m

Projet de renouvellement urbain du Grand Parc

Le Grand Parc est désormais un sujet métropolitain en même temps que municipal* et il faut sans doute s’en réjouïr au regard des 20 ans d’inattention de la Municipalité de Bordeaux à son identité et à ses aspirations.

Né dans les années 70, le Grand Parc est certainement une des plus belles réalisations de Jacques Chaban-Delmas, sinon la plus belle, de manière certaine la plus innovante. Concevoir, implanter un quartier  à 80% d’habitat social pratiquement en cœur de ville, ce n’est pas tout à fait monnaie courante pour un Maire de droite. Y implanter l’ensemble des équipements qui allaient en faire un authentique quartier, attractif pour tous les Bordelais et au delà, grâce aux équipements dont il disposait  : piscine olympique qui était devenue identitaire de ce quartier et de la France sportive au regard des records qui y furent battus et de la belle personnalité de Jean Boiteux**;  salle des fêtes polarisant les spectacles et les musiques nouvelles; pôle administratif majeur (CNAM); centre d’animation et centre social; mairie de quartier; écoles et collège; immeubles disposés sans vis à vis pour que tous bénéficient du grand espace vert où ils étaient implantés … Le Grand Parc était un quartier pilote, il aurait fallu qu’il demeurât dans cette position de devancier et de modèle. Le Maire n’a saisi la perche qu’après vingt années de mandat, alors qu’aujourd’hui, l’on redécouvre une nième fois avec le plan Borloo, ce qu’il advient d’un quartier populaire sans vision d’avenir et fermé sur lui-même.

Le « plan de renouvellement urbain » voté aux conseils municipal et métropolitain ce mois de mai, a été présenté un nombre incalculable de fois aux habitants comme devant se faire le lendemain matin. L’alors directeur de l’agence a urba, Francis Cuiller, le  tenait déjà prêt il y a plus de dix ans. Ainsi le Grand Parc attend depuis 23 ans de retrouver une part de sa modernité d’antan.

Aujourd’hui le Grand Parc a été classé « Quartier politique de la ville ». Le revenu moyen annuel de ses habitants est de 23 000 euros si on considère l’ensemble Paul Doumer-Grand Parc, moins défavorisé que le Grand Parc isolément. Ce revenu moyen avoisin celui du quartier de la Bastide, lequel d’ailleurs aujourd’hui à s’élever. Il est très nettement inférieur à celui du Bouscat (26 000 euros)  dont le Grand Parc n’est séparé que par l’épaisseur d’un boulevard , et plus éloignés encore de ceux de Caudéran (33 000 Euros). Le taux de pauvreté du Grand Parc est de 31%, pratiquement le double de celui de la ville entière (16%).

Les échanges de foncier que nécessite le plan de renouvellement urbain, entre la métropole, la ville et Aquitanis, ne méritent pas commentaires particuliers, car ils sont pratiquement équilibrés et surtout concernent un bailleur social qui a apporté le plus significatif des « coups de jeune » à ce quartier par le renouvellement innovant des 3 « barres » les plus dégradées, les bâtiments  « G, H, I »  ; ceci avec le soutien à hauteur de 80 millions d’euros de l’ex-communauté urbaine alors présidée par @vincentfeltesse.

Pour cela, j’évoquerai principalement la question du stationnement, cruciale pour ce quartier, qui tend à servir de « parc relais » dans le voisinage de l’arrêt du tram, et auquel deux cliniques (Bordeaux Nord et Tivoli) apportent un afflux de fréquentations automobiles.

Les bailleurs sociaux (Aquitanis et InCité) ont fait de notables efforts en « résidentialisant » les terrains dont ils sont propriétaires pour le stationnement des résidents, et ceci à tarif très accessible et avec une mutualisation qui permet à tous de n’avoir qu’un interlocuteur, commun aux deux structures.

Mais par ailleurs est-il normal que les habitants du Grand Parc supportent – en dehors de l’ abonnement résidentiel des bailleurs dans les surfaces qui sont leur propriété – de tarifs de stationnement de surface d’un coût égal à celui de son voisin, le quartier Chartrons-Jardin public beaucoup plus favorisé ? Evidemment, pas. Pour autant, je ne propose pas qu’il soit réduit globalement au titre de « quartier politique de la ville » que  nombre d’habitants avec lesquels je me suis entretenue considèrent comme « stigmatisant » :  c’est une tarification sociale qui doit être notre but dans l’ensemble de la ville.

Est-il normal aussi que ces habitants du Grand Parc, en allant au Bouscat (il suffit de traveser le boulevard de ceinture), découvrent que le stationnement n’y est pas payant ? Oui, le stationnement doit être un sujet métropolitain, pour que personne n’ait à affronter des inégalités qui dépendent de quelques dizaines de mètres au lieu de tenir compte des conditions sociales de ceux qui y résident.

Une autre question souligne encore l’inégalité des politiques de la Municipalité en fonction des revenus et du vote des habitants des quartiers de Bordeaux

Combien de jours le Maire a-t-il tenu, après la mauvais accueil qui lui avait été fait en conseil de quartier, avant de suspendre sa décision de rendre payant le stationnement des quartiers de Saint Augustin et de Caudéran ? Combien de jours avant de, définitivement, supprimer la mesure? La colère des quartiers populaires, la Bastide, Bordeaux Sud, le Grand Parc, elle, n’a tout simplement pas été écoutée et aujourd’hui, ils manifestent pour être traités sur pied d’égalité avec leurs homologues plus favorisés.

La prochaine élection municipale approche. Outre les belles réalisations d’Aquitanis, la Salle des fêtes va être rouverte après 25 ans de silence, le plan de rénovation urbaine parviendra à réalisation juste à temps. Un bilan très tardif pour ce quartier que, certes, les touristes et les magazines dorés ne visitent pas, mais qui aurait du être une priorité d’un mandat municipal qui aura un quart de siècle lors du prochain scrutin.

*Ce texte est la synthèse de mes deux interventions au Conseil de @bxmetro et au conseil municipal de @Bordeaux de mai 2018. Les interventions elles-mêmes sont accessibles sur les sites de chacune des collectivités

** Bordelais, champion olympique de natation, et détenteur de plusieurs records dans cette piscine du Grand Parc.

 

 

Mettre le SMIC horaire en face du coût de l’heure de stationnement

(Monsieur le Maire*), les Bordelais, dans leur grande majorité, désapprouvent à la fois la méthode et les termes de votre politique de stationnement ; Et d’abord, parce qu’ils ont compris que les enjeux écologiques et la pollution constituaient pour vous un écran de fumée et que votre enjeu était d’abord budgétaire

 C’est la raison pour laquelle j’aborde ce sujet dès l’étude du budget de la ville. Deux preuves:      -la mise en place du stationnement au quart d’heure, faite pour améliorer le pouvoir d’achat des Français, n’a amélioré que celui des délégataires qui en avait certainement bien moins besoin. Le coût horaire a en effet augmenté de 8 à 10%. Reconnaissons que Bordeaux n’est pas seule en ce cas : ce n’est pas étonnant, les délégataires sont bien souvent les mêmes

-vendredi dernier, 23 mars, au conseil de Métropole, vous avez fait voter une augmentation des tarifs de parkings au delà de l’augmentation contractuelle, alors que ces parkings étant largement amortis, ces tarifs auraient dû diminuer. Pas de surprise : là, aussi, c’est au bénéfice des mêmes

Mais le plus choquant, c’est que toutes les mesures sont prises sans aucune vision d’ensemble. Nous aurions attendu une stratégie globale, examinant ensemble le stationnement de voirie et le stationnement en ouvrage, mais aussi les offres de stationnement privé (à la place ou non) ainsi que le prix des locations et des ventes de garages. Ajoutons-y les parkings de proximité malgré leur manque criant et les parkings de diverses structures dont on attend toujours qu’elles puissent être mises à disposition gratuitement le week end et hors des horaires de travail.

Et pour tout cela aussi votre règle : la concertation vient après la décision, pas avant, avec une conséquence assez délétère : votre politique se fait selon le rythme « deux pas en avant, un en arrière et l’autre de côté. Au total : 100% de mécontents . Vous avez beaucoup raillé notre demande de moratoire,  pour autant, une remise à plat et en cohérence, une concertation soutenue après analyse des impacts sociaux et économiques de chaque décision était et reste indispensable.

La colère des habitants de Cauderan ou de saint Augustin a donc eu plus de poids que celle de la Bastide, de Bordeaux sud ou du Grand parc. La colère de ces derniers, les habitants du Grand Parc, a toutes raisons : est-il moral d’imposer un même tarif dans les quartiers « politique de la ville » que dans ceux qui ont le plus haut revenu par tête ?

L’incompréhension des Bordelais, comme la nôtre vient du fait que vous imposez des coûts qui ne sont pas en proportion du service rendu. Et plus encore que vous ne mettez pas non plus en regard de l’heure de stationnement le montant du SMIC

L’incompréhension des Bordelais vient du fait que vous imposez des coûts qui ne sont pas en proportion du service rendu. Et plus encore que vous ne mettez pas non plus en regard de l’heure de stationnement le montant du smic horaire (9,88 euros au premier janvier 98) faisant, de plus en plus, de la mobilité et du stationnement, un discriminant social. Au passage vous m’avez assuré que notre ville était la moins chère pour les tarifs de parkings : première heure de nuit à Camille Jullian : 2 euros le quart d’heure. Au parking de la cathédrale, à Nantes : 0,2 euros soit dix fois moins

Plusieurs d’entre nous souhaitent une gestion métropolitaine de la politique de stationnement : pour ma part, je comprends les municipalités qui la refusent : ils ne veulent pas se voir imposer une politique brutale et incohérente. Ont-ils pour autant moins de besoins financiers ou d’ambitions environnementales ?

Un autre point : le coût des différents modes de stationnement fait exploser le coût du foncier dont vous plaignez régulierement. Examinons par exemple le coût des amodiations, c’est à dire de la propriété transitoire d’une place de parking : 43 000 euros pour une proprièté de 15 années. Les prix des garages privés ont déjà fait la culbute, ils vont continuer.

Votre souci majeur est la rentabilité financière, l’horodateur joue le rôle de machine à sous, laquelle ne profite on le sait bien qu’au directeur de casino. Huit millions en 2017, et les nouvelles mesures qui devaient porter ce chiffre à 11 millions, et la promesse que cela ne fera qu’augmenter. Ce n’est certainement pas là une manière de faire aimer la bataille environnementale en lui donnant toujours et partout le gout et la couleur d’un impôt nouveau.

Et ne méprisons pas les effets secondaires de ces décisions : les jardins qui se transforment en parcs de stationnement dès qu’on peut leur faire une ouverture sur la rue, la moindre des cours que l’on offre à la location en place de stationnement…

Parmi les raisons de la croissance continue de l’absentéisme, il y a de plus en plus les difficultés de déplacement et de stationnement. Vous nous avez dit vendredi que vous étiez très soucieux des conditions de travail de vos salariés. Eh bien ces difficultés en font désormais partie. Et la pénalisation du travail va au delà : c’est aussi celui des artisans et des commerçants, des étudiants qui venant de loin , ne peuvent se garer à la Bastide. Tant d’autres..

(Chers Collègues*) , ayons ce réflexe à la fois éthique et pragmatique de mettre en face d’un coût que nous imposons, le service que nous rendons mais aussi la valeur intrinsèque de ce coût en le transformant en biens indispensables et en salaire. Ce doit être la base d’un nouvel examen et je l’espère d’une refonte de notre politique de stationnement.

*texte, tel que prononcé, en Conseil Municipal, le 26.03.2018

 

 

Stationnement à Bordeaux : intervention en conseil municipal 26-02-2018

« Il n’est pas de l’intention de notre groupe* de dénier tant soit peu  l’importance des enjeux environnementaux d’une métropole et en particulier l’objectif d’y réduire l’usage de la voiture. Au contraire nous y souscrivons. Pas davantage nous ne pensons qu’il est facile de parvenir à des solutions équilibrées, mais nous rejettons la méthode brutale, insoucieuse de vos propres engagements de campagne en 2014**  comme de la moindre concertation, que vous appliquez sur la question du stationnement. Aucune préoccupation de l’impact sur le travail et l’emploi à Bordeaux, aucune préoccupation sociale ou simplement humaine, aucune prise en compte des caractéristiques des quartiers en matière de densité urbaine et d’installations publiques. Nous sommes précédemment intervenus à plusieurs reprises sur ces sujets et ceci ,sans effet. Il faut la colère de deux quartiers considérés comme « bien votants »*** et traditionnellement favorisés par vos politiques pour retenir votre attention. A Bordeaux sud comme à la Bastide, vous avez ignoré l’expression populaire

Impact en effet sur l’emploi et en particulier sur les ménages bordelais comportant au moins deux actifs. Et comme d’habitude, dans la pratique, c’est souvent le travail des femmes et leur usage de la voiture, qui est le plus pénalisé. Soyons concrets, nous demandons que ces ménages disposent de deux macarons s’ils n’ont aucune facilité personnelle de stationnement (garage, cour..) et j’y ajoute personnellement un macaron gratuit si le 2ème véhicule est électrique

Impact sur l’emploi des professionnels dont l’activité leur impose des déplacements en des lieux multiples chaque jour et je suis tombée de ma chaise en découvrant que les médecins en cabinet de groupe ne disposaient que d’un macaron par adresse professionnelle ! Résultat : ils renoncent aux visites à domicile.

Après plusieurs de mes interventions, chiffrées, vous avez accordé la disposition d’un macaron pour les aides à domicile agrémentées qui ont de multiples postes de travail et dont il n’était pas supportable de penser qu’elles mettaient dans l’horodateur une part non négligeable de leur smic horaire. Mais qu’en est il de tous les autres salariés relevant de particuliers employeurs qui aujourd’hui sont contraints d ‘abandonner leurs « heures » auprès de ceux qui résident en centre ville.

Impact sur l’emploi à Bordeaux des travailleurs métropolitains : un exemple concret d’une habitante de la périphérie, exilée avec sa famille par le prix du foncier : 2 et demi pour venir travailler en transport en commun, trois quarts d’heure à une heure en voiture, y compris en déposant ses enfants à l’école. Que choisiriez vous M le Maire ?

Injustice aussi pour les artisans dont le siège est hors Bordeaux, ce qui est le cas le plus fréquent car leurs locaux demandent une surface que le centre ville ne leur permet plus. Pourquoi un charpentier de Bègles ou un maçon de Mérignac devrait il payer une facture de stationnement très lourde en venant travailler à Bordeaux, facture qu’il répercuterait sur ses clients et qui le défavoriserait par rapport à un homologue bordelais

Impact sur l’artisanat et le commerce bordelais. Je sais vous me répondrez régulièrement « le commerce ne s’est jamais aussi bien porté ». C’est faux : nombre d’enseignes ferment au bénéfice des supermarchés qui offrent une heure et demi gratuite et du commerce en ligne. Nombre de Bordelais en effet renoncent à aller faire leurs emplettes en ville.

Impact social et surtout injustice sociale très lourde. Quinze euros par mois dans un quartier politique de la ville, c’est trois repas, l’expression est de ma collègue emmanuelle ajon, parce que c’est qu’on nous dit à la Benauge ou au Grand parc. Même chose sur une petite retraite qui voit en ce moment ses modestes revenus attaqués de toutes parts.

Impact humain, sur les âgés qui ne viennent plus en ville alors que les sorties et les déplacements sont pour eux un outil contre l’isolement et le déclin cognitif. Pour les personnes en suivi thérapeutique ou en traitement qui doivent interrompre les consultations pour aller nourrir le paramètre,  qui payent un lourd forfait de dépassement d’horaire si la chimiothérapie n’est pas terminée… Et finissent pas renoncer à utiliser leur véhicule et commandent un transport médical qui sera facturé à la sécurité sociale dix fois le prix de la consultation.

Injustice d’un territoire à l’autre.la généralisation se fait sans analyse et sans réflexion. Les territoires sont différents autant en densité urbaine qu’en densité –et souvent en absence- d’équipements collectifs. C’est irréaliste de dire : au dessus de 2 heures de stationnement, il faut stationner en parking souterrain, mais savez vous bien qu’il y a de nombreux quartiers qui n’en disposent pas ? Et pourtant l’amende de dépassement des 2 heures de stationnement en surface est la meme et elle n’est pas financierement accessible à la majorité des portefeuilles bordelais

Alors, il faut rebattre les cartes avec les Bordelais qui aujourd’hui rejettent le jeu tout entier parce qu’ils perçoivent aujourd’hui que l’enjeu est aujourd’hui financier bien plus qu’environnemental et ils rejettent cet impôt supplémentaire.

Rebattre les cartes et élargir la table au niveau métropolitain, pour les habitants comme pour les territoires. je l’ai dit, un plombier de Bègles, un couvreur de Mérignac, ou un maçon lormontais doivent pouvoir venir travailler à Bordeaux, comme bien sûr l’inverse. Rebattre les cartes en s’instruisant de la cartographie d’usage qu’objective le stationnement payant. Et pendant cette période de concertation, un moratoire tout de suite sur la réduction à 17 euros de l’amende de la troisième heure »

* le groupe des élus socialistes au nom duquel je parlais (c’est pour bien rester dans le cadre dont nous avions convenu que j’ai écrit et lu mon intervention, ce qui me permet de la reproduire)

** le candidat Alain Juppé avait promis des parkings de proximité dans les quartiers, il n’en a fait aucun ; il avait annoncé le stationnement résidentiel payant uniquement à l’intérieur des cours : il l’a généralisé

*** Saint Augustin et Cauderan

 

 

 

 

 

 

 

Stationnement : un mauvais procès

Le journal @sudouest fait de la politique, ce qui est son droit, mais de la politique déloyale, ce qui est moins en accord avec la déontologie du journalisme. Il affirme ce matin que les élus PS ne se sont jamais prononcés « depuis des semaines » sur la question du stationnement et n’avons prévu une conférence de presse que pour « surfer sur la vague du mécontentement » qui hérisse Bordeaux.

Comme plusieurs de mes collègues PS, je suis pour ma part intervenue sur ce sujet majeur pour le quotidien des Bordelais à l’occasion de chaque Conseil municipal et métropolitain. J’ai en particulier obtenu qu’un macaron à tarif résidentiel soit attribué aux aides-à-domicile qui n’auraient pu poursuivre leur activité en devant mettre dans l’horodateur une part importante de leur SMIC horaire. J’ai dénoncé l’injustice sociale et la contrainte qui était mise sur ceux qui travaillent et sur le commerce bordelais…

La question est que @Sudouest ne rend plus vraiment compte des débats des conseils municipaux et métropolitains : une photo d’un tiers ou une demi page, quelques anecdotes, rien du fond de ce qui a été dit. Dommage, car nos interventions sont le fruit d’un vrai travail pour une vraie démocratie.

Pourquoi avons nous décidé d’une conférence de presse ? parce que nous pensons de notre devoir de présenter les propositions de l’ensemble de notre groupe aux Bordelais . Etre en désaccord, critiquer est une chose, dire ce que nous ferions si nous étions aux affaires en est une autre, à mon sens plus importante. Comme dans le cas des aides-à-domicile, notre objet est d’être utiles et de mettre sur la table des propositions constructives que le Maire puisse mettre en oeuvre.

@emmanuelleajon @vincentfeltesse @nguenro @mattrouveyre

A qui appartient l’espace public ?

C’est pour moi une interrogation dépassant largement les enjeux bordelais que la confiscation dans nos villes de l’espace public à des fins commerciales. Bordeaux pour autant, est en pointe avec la généralisation du stationnement résidentiel payant et le coût exorbitant des parkings.

Ces derniers jours, pressée d’aller en quelques heures en plusieurs points de la ville, ce à quoi je n’aurais aucunement pu parvenir en transport en commun, j’ai mesuré une fois de plus que l’espace public l’était de moins en moins. Bien sûr, c’est en premier lieu la question des voitures : où les garer quand on ne peut faire autrement que les utiliser ? Je connais leur dégât écologique, je connais leur encombrement de l’espace public, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un outil indispensable pour nombre de ceux qui n’habitant pas le centre urbain viennent y travailler, à des heures où l’on a bien souvent peu le coeur à marcher dans la nuit (infirmières qui embauchent à 7 h ou débauchent à 22 h), de financer des heures de parkings qui amputent lourdement le salaire et/ou qui ont à se rendre en différents points dans un délai restreint (aides à domicile..). Outil indispensable aussi pour tous ceux qui marchent mal, doivent transporter des charges..  Nul n’est besoin de multiplier les exemples. Trop nombreux sont ceux qui les vivent au quotidien.

Lors d’un des deux conseils de proximité auxquels j’ai assisté en deux jours, la plainte des riverains présents -majoritairement propriétaires- était de ne plus trouver de parkings gratuits pour eux-mêmes dans un des derniers quartiers où le stationnement résidentiel payant ne couvre pas encore l’ensemble du réseau. L’adjoint de quartier n’a été que trop heureux de rassurer les participants et de confirmer ce que l’un d’eux avançait : les propriétaires sont en premier lieu les électeurs d’une ville.

Les parkings, livrés aujourd’hui presque totalement au grands groupes du secteur privé, ne font qu’aggraver la situation. La tarification au quart d’heure, incluse dans la loi Hamon sur la consommation, a été complètement déviée de son but : au lieu de bénéficier au pouvoir d’achat des utilisateurs, tout a été fait localement pour qu’elle profite in fine à celui des groupes financiers ou industriels qui bénéficient de la délégation de gestion. Le coût de l’heure de stationnement est devenu prohibitif et en interdit l’usage à la grande majorité de ceux qui viennent travailler à Bordeaux.

Lors de chacun des deux conseils de proximité, des projets -souvent lointains- ont été présentés : tous comportaient la suppression de places de parking, sans qu’aucune solution de remplacement ne soit avancée.

La ville, progressivement, devient cité interdite. Non à tous, mais à tant. Ceux pour qui les déplacements « doux » sont non seulement « durs » mais impossibles. C’est environ 50% de la population qui ne peut se déplacer en vélo : trop gros, trop faibles, trop vieux, mal voyants ou mal entendants… Pour  ceux-là la ville devient chaque jour plus impraticable ; ceux pour qui toutes les possibilités de stationnement ou de parking d’une voiture deviennent inabordables au quotidien, comme l’est aussi le prix de l’immobilier qui les a exilé hors centre.

Ce sont des sujets apparemment triviaux. Ils posent cependant deux questions. La première concerne les élus qui décident de la délégation des parkings au privé ou de la généralisation du stationnement payant. Comme à Bordeaux, les premiers chantres de l’éviction de la voiture, ne s’y déplacent jamais autrement, ne savent pas ce qu’est chercher une place de stationnement pour arriver à l’heure à une quelconque obligation, car ils ont -bien souvent depuis des années, voire des décennies- un chauffeur.

La seconde va plus loin : à qui appartient l’espace public ? Un maximum de liberté d’usage ne devrait-il pas y prévaloir ? Régulée, réglementée bien sûr, pour que tous puissent en bénéficier, mais non laissée à des enjeux qui sont en fait bien davantage commerciaux et financiers qu’écologiques. Le stationnement est aujourd’hui un nouvel impôt et cet impôt, laissé à la décision des élus locaux, est tout sauf juste, équitable non plus qu’égalitaire.

Viendra-t-il le temps où, comme il y a des siècles, les villes auront des portes où l’on acquittera un péage, laissant les manants à leurs portes ? En tout cas, viendra sûrement le temps, où le commerce sera réservé à de grands groupes financiers et le travail, exilé en bordure ou définitivement découragé.