m

Certains y voient la vierge et d’autres le démon..

Jean-Luc Mélenchon a vu la vierge dans le drapeau européen et a demandé pour cela sa suppression des estrades. Bien qu’un peu tardive, JLM ayant été député européen, cette révélation témoigne d’une spiritualité exigeante et ouverte à toutes les clartés, ce qui ne doit jamais manquer d’être salué.

De spiritualité, non plus que de symbolisme, on ne discute point. Un mien ami, au demeurant très spirituel et trouvant en toute chose une dose salvatrice de dérision, voyait dans tous les panneaux routiers triangulaires une allusion au sexe de la femme et appelait pour cela à les supprimer radicalement du bord des routes.

A la suite de JL Mélenchon, cette même radicalité se porte aujourd’hui sur la question de la laïcité. Selon @le_gofira (site moins connu mais également impartial que son presque homonyme), c’est aujourd’hui plusieurs députés d’opposition, pas les mêmes, qui s’élèvent au Parlement contre les sous-entendus maçonniques du panneau « Attention Ecole ». Sa forme triangulaire, déjà dénoncée de longue date par mon ami, associée à des silhouettes d’enfants, serait insidieusement propre à influencer de jeunes cerveaux et à les détourner de l’enseignement confessionnel, voire à les conduire à dénier les racines chrétiennes de la France.

Les uns voient la vierge, les autres le diable, les troisièmes ne voient rien. D’autres enfin, comme Vaclav Havel ne voient dans le drapeau européen, comme dans l’hymne européen, que la capacité des hommes à s’unir et, à l’occasion, à regarder les étoiles.

 

 

 

Vaclav, explique leur…

Quinze ans, il a passé 15 ans à lutter contre un cancer du poumon, délai extraordinaire ce cancer tuant vite et ne connaissant pas les récidives tardives ou de long cours d’autres formes de cancer.

Le cancer le plus fréquent du au tabac qu’est le cancer broncho pulmonaire tue vite, mais surtout beaucoup ; 5 à 10 % de guérison, chiffre stagnant depuis le début de mes études de médecine, il y a, à un poil près, un demi siècle.

Il tue vite et aussi, il tue mal. Et il faut avoir vu un malade mourir étouffé pour se dire qu’on n’arrêtera plus jamais de travailler à nous faire sortir de ce poison par lequel on légalise le suicide.

Havel est il mort étouffé comme tant d’autres, après ce que l’on appelle pudiquement une « complication pulmonaire » ? Nous ne savons presque rien. Même faire le lien entre tabac, cancer et sa mort, personne ou presque ne l’ose et ça me révolte. On tourne autour du pot, on pratique une sorte d’omerta bienséante qui n’est certainement pas du genre d’Havel lui-même. Havel, son talent inspiré, sa noblesse de grand seigneur de l’esprit, préoccupé de tout autre chose que de quotidien, ce donneur de sens à son pays et à l’Europe, Havel qui aurait eu sans cela 20 ans à vivre, est mort fracassé, jeté dans la tombe immense du tabac. Imagine-t-on un lac immense où l’on viendrait chaque jour charrier 150 000 corps ? Et tout cela, toute cette souffrance, pour engraisser 4 multinationales-gangster.

A peine quelques phrases dans la profusion des articles de journaux « depuis 1996 où il a été opéré d’un cancer du poumon, il n’a cessé de lutter contre la maladie ». S’imagine-t-on ce que c’est, de traitements en récidives et de récidives en traitement, de lutter 15 ans contre la maladie ?

Est ce qu’il n’aurait pas été mieux employé de continuer à être à plein temps ce continuel dissident qu’il fût même au pouvoir ?

« Il aurait pu mourir d’autre chose », ai-je entendu. Variante de « il faut bien mourir de quelque chose » que l’on me sert à répétition pour ringardiser cette bataille contre le tabac, supérieure à tant d’autres et à laquelle je ne renoncerai jamais.

Il faut (aussi) bien vivre de quelque chose…