m

La démocratie fragilisée

A part être « le pire des systèmes à l’exception de tous les autres », qu’est-ce que la démocratie ? C’est la possibilité pour chacun de s’exprimer, par le vote et en dehors de lui, dans le cadre d’une constitution approuvée par le peuple.

Cette constitution implique dans notre République, cette forme particulière de liberté d’expression : la liberté de manifester. Malgré l’état d’urgence, malgré le sur-engagement des forces de sécurité, notre Gouvernement a pris grand soin de préserver cette liberté pour tous . N’y aurait-il que le Parti Socialiste à n’y avoir pas droit et à devoir subir des méthodes totalitaires l’empêchant de s’exprimer ?

Mon inquiétude grandit en effet depuis la réunion publique des 13 parlementaires PS girondins du 29 juin à Bordeaux. Salle comble, public attentif et désireux de débattre avec ses représentants au Parlement et avec le porte parole du Gouvernement Stephane le Foll. Une trentaine de personnes, que nous n’avions pas voulu filtrer puisqu’il s’agissait d’une réunion publique, ont fait le choix de méthodes fascisantes pour empêcher les uns et les autres de s’exprimer et nous obliger à amputer la soirée du débat qui en constituait la 2ème partie.

Ces méthodes ne sont que trop connues des régimes totalitaires : invectives, bruits de fond, boules puantes, insultes… J’ai été glacée d’effroi d’entendre le mot « traître » jeté au visage du Ministre : c’est ce mot précisément avec lequel on accompagnait les réunions publiques de Georges Mandel, député de la Gironde, à l’endroit même où nous nous trouvions. C’est ce mot précisément dont on désignait Leon Blum au moment du Front Populaire.

Aujourd’hui, nous apprenons l’annulation de l’Université d’été du Parti Socialiste en raison de menaces précises ne permettant pas de garantir la sécurité de la réunion, non plus que de la ville de Nantes où elle devait se tenir. Je suis la première à penser que le choix de cette ville n’était pas, en cette période, le meilleur, mais je suis aujourd’hui abasourdie que les médias signalent la cause de cette décision sans dénoncer cet empêchement au droit de réunion et d’expression d’un parti démocratique représenté au Gouvernement.

De même, de la réunion de Bordeaux, la presse a souvent préféré retenir les 30 trublions plutôt que les 500 participants, les huées que le contenu des discours, donnant de facto raison à ceux qui ne veulent pas que chacun ait un égal droit à s’exprimer. La démocratie est entre nos mains telle un trésor fragile, l’Histoire nous montre qu’elle peut en quelques mois se briser de trop d’inattention à ou d’une trop grande facilité à suivre le vent mauvais des invectives et du dénigrement