m

La mémoire du futur

Cérémonie d’hommage aux victimes et héros de la déportation. Plus que jamais, intensément, se rappeler qu’il n’y a pas de futur sans mémoire, et que le futur, pour un pays comme pour la conscience de chacun, est fait des matériaux de la mémoire.

Au Fort du Hâ, ce 30 avril à Bordeaux, cérémonie que je ne manque, ni ne manquerai jamais, parce qu’elle marque l’ineffaçable souvenir de la souffrance de ceux qu’un régime devenu fou a enfermé dans les camps d’extermination nazis.

Aujourd’hui, comme un rappel, la cérémonie s’est déroulée sous une pluie drue, aggravée de quelques bourrasques de vent froid. L’occasion pour chacun de nous, militaires et civils disposés de part et d’autre du Préfet de région, de prendre conscience de ce qu’endurèrent les déportés, alignés en rangs pendant des heures, par tous les temps, pluie comme neige, durant de longs appels ayant pour objet, non de les compter, mais de les humilier. Beaucoup finissaient par tomber, congelés de froid, fragilisés par l’absence d’alimentation et souvent la maladie.  Souvenons-nous, ressentons, fût-ce pour un instant, l’intensité de leur souffrance.

Et c’est un pays européen, un pays dont nous sommes proches, qui fut emporté par le délire d’une poignée d’hommes et de femmes fanatisés. Jamais, jamais, ne prenons le moindre risque qu’un discours de discrimination, puis d’exclusion, que la désignation d’un bouc émissaire ou d’un autre, ne s’embrasent un jour au feu de la haine.

 

Opération Frankton

Ils partirent 10, 2 seulement parvinrent… Nous étions le 7 décembre 1942. Dix jeunes anglais, officiers de la marine britannique, acceptèrent d’exposer leur vie pour une opération hautement risquée : remonter nuitamment la Garonne en kayak pour poser des mines à Bordeaux sur des navires allemands qui transportaient des armes et des munitions.

Deux seuls parvinrent ou plus exactement, ont survécu. L’explosion des bateaux eut un grand impact psychologique sur la population et les forces alliées, et par ailleurs sauva le port de Bordeaux qu’il était prévu de détruire.

Le caractère exemplaire de l’action de ces jeunes marins (dont aucun de ceux qui furent pris, puis fusillés ne parla sous la torture) est demeuré dans les mémoires comme emblématique des actions héroïques de la deuxième guerre mondiale.

Aujourd’hui, nous avons célébré place Frankton en bord de Garonne ce haut fait et ces héros en présence du Consul d’Angleterre et de représentants des forces britanniques.

Nous avons salué en privé l’engagement du Royaume Uni dans la coalition contre DAESH. Dans les moments difficiles, l’Angleterre et la France se retrouvent toujours unis et solidaires

Inauguration du Mémorial pour les Républicains Espagnols

Samedi matin se tenait à la Base Sous Marine de Bordeaux, la commémoration du 81e anniversaire de la IIe République Espagnole et l’inauguration du Mémorial, à l’initiative de Monsieur José LOPEZ et de l’association du Mémorial pour les Républicains Espagnols présidée par Joan FABRA-GRATACOS.

Alain ANZIANI, Philippe MADRELLE, Emmanuelle AJON, Martine DIEZ étaient également présents pour cette commémoration symbolique au pied de l’immense Base Sous Marine construite par plus de 3000 espagnols contraints de fuir leur pays, dont 70 sont morts d’épuisements.

A la tribune, Michèle Delaunay n’a pas caché son émotion face à cette barbarie nazie qui entraina la souffrance de milliers d’espagnols mais aussi de français et étrangers obliés de participer à ce chantier morbide.