m

« le sentiment d’être un poids »

Combien de fois ai-je entendu lors de mes permanences d’élue, dans la bouche de personnes âgées ou très âgées, lesquelles venaient dans le simple but de faire respecter leurs droits ou leur personne : « je sais, je suis vieille, je devrais être morte à mon âge.. » ; ou encore, moins radical mais tout aussi dramatique, : « je ne sers plus à rien.. » « Les vieux, ça coûte… »..

Avouons que les politiques ont quelquefois prêté la main à cette culpabilité latente. Quand le Président Nicolas Sarkozy avait encore la volonté de faire « la réforme de la dépendance », formule qui n’est déjà en elle-même pas très stimulante, on lisait ou entendait partout « la prise en charge du grand âge, c’est plusieurs milliards… ». L’abandon de la Réforme et sa justification budgétaire n’ont fait ensuite qu’alourdir le message.

L’expression « prise en charge » n’est pas non plus spécialement engageante. L’idée de vider des caisses (en l’occurrence, celle de la sécurité sociale) qu’on a pourtant contribué à remplir, ou pire encore de constituer une charge pour des enfants qu’on a bien souvent élevé au prix d’efforts et de sacrifices, est à l’origine d’une culpabilité latente pour des personnes ayant atteint un âge qu’elles ne pensaient pas atteindre, leurs parents étant le plus souvent morts plus précocément.

Le paroxysme de ce message revient au vice-premier Ministre Japonais Aso Tiro qui en 2013, invitait les vieux à tirer leur révérence avant l’heure et sous entendait qu’ils agiraient ainsi pour l’intérêt général et le bien-être collectif. Dans ce pays qui a une longue culture de la « mort volontaire » et qui connaît tout à la fois le plus fort taux mondial de suicide et la plus longue espérance de vie, on peut craindre qu’il n’ait été que trop écouté. En tout cas, ce sont aujourd’hui des campagnes de soutien aux personnes âgées et de prévention du suicide qui se développent dans le pays.

Plus récemment un autre Ministre a incité les Japonais à faire des enfants plus nombreux, ce qui n’est pas fâcheux en soi ; mais il laissait entrevoir que ceux qui auraient moins de trois enfants, ne mériteraient pas de bénéficier dans leur grand âge du soutien de la collectivité.

Nous n’en sommes pas là, ou du moins nous le pensons. Le suicide concerne en France quatre fois plus les personnes au delà de 65 ans que la population générale et le taux croit encore avec l’âge. Il s’agit presque toujours d’un suicide radical (arme à feu pour les hommes, défenestration pour les femmes) qui n’est pas un appel au secours mais bien une décision de mort. Elle se développe dans un contexte de dépression qui est bien souvent mal identifié, l’âge servant d’alibi pour expliquer le désintérêt, la tristesse et le repli sur soi, et ceci alors que les traitements peuvent âgir exactement comme ils le font dans des âges plus précoces.

Avant même que s’installe un état caractérisé de dépression, c’est à la fois le sentiment de non-utilité et l’isolement social qui servent de combustible à ce mélange de culpabilité et de renoncement qui colore en noir intense les dernières étapes de la vie. Tout l’objet de la politique de transition démographique est de contribuer à bâtir cette société inclusive où chacun aura un rôle et une place. Je n’utilise pas le terme de « société du care », qui veut dire « prendre soin » car il est trop unilatéral. L’un prend soin, l’autre bénéficie de ce soin. Une société du « share » a tellement plus de sens, y compris dans sa version française, le beau mot de « partage » impliquant que chacun donne et reçoit.

(Le titre de ce post reprend celui de l’article paru ce jour dans Libération « notre socièté donne à une partie de sa population le sentiment d’être un poids ». Saluons au passage la belle série de papiers parus sur le sujet de l’âge dans ce quotidien)
@charlottebelaich @billesocio

Suicides de vieux

Pas de saison, le sujet ? Mais si, justement, en plein coeur.

L’un, l’une à vrai dire, a sauté du 5 ème étage de la résidence-foyer dont elle avait fait son domicile. S’aidant d’une chaise pour arriver à bonne hauteur de la rambarde du balcon. Elle qui répondait toujours au rituel « Comment ça va ? » par « Bien, et vous ? », écoutant attentivement la réponse.

L’autre s’est tiré un coup de fusil dans la bouche. Suicide d’homme, façon Hemingway à Key West. Exclusivement d’homme, pour l’instant. Et pour cet homme-là, d’homme qui se sait malade en même temps que vieux. Les deux font bien souvent la paire.

L’autre encore, masculin lui aussi, a marché avant de s’ensevelir dans un fossé pour y mourir tranquille, loin de tout, à l’abri. Un peu comme ces hommes du grand nord qui marchent dans le froid jusqu’à être pour toujours arrêtés par lui et figés sur place.

Les suicides d’âgés augmentent en nombre et l’été leur est propice. L’été où la solitude est plus grande, l’isolement de tout et de tous. L’inutilité, le vide, la révolte.  le regret sans doute de la splendeur du monde et d’une vie autre.

Ils ne sont jamais un appel au secours. Suicides radicaux dont on sait qu’aucune main ne pourra les interrompre. Suicides d’adultes déterminés. Les trois que j’ai raconté, survenus dans les deux jours précédents le disent assez.

Qu’en dire de plus ? Que nous en sommes tous comptables : proches à tous les titres de proximité possible, parents, pouvoirs publics. Ces derniers, à la fois en priorité pour tout ce qui est en leur pouvoir, et bien impuissants quand on sait que ce sont les dernières heures qui emportent  la décision.

L’été. L’été meurtrier.