Animation Argonne-Nansouty/Saint Genès 1bis rue Lhérisson – 33 000 BORDEAUX Financement d’un minibus de 9 places pour les sorties culturelles, sportives et de loisirs des enfants, adolescents, adultes et seniors 26000 €
Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde ZI Alfred Daney – Rue Bougainville – 33 300 bordeaux Participation au financement d’un camion frigorifique pour le transport des denrées alimentaires 24000 €

 

 

 

 

2014

 

Fondation du mémorial de la traite des noirs Cinéma Utopia, 5 Place Camille Jullian, 33000 BORDEAUX 7 000,00 €
Ligue des droits de l’homme Athénée – Père Joseph Wrésinski, 1 Place Saint Christoly, Boite n°35, 33000 BORDEAUX 4 000,00 €
IPPO 14 rue Villedieu, 33000 BORDEAUX 18 000,00 €
CIMADE 32 rue du Commandant Arnould, 33000 BORDEAUX 5 000,00 €
Surf Insertion 18 Rue des Menuts, 33000 BORDEAUX 5 000,00 €
L’Épicerie 6 Rue Jules Guesde, 33800 BORDEAUX 8 000,00 €
Secours Catholique Parc Château Rouquey – Immeuble Orion II, 12 rue Thalès, 33700 MERIGNAC 10 000,00 €
Société Saint Vincent de Paul 26, rue du Commandant Arnould, 33000 BORDEAUX 10 000,00 €
Le Girofard 34 Rue Bouqière, 33000 BORDEAUX 4 000,00 €
ASTI 10 Rue de Causserouge, 33000 BORDEAUX 5 000,00 €
Promofemmes 10 Rue Carpenteyre, 33800 BORDEAUX 5 000,00 €
La maison des enfants 64 Rue Magendie, 33000 BORDEAUX 4 000,00 €
Chahuts 25 rue Permentade, BORDEAUX 3 000,00 €
Les Restos du coeur Frêt -Z.I. de Bruges, Rue Robert Mathieu, 33521 BRUGES Cedex 9 000,00 €
C dans la boite 64 Rue Notre Dame, 33000 BORDEAUX 3 000,00 €
BEC Handball Salle Nelson Paillou, 53 rue pauline Kergomard, 33000 BORDEAUX 7 000,00 €
Maison Basque 7 Rue du Palais de l’Ombrière, 33000 BORDEAUX 3 000,00 €
Banque alimentaire Z.I. Alfred Daney, Rue Bougainville, 33300 BORDEAUX 9 000,00 €
Graines de la solidarité 71 Rue Roger Mirassou, 33000 BORDEAUX 4 000,00 €
AIDES Gironde 6 Quai de Paludate, 33000 BORDEAUX 7 000,00 €

 

 

 

 

2015

 

Foyer Socio-Educatif du collège Goya Collège Goya – 56 rue du Commandant Arnould – BP 49 – 33023 BORDEAUX Participation au financement d’une sortie scolaire et pédagogique à Paris 1 000,00 €
Diaconat de Bordeaux 32 rue du Commandant Arnould – 33 000 BORDEAUX « Expérimentation logement » – Favoriser l’insertion durable des publics relevant du PDALPD dans un logement de qualité 20 000,00 €
L’Ire des Marges 13 rue Pierre Curie – 33 800 BORDEAUX Création d’une revue culturelle, Phaeton 5 000,00 €
Le Refuge Le Hil, 37 rue des Menuts – 33 000 BORDEAUX Développement et pérennisation de la structure d’accueil de jour des publics en les intégrant à une vie participative et associative 13 000,00 €
IPPO – Information Prévention Proximité Orientation 14 rue Villedieu – 33 000 BORDEAUX Renouvellement de l’équipement informatique 4 000,00 €
Ostau Occitan 171 avenue de la Paillère – 33600 PESSAC Développement du festival « Mascaret » à Bordeaux 1 500,00 €
Renapsud 7 rue de l’Ormeau Mort – 33000 BORDEAUX Formations au repérage et la prise en charge du jeu pathologique des professionnels de santé de premier recours 12 000,00 €
Radio CHU Groupe hospitalier Pellegrin – Place Amélie Raba-Léon – 33076 BORDEAUX Cedex Equipements radiophonique et informatiques de diffusion 7 500,00 €
Maison des femmes 27 cours Alsace Lorraine – 33 000 BORDEAUX Développement des suivis statistiques : équipement informatique, logiciels statistiques, fonctionnement 3 000,00 €
AQAFI 134 rue Mondenard – 33 000 BORDEAUX Accueil et accompagnement des étudiants étrangers 4 500,00 €
Vivre Avec 44 cours Pasteur – 33 000 BORDEAUX Hébergement intergénérationnel – aide au fonctionnement 4 500,00 €
Agence Créative 76 cours de l’Argonne – 33 000 BORDEAUX Création d’une résidence d’artistes en EHPAD 10 500,00 €
DOMISIEL 42 rue de la Kruteneau – 67 000 STRASBOURG action d’accompagnement individualisé en Activités Physiques Adaptées à domicile à Bordeaux 10 000,00 €
Association régionale pour l’Intégration des Sourds 90 rue Barrault – 75013 PARIS Incrustation d’une interprétation LSF dans les DVD de cours de code de la route officiels français 3 000,00 €
Autour de la Flèche 6 rue Gaspard Philippe – 33800 BORDEAUX Soutien aux initiatives et manifestations de l’association des commerçants et artisans 5 000,00 €
Secours Populaire Français de la Gironde 95 Quai de Paludate – 33800 BORDEAUX Séjour vacances en direction des séniors 15 000,00 €
Jeunesse Futsal 54 rue Flamarion – 33100 BORDEAUX Création d’une section jeune futsal et organisation de stages vacances 5 500,00 €
Alliance 33 380 Cours de la Somme – 33 000 BORDEAUX Animations dans le cadre de la journée mondiale de soins palliatifs 4 000,00 €
Ligue de l’Enseignement 1 000,00 €

 

 

 

 

2016

 

Ligue contre le Cancer Gironde 137 Cours de l’Yser – 33 800 BORDEAUX 2000 €
Médiathèque des Malades des Hôpitaux de Bordeaux Hôpital Pellegrin – Tripode – Place Amédée Raba Léon – 33 076 BORDEAUX CEDEX 10000 €
ASTREE 17 rue des Menuts – 33 000 BORDEAUX 2000 €
Eurofroggies Lycée F. Magendie, 10 rue des Treuils – 33 000 BORDEAUX 2500 €
SOS racisme 20 rue Bergeret – 33 000 BORDEAUX 4000 €
Union Saint Bruno 49 rue Brizard – 33 000 BORDEAUX 7000 €
Réseau Paul Bert 2 rue Paul Bert – 33 000 BORDEAUX 3000 €
Association Les Gringalets 20 rue Paul Dukas – 33 700 MERIGNAC 10000 €
Promofemmes 10 rue Carpenteyre – 33 800 BORDEAUX 5000 €
La Chiffone Rit 77 rue Reinette – 33100 BORDEAUX 5000 €
La Cimade, groupe locale de Bordeaux 32 rue du Commandant Arnould – 33000 BORDEAUX 5000 €
Karavan Bordelaise MDE – Campus Carreire – 146 rue Léo Saignat – 33076 BORDEAUX CEDEX 2000 €
Prendre Soin du Lien 40 allée d’Orléans, immeuble le Splendid – 33000 BORDEAUX 1000 €
RUELLE – Relais Urbain d’Echanges et de Lutte contre l’Exploitation 6 Quai de Paludate – 33000 BORDEAUX 5000 €
Restaurants du Cœur ZI de Bruges – RueRobert Mathieu – 33521 BRUGES Cedex 15000 €
Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde ZI Alfred Daney – rue Bougainville – 33300 BORDEAUX 15000 €
Parrainage 33 25 rue Francis Martin – 33000 BORDEAUX 4000 €
Ecole du Cirque 286 Bld Alfred Daney – 33000 BORDEAUX 5000 €
SOS Amitié 26 rue Labottière c/o MDS – 33000 BORDEAUX 2000 €
TRANSROCK 3 avenue Victor Hugo – 33700 MERIGNAC 5000 €
Aquisuds Parc Lafitte Appart 202, 16 rue de Benedigue – 33400 TALENCE 1500 €
Coll’assos 51 rue de Nuits – 33100 BORDEAUX 3000 €
Remuménage 6 rue Jules Guesde – 33800 BORDEAUX 3000 €
Petits Freres des Pauvres 11bis Quai Sainte Croix – 33800 BORDEAUX 10000 €
Osons Ici et mainteant 114 rue Berthelot – 33130 BEGLES 3000 €

 

 

 

 

2017

 

Planning Familial 33 334 bis avenue Thiers 33100 BORDEAUX 7 000 €
Croix-Rouge Française 130 cours Alsace Lorraine 33000 BORDEAUX 3 000 €
Maison basque de Bordeaux 7 rue du Palais de l’Ombrière 33000 BORDEAUX 3 000 €
IPPO – Information, Prévention, Proximité, Orientation 14 rue Villedieu 33000 BORDEAUX 15 000 €
SUD-OUEST Solidarité 73 avenue Thiers 33100 BORDEAUX 10 000 €
Uniscité 5 bis rue de la Tour de Gassies 33000 BORDEAUX 10 000 €
Les étoiles multicolores – cirque Romanès 37 rue d’Amsterdam 75008 PARIS 5 000 €
CIDFF – Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles 13 rue Thiac 33000 BORDEAUX 4 000 €
Tennis Club de Bordeaux Bastide 191 rue de la Benauge 33100 BORDEAUX 3 000 €
Bordeaux Etudiants Club Handball Rue Pauline Kergomard 33800 BORDEAUX 5 000 €
Ligue contre le Cancer 6 rue Terrasson 33800 BORDEAUX 8 000 €
Secours catholique – Délégation de la Gironde Parc Château Rouquey, Immeuble Orion II, 12 rue Thalès 33700 MERIGNAC 15 000 €
Clowns stéthoscopes Rue Sainte-Marie 33130 BEGLES 5 000 €
Ludosens 66 rue Abbé de l’Epée 33000 BORDEAUX 4 000 €
A.N.A.C.R Gironde – Association Nationale des Ami(e)s de la Résistance 10 résidence des tourelles de Charlin, Appt 226, 33700 MERIGNAC 2 500 €
Le Flèche de Bordeaux 21 rue Ulysse Despaux 33800 BORDEAUX 5 000 €
Chant Libre 62 rue Hortense 3100 BORDEAUX 3 500 €
Quartiers de lecture 7 rue de la Garenne 33520 BRUGES 2 000 €
Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde ZI Alfred Daney, Rue Bougainville 33300 BORDEAUX 10 000 €
Restos du Cœur ZI de Bruges, Rue Robert Mathieu 33521 BRUGES Cedex 10 000 €

 

Capture d’écran 2017-03-15 à 11.28.18