m

Les deux piliers de la République

Les deux piliers de la République comptent-ils si peu en face de la cigarette ?

Le premier, l’Education nationale dont la mission est de faire connaître, comprendre et respecter les lois de la République et qui s’autorise aujourd’hui d’y déroger par une circulaire sibylline aux responsables scolaires après la mise en place de l’état d’urgence. On en notera le caractère sibyllin :

 » Dans les lycées, des zones spécifiques peuvent être aménagés au sein des établissements scolaires dans les espaces de plein air pour éviter que les élèves ne sortent du lycée pendant les interclasses »

Nombreux ont été les proviseurs qui ont interprèté ces « zones spécifiques » comme des zones où serait donnée la possibilité de fumer. L’imprécision laisse cependant l’imagination aller plus loin.

Cette possibilité viole par deux fois la loi. L’article R35 -11-1 datant de 2007, lequel précise la loi Evin et étend l’interdiction de fumer à la totalité de l’enceinte scolaire, cours et préaux compris et d’autre part l’interdiction de vente de tabac aux mineurs, complétée par la loi santé exigeant la présentation d’un titre d’état civil.

Le second pilier, celui de la santé publique et de son bras armé, la sécurité sociale. Le Gouvernement a présenté cette année un Programme National de Réduction du Tabagisme avec comme priorité le tabagisme des jeunes et l’ambition d’une prochaine « Génération sans tabac ».

En sera-t-il de même pour la COP21 : l’excellence des résolutions sera-t-elle aussitôt réduite par l’inconséquence des décisions ? Car enfin, autoriser de fumer pendant les pauses récréatives (la pause méridienne n’est pas concernée) n’est-ce pas accepter l’idée que les jeunes sont d’ores et déjà en addiction (s’abstenir de fumer pendant 3 h ne paraît pas insurmontable ; accepter aussi que ceux qui ne sont pas déjà en addiction vont y entrer (c’est le cas dès la centième cigarette) ?

N’oublions pas enfin que l’état d’urgence risque, après les événements récents, de se prolonger. Une mauvaise habitude n’est pas pour autant facile à interrompre et il y a fort à parier que si nous les tolérons aujourd’hui les coins fumoirs s’installeront définitivement dans les établissements scolaires.
J’ai été sidérée d’entendre dans les médias un proviseur approuver la mesure sous le prétexte de la hiérarchie des risques, le risque terroriste lui paraissant beaucoup plus menaçant que le risque du tabac. Autorisons-nous d’être cynique, M le Proviseur : vos élèves ont-ils plus de chances de mourir du tabac -lequel tue un fumeur sur deux ou du terrorisme ?

Mon père disait « les galons se cousent, l’autorité se construit ». Quant au courage, c’est sûr, il ne s’achète pas dans les bureaux de tabac.

 

 

 

Le vin n’est pas un produit comme les autres, la loi Evin non plus

Non, le vin n’est pas un produit comme les autres parce qu’il est un produit culturel et son usage en quantité modérée  n’est pas addictif, ni véritablement toxique. Quand il est bu de manière conviviale et, je le répète, en quantité modérée et de préférence occasionnelle, il est un vecteur de lien social, de culture et de plaisir partagés. A ce titre, il a un caractère bénéfique sur les fonctions cognitives. Loin d’être un(e) ayatollah de la santé, je suis -le concernant- d’une libéralité  très grande, jusqu’à avoir suscité dans le temps de mon ministère des dégustations de vin (Bordeaux contre Bourgogne) dans un milieu de grands âgés. En tant que Bordelaise, je suis fière que le nom de ma ville soit mondialement connu à cause de son vin et que ce produit né des siècles précédents et toujours   « élevé » avec le plus grand soin, soit à l’origine d’une vraie culture et de belles traditions.

Mais.. Il n’a échappé à personne que nous sommes dans une société marchande et bien souvent vénale. Des prédécesseurs courageux ont mis en place des lois et des règlements pour que ce produit d’exception ne soit ni banalisé -sur aucun plan- ni dévié. Si nous introduisons des failles supplémentaires dans ce corpus législatif, nous ouvrons grande la porte aux pressions, aux intérêts territoriaux et aux lobbies ; ceux qui profiteront de ces failles ne seront pas les viticulteurs, moins encore  les petits viticulteurs, mais les alcooliers, les grands brasseurs et les cigarettiers.

En voulant définir ce qui est publicité ou information, nous facilitons la tâche aux tricheurs. Deux groupes d’exemples. Les uns concernant l’alcool, les autres dans un domaine différent, mais relevant des mêmes textes : le tabac.

Quand on écrira : « La bière de Munich (ou tout autre territoire) est fabriquée à partir de houblon bio, garanti sans pesticides, ni colorant », est-ce de l’information ou de la publicité ? « Le pinot noir d’Ottrot est le seul à bénéficier d’un ensoleillement de x jours par an, seul à pousser exclusivement sur des collines exposées en plein sud et à être vendangé exclusivement à la main ». Publicité ou simple information ?

Même chose pour les cigarettiers, puisque le tabac relève des mêmes textes. Après l’ineptie de la « cigarette bio », élevée sous la mère, pure nicotine sans OGM, le cigare roulé à la main par d’accortes cubaines, qu’inventeront-ils ? Qu’inventent déjà les cigarettiers qui s’emparent du marché de la cigarette électronique car ils savent qu’inéluctablement la consommation de tabac va baisser et qu’ils doivent équilibrer autrement leurs revenus colossaux ? Oui, la cigarette électronique aide à sortir du tabac mais elle peut être aussi un vecteur d’agents addictifs, et je crains que la grosse pression qui est faite en ce moment pour la « tape » n’en soit le témoin.

Non, l’amendement « César » n’apporte ni simplification, ni clarté. Il suffit d’ailleurs de le lire : l’exposé des motifs est incompréhensible d’un Pékin moyen, or « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement », comme ce qui se conçoit dans un but de clarté. Il n’empêchera ni les recours, ni les contestations, mais ouvrira la porte aux pressions, aux stratégies de contournement et aux lobbies.

Mon expérience de la lutte contre les cigarettiers me démontre la faiblesse des lois relativement aux tanks Sherman des multi-nationales. Le moment n’est pas d’affaiblir la loi Evin, loi de santé publique structurante, mais de s’assurer de son application en multipliant contrôles et sanctions. Pour la première fois depuis le vote de la loi Evin, j’ai vu ce mois-ci des mannequins posant pour Saint-Laurent dans un magazine féminin avec une cigarette à la main. Sans doute demain, cela deviendra-t-il de l’ « information ».

L’amendement César a été voté hier en commission mixte paritaire. Comme il a été voté conforme à la version du Sénat, il ne devrait pas revenir en séance. Sauf si..

Pour ma part, députée de Bordeaux, fière de ma ville et de ma région, je n’aurai jamais deux positions, l’une pour le vin (c’est à dire l’alcool car les deux ne peuvent en droit être dissociés), l’autre pour le tabac, bien que le degré de dangerosité du premier soit moindre et surtout différent. Le seul lobby  qui me décide est celui de la santé et de la lutte contre les maladies comportementales (addictions, troubles du comportement alimentaires..) qui sont en train de mettre en péril notre système de santé.

 

Interdite, la publicité pour le tabac ?

« Toute publicité, toute promotion en faveur du tabac est interdite ». La loi Evin de 1991 l’affirme, l’article 3511-3 du code de la santé publique aussi et, de même, la Convention-cadre de la Lutte anti-Tabac (CCLAT) ratifiée par la France en 2004. Sauf que…

Sauf que… Les lois paraissent bien souvent faites pour être contournées,  déviées et l’habileté de ceux qui s’y emploient est proportionnelle à leurs intérêts financiers.

Ceux des industriels du tabac sont considérables, à l’égal de leur cynisme ; l’un et l’autre sans doute assez comparables à ceux des financiers qui organisent l’évasion fiscale.  Pourtant, à dénoncer leurs pièges, on se fait bien souvent agonir d’insultes…

La Ligue contre le Cancer et l’Institut IPSOS ont mené deux études analysant la présence et la valorisation du tabac dans les films français.

La première a analysé 200 films sortis entre 1982 et 2002, choisis pour leur performance en nombre d’entrées. Dans 50% apparait une scène de tabagisme et dans 20% une marque identifiable de produit du tabac.

Une deuxième étude  concerne 180 films sortis entre 2005 et 2010 (nettement après la loi Evin), comptabilisant là aussi le plus grand nombre d’entrées. Ce sont ici 80% des films qui présentent des « événements fumés » et 30 % de ces 180 films présentent 10 événements fumés ou plus.

Pourquoi ces chiffres précis ? Parce que, outre la fréquence des scènes, leur simple augmentation au cours des années démontre que ces scènes ne peuvent être justifiées par le seul intérêt artistique ou historique. En 99 minutes, même des fumeurs intenses ne fument pas 10 fois, non plus que 80% des sujets ne justifient la présence à répétition de la cigarette. Dans les mêmes périodes, le cinéma américain, le plus puissant du monde et, initialement le plus « enfumé »,  a au contraire réduit le nombre et le temps des scènes de tabagisme dans les films.

Je sais, cher  Jean-Pierre  Mocky, qui avez hurlé des insultes dans mon téléphone après une simple question écrite, c’est désagréable à entendre mais c’est ainsi : le cinéma est un art, mais ce n’est pas seulement l’Art qui pousse nos cinéastes à servir d’écran publicitaire et d’alibi  à des multinationales de ce crime organisé, planifié, assumé, qu’est le tabac.

La durée moyenne des « événements tabac » est de 2,4 minutes. Cela peut sembler court mais correspond en réalité à 5 publicités commerciales habituellement projetées à la télévision ou au cinéma. En multipliant par le nombre de séances, de salles, de DVD, de rediffusions télé, on imagine facilement le montant financier que cela représente. Et qui justifie bien des colères, bien des articles effarouchés, scandalisés, offusqués quand quelqu’un ose aborder le sujet.

La marque de cigarettes n’est qu’occasionnellement visible. On ne s’étonnera guère cependant que Marlboro monopolise 65% des apparitions comme elle vient en tête des ventes dans le marché français.

Alors quoi, je veux ‘ »interdire » toute présence de la cigarette au cinéma ? Même pas !

Je veux

– que toute participation financière de l’industrie du tabac à la production d’un film soit publiée et connue du public, selon le principe du « Sunshine Act » dont nous avons voté une déclinaison à l’Assemblée lors de la loi de modernisation du système de santé; J’ai proposé lors de la présentation de cette même loi à l’Assemblée que tout financement par les cigarettiers interdise les subventions publiques dont profite généreusement le cinéma français. Ceci a été refusé, alors qu’il paraissait assez logique que l’Etat ne subventionne pas des entreprises contrevenant à la loi, mais j’espère que la question n’est pas close et qu’un Gouvernement et un Parlement courageux s’en saisiront. Il y a encore beaucoup à faire pour que l’on reconnaisse et que l’on accepte de réduire cette publicité déguisée et cachée.

– qu’une commission de déontologie se prononce sur l’intérêt artistique majeur et l’absence de tout caractère promotionnel de scènes de tabagisme ; ou encore, sur leur intérêt historique ou biographique (Churchill, Gainsbourg…)  ; qu’au contraire, elle contre-indique la multiplicité des scènes visant à banaliser la consommation du tabac et à en faire un acte de l’environnement de tous les jours ; ou encore (et peut être surtout) les scènes identifiant le fait de fumer à la jeunesse, à la beauté, à la minceur et à la séduction. Les jeunes sont les premiers « piègés » par le tabac au cinéma (rapports de l’OMS; cf référence donnée en commentaire) et en particulier les jeunes femmes. C’est le cinéma qui a rendu la cigarette socialement acceptable, puis attractive concernant les femmes. On connait la suite dramatique avec l’explosion du cancer du poumon de la femme qui en fait aujourd’hui la première cause de mortalité par cancer de la femme).

Jean-Pierre Mocky, tous les autres qui aimez cinéma et artistes, souvenez-vous de la toute dernière scène de Yul Brunner, immense acteur,  quelques jours avant sa mort d’un cancer pulmonaire. Il avait tenu à être filmé pour un ultime message :

« Now I am gone.. I just tell you :  don’t smoke ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

Observer la loi : pas la peine d’en faire tout un cinéma !

Il ne s’agit que de cela, mais ce « cela » n’est apparemment pas peu : appliquer la loi, en l’occurrence la loi Evin, et ne pas poursuivre cette inflation de scènes de tabagisme dans le cinéma français.

Comment se fait-il que 80% des films français comportent aujourd’hui de telles scènes et que ce chiffre ait régulièrement augmenté au cours des dernières années ? Le tabac est devenu aujourd’hui une sorte de star du cinéma français, star au demeurant très lucrative.

S’agit-il d’un vent commun d’inspiration, comme en ont en ce moment les députés qui rédigent des séries d’amendements identiques pour contrer les mesures de lutte contre le tabagisme ?

Le cinéma est un art, dont j’apprécie les artistes qu’ils soient « compositeurs ou interprètes » et je ne mets en cause ni leur liberté, ni leur talent. C’est pourquoi dans ma question écrite à la Ministre de la culture, je m’exprime en faveur des scènes où cigarettes ou cigares ont un intérêt biographique, historique ou encore viennent exalter la véracité d’une scène ou la tension psychologique qu’elle exprime.

Mais pourquoi ces scènes sont-elles toujours plus nombreuses ? Cette inflation croissante peut-elle avoir un motif artistique ? N’y a-t-il pas là quelque mécénat souterrain qui facilite cette expression de manière à valoriser ou promouvoir le fait de fumer comme la loi l’interdit?

Car c’est bien de loi qu’il s’agit. En l’occurrence la loi Evin de 1991 concernant tabac et alcool. Et qu’il s’agit de faire respecter avec toute la mesure qui convient à l’expression artistique.

Un blog  de « boulevard voltaire », qui n’est pas indemne d’inutiles et médiocres coups bas, met en cause mon simple rappel à la loi. Je voudrais, prétend-il,  interdire le tabac dans tous les films français et, plus grave, je suis coupable d’avoir incité producteurs et metteurs en scène à exercer une certaine déontologie dans la manifestation d’un comportement qui ne tue guère que 73 000 Français par an, dont, hélas, beaucoup d’artistes.

Juste en passant, je demande à Richard Hanlet (l’auteur du petit pamphlet de « boulevard voltaire ») de visionner les dernières images de Yul Brynner appelant, juste avant de mourir, à ne pas fumer. Tant d’autres dont nous regrettons la perte.J’en appelle aussi à Jean Pierre Mocky qui a déversé un flot d’injures dans mon téléphone sans laisser de numéro où je puisse lui répondre et le rappeler aux simples faits.

« Art » devrait faire bon ménage avec responsabilité. Et information avec exactitude des faits.