m

Jurer, mais un peu tard

Le sondage publié par @sudouest sur les intentions de vote aux prochaines municipales suscite bien des interrogations sur sa fiabilité (son commanditaire est le groupe de soutien à Alain Juppé et les options proposées n’en sont pas innocentes), mais a aussi suscité en raison du  faible score individuel des candidats de gauche (9 à 11%) , des intérêts jusqu’alors inexprimés.

On découvre par exemple un vibrant appel à l’Unité. Vibrant mais en retard de plus d’une année. Que ne s’est-il manifesté vis à vis des candidats socialistes qui se sont alors présentés aux élections législatives sous leur étiquette -ce qui demandait un certain courage- et avaient loyalement soutenu la candidature pourtant désespérée du candidat de ce Parti à la Présidentielle ?

La Gironde, qui comptait 10 députés socialistes et 11 de gauche, constitue en la matière un véritable cas d’école. Ce département a dû affronter l’entente déjà manifeste de la République en marche avec le Maire de Bordeaux afin qu’un candidat LREM soit présent dans chacune des 12 circonscriptions. Calcul qui ne fut qu’à moitié couronné de succès pour le Maire, puisque ses propres candidats en firent les frais tout autant que les socialistes.

Connaissant cette difficulté majeure, un appel à l’Union, une participation active de tous -pour le moins de tous les socialistes- eût sauvé plusieurs sièges et, dans les circonscriptions les plus difficiles, ravies à la droite de haute lutte après des décennies d’échec, permis une présence au deuxième tour dont le verdict est toujours aléatoire mais jamais perdu d’avance.

Que nenni, nul soutien massif, voire même un soutien à l’un ou l’autre candidat concurrent, en Gironde comme dans nombre de territoires. Le résultat national ne s’est pas fait attendre : le groupe socialiste de l’Assemblée nationale est aujourd’hui réduit à 30 députés au lieu de 280 précédemment. Ce groupe est sans véritable poids face  aux 312 députés LREM auxquels tant d’ unionistes d’aujourd’hui ont en fin de compte prêté la main.

N’est-il pas un peu tard pour jurer qu’on ne les y reprendra plus, tel le corbeau de la fable ?L’Unité, la loyauté, la capacité à fédérer, ne se découpent pas, tel un fromage, selon l’intérêt du moment, non plus que celui de l’un ou de l’autre.

Je pensais ne jamais en parler et, tout au contraire, j’oeuvre au quotidien pour que le groupe socialiste municipal conserve une identité. Les blessures les plus profondes de tant de députés recalés n’ont pas été d’être battus, mais de l’avoir été sans avoir pu compter sur l’appui de l’ensemble de leur équipe.

La politique, finalement, est moins noble que le rugby. Mais pour le rugby, je crains qu’il ne soit un peu tard.

 

 

 

Quelque chose qui cloche en social-démocratie ? La potion du SPD

Les invités du blog sont aujourd’hui Peer Steinbrück et Klaus Fuchs du Parti Social Démocrate allemand (SPD)

Ancien ministre des finances, ancien candidat du SPD à la Chancellerie, Peer Steinbrück s’est penché sur les erreurs de son Parti, le SPD, erreurs qui l’ont conduit au désastre électoral d’automne dernier en Allemagne (20,5 % des suffrages). Voici quelques-uns des points qu’il vient de développer dans un article du SPIEGEL : ils peuvent être de quelque utilité dans la reconstruction du Parti Socialiste et dans l’élaboration d’un programme. Steinbrück a essuyé de nombreuses critiques au sein même du SPD ; chacun en France pourra retenir ou écarter telle ou telle proposition et s’en inspirer. Ou pas.

Selon Steinbrück, le SPD a trop ignoré le besoin de sécurité de la population qui réclame un Etat fort, capable d’agir et de faire appliquer ses lois. Il existe un conflit fondamental de valeurs entre ceux pour qui l’immigration, la mondialisation et le multiculturalisme constituent des éléments positifs et ceux qui se sentent culturellement menacés dans leur pays et finissent par se recroqueviller dans leur forteresse nationale. Le SPD n’en a, d’après l’ancien ministre, pas tenu compte dans son programme. Résultat : une augmentation des tendances nationalistes et protectionnistes, voire racistes.

Le SPD aurait cru fait l’erreur de croire pouvoir construire une majorité parlementaire en s’occupant des problématiques des diverses minorités, oubliant que la majorité de la population, surtout l’électorat classique du SPD, ne se sentait pas suffisamment prise en considération. Comme les Socialistes français, leurs camarades allemands s’occupent trop de politiques anti-discriminatoires et de « lifestyle », du mariage pour tous et de la non-discrimination des homosexuels, au lieu de traiter les problèmes qui constituent la priorité de la majorité des électeurs comme, par exemple, l’introduction d’un salaire minimum ou la solution des problèmes des voitures diesel ou la lutte contre les cambriolages.

Et Steinbrück de poursuivre que le SPD n’a pas attribué assez d’importance à combattre l’impression qu’il ne défendait pas la culture ni le patrimoine allemand et pratiquait une sorte de relativisme culturel. L’aile « linksliberal » (la gauche du parti) aurait trop considéré comme tabous la situation dans les quartiers, le remplacement des gens par des migrants, les classes comportant 70 % d’enfants d’’origine immigrée, l’existence d’une justice islamique parallèle prêchée par des imams très éloignés de nos canons de valeurs. Il fallait thématiser ces problèmes et ne pas les taire.

Steinbrück regrette aussi la perte de citoyenneté, de respect des civilités, de la tolérance, nourrie dans les réseaux sociaux. Les sujets dont les gens parlent à la maison, mais dont le SPD ne parlait pas assez alors qu’il aurait du les évoquer sans craindre de faire des vagues ‘et de soulever des tempêtes de protestation dans les médias et dans les débats politiques.

Steinbrück admet que le SPD a trop cédé à l’idéologie néolibérale en vogue, mais refuse qu’on retourne dans la critique orthodoxe du capitalisme d’un autre temps. Le capitalisme d’aujourd’hui n’est plus le même que jadis et il faut tenir compte des phénomènes de la mondialisation et de la numérisation. Il pose une des questions clé du 21e siècle : « qui a la suprématie : les grands groupes internet et financiers ou les institutions démocratiquement légitimées ? »

La réponse ne peut venir que des institutions supranationales et en premier lieu de l’Union Européenne, seule plateforme à même de traiter avec efficacité la protection des données, les abus de pouvoir et l’évasion fiscale des grands groupes internet. De même pour traiter le problème de la régulation des marchés financiers. D’où la nécessité que le SPD se produise comme un fort « Parti de l’Europe ».

A la question de savoir si, face à des Macron, Trudeau, leurs succès et leur popularité mais aussi  face à l’essor du populisme, les programmes des partis politiques ont encore un sens, Steinbrück ne croit pas et ne veut pas croire en des personnes charismatiques mais défend la nécessité de programmes politiques traitant du fond des choses sans s’en tenir à une énumération de promesses, mais en avançant  et répétant trois ou quatre messages forts, concrets et compréhensibles pour préparer l’avenir.

Un petit mot pour la fin : Je sais que les analyses et propositions de Peer Steinbrück peuvent chez les socialistes français susciter une certaine irritation. Croyez moi, je ne suis pas non plus d’accord avec lui sur  certains  points. Tout comme je sais qu’en matière de social-démocratie comme ailleurs il n’y a pas de « modèle allemand » tant les traditions, la culture du PS sont parfois différentes du socialisme français. Mon souhait est seulement de contribuer avec cette publication au débat au sein du PS dont je suis également adhérent depuis 17 ans et auquel je souhaite une renaissance rapide et vigoureuse sur des bases solides.

 

Changer de nom, oui, si c’est pour conserver le même !

Changer de nom, oui, si c’est pour conserver le même ! C’est le Parti Socialiste qui nous a déçu, pas le socialisme !
Pour ma part, j’applaudis l’initiative de @slefoll qui propose que nous nous appelions « Les Socialistes ». Le nom a parait il été préempté par Marie-Noelle Lieneman mais je suis sûre qu’elle comprendra sans difficulté qu’elle ne peut en être seule propriétaire et autorisera ce choix si nous sommes nombreux à l’approuver.
Socialiste, je suis et socialiste je resterai, fidèle à ce mot chargé d’histoire, plus qu’à ce parti qui a d’ailleurs eu lui même quelques vagabondages de dénomination. Ces dernières années de fonctionnement nous ont enlevé souffle, unité, conscience de l’exigence que constitue pour un parti de gauche de soutenir un Gouvernement dans la tourmente.

Alors « Les Socialistes » ? D’autres propositions ?.. Mais surtout pas, le choix deux fois calamiteux fait par le groupe parlementaire de l’Assemblee : « nouvelle gauche ». D’abord parce que ce choix avait quelque chose d’un peu honteux et de pleutre, mais aussi parce que rien en politique ne reste nouveau plus de 3 ans.
Vos avis ?

Le travail, une valeur de gauche

Beau et surtout très, très intéressant discours de Benoît Hamon à Bercy devant 15000 personnes. Changement de ton et magistral retour aux valeurs fondatrices de la gauche, en lettres majuscules. La GAUCHE historique, fondamentale, essentielle et qui, en effet,  fait toujours « battre le coeur ».

C’est un champ souvent évoqué dans ce blog, qui me retient une fois encore : la place et la valeur du travail. Ce champ est à ce point fondateur de la gauche que j’ai été gravement troublée de le voir jusque-là trop absent ou malmené dans la campagne de Benoît. Oubliées aujourd’hui, ou en tout cas non mentionnées, les phrases-clefs des Primaires :  « Notre rapport au travail doit changer », « le travail ne doit plus être au centre de la société », « qui n’est pas heureux dans son travail doit pouvoir arrêter bénéficier d’un revenu » .. (Je cite non littéralement, mais sans changer le sens) . Exit aussi, le fait que le travail doive inéluctablement se raréfier, voire disparaître, et en tout cas ne plus fonder notre rapport au réel. Il va changer, plus radicalement encore qu’on ne le croit, avec un retour majeur du travail non substituable par la technique quand nous serons demain près de 10 milliards de terriens, mais il demeurera à la base de notre place dans la société et de nos liens sociaux sous peine de basculer dans une socièté façon « le meilleur des mondes ».

J’ai entendu aujourd’hui dans le discours de Bercy : « Comme vous, je crois à l’effort, comme vous je crois au travail ». Et dans une phrase que je ne sais plus citer exactement, un salut sans réserve au rôle émancipateur du travail. Merci Benoit. Merci pour la petite fille dont tu as parlé et qui demain sera peut-être à ta place à Bercy, candidate comme toi à la Présidence de notre République ; merci pour les milliers de jeunes qui t’entouraient, merci pour tes parents (et en particulier ta maman, ce que toi seul comprendras..) qui ont travaillé, peiné, pour que tu sois ce que tu es. Merci tout court : mes grands parents et mes parents étaient, en tous points, semblables.

Et bravo pour tout ce discours. Pour ces accents de tribun, pour cet incroyable effort de concentration que suppose un tel exercice. Ne le négligeons jamais : ceux qui s’y appliquent n’ont pas « de la mémoire » mais de la volonté et une exceptionnelle capacité de travail. Toutes les cases susceptibles de rassembler la GAUCHE en lettres majuscules, celle que j’évoquais tout à l’heure, tu les as marquées et personne d’entre nous ne peut y être insensible. Oui, mon coeur a battu. Et c’est avec le coeur, mais aussi avec les mains de l’artisan, les pieds du marcheur et le réalisme du père de famille gérant un budget, que nous devons construire dans une Europe que, toi comme moi, nous aimons et à laquelle nous voulons appartenir pleinement.

 

La démocratie fragilisée

A part être « le pire des systèmes à l’exception de tous les autres », qu’est-ce que la démocratie ? C’est la possibilité pour chacun de s’exprimer, par le vote et en dehors de lui, dans le cadre d’une constitution approuvée par le peuple.

Cette constitution implique dans notre République, cette forme particulière de liberté d’expression : la liberté de manifester. Malgré l’état d’urgence, malgré le sur-engagement des forces de sécurité, notre Gouvernement a pris grand soin de préserver cette liberté pour tous . N’y aurait-il que le Parti Socialiste à n’y avoir pas droit et à devoir subir des méthodes totalitaires l’empêchant de s’exprimer ?

Mon inquiétude grandit en effet depuis la réunion publique des 13 parlementaires PS girondins du 29 juin à Bordeaux. Salle comble, public attentif et désireux de débattre avec ses représentants au Parlement et avec le porte parole du Gouvernement Stephane le Foll. Une trentaine de personnes, que nous n’avions pas voulu filtrer puisqu’il s’agissait d’une réunion publique, ont fait le choix de méthodes fascisantes pour empêcher les uns et les autres de s’exprimer et nous obliger à amputer la soirée du débat qui en constituait la 2ème partie.

Ces méthodes ne sont que trop connues des régimes totalitaires : invectives, bruits de fond, boules puantes, insultes… J’ai été glacée d’effroi d’entendre le mot « traître » jeté au visage du Ministre : c’est ce mot précisément avec lequel on accompagnait les réunions publiques de Georges Mandel, député de la Gironde, à l’endroit même où nous nous trouvions. C’est ce mot précisément dont on désignait Leon Blum au moment du Front Populaire.

Aujourd’hui, nous apprenons l’annulation de l’Université d’été du Parti Socialiste en raison de menaces précises ne permettant pas de garantir la sécurité de la réunion, non plus que de la ville de Nantes où elle devait se tenir. Je suis la première à penser que le choix de cette ville n’était pas, en cette période, le meilleur, mais je suis aujourd’hui abasourdie que les médias signalent la cause de cette décision sans dénoncer cet empêchement au droit de réunion et d’expression d’un parti démocratique représenté au Gouvernement.

De même, de la réunion de Bordeaux, la presse a souvent préféré retenir les 30 trublions plutôt que les 500 participants, les huées que le contenu des discours, donnant de facto raison à ceux qui ne veulent pas que chacun ait un égal droit à s’exprimer. La démocratie est entre nos mains telle un trésor fragile, l’Histoire nous montre qu’elle peut en quelques mois se briser de trop d’inattention à ou d’une trop grande facilité à suivre le vent mauvais des invectives et du dénigrement