m

Et toujours pas de Ministères des personnes âgées, fragiles ou vulnérables ….

Le nouveau gouvernement, joliment appelé « Philippe II » me laisse consternée par l’absence de Ministère « des personnes âgées et de la transition démographique ». Cette double appellation pour souligner un double manque : celui de la question du grand âge et de la perte d’autonomie, celui de la prise en compte de la transition démographique qui fait qu’aujourd’hui 30% des Français ont plus de 60 ans et vivent plus de trente ans à la retraite.
Un ministère transversal -ou pour le moins un secrétariat d’Etat, comme c’est le cas pour le handicap-, eût été indispensable : pratiquement 100 % des familles françaises sont concernées et tous les secteurs (santé, logement, urbanisme, fiscalité…) de notre vie en société par cette « transition » si profondément humaine.
La nomination de ce gouvernement s’est par ailleurs faite par temps de canicule. Osons un faible jeu de mots : est-ce que cela n’aurait pas du rafraîchir la mémoire du jeune Président de la République ou de son premier Ministre ? Qui pour porter ces jours-ci la voix bienveillante de l’Etat auprès des personnes fragiles et isolées, et en premier lieu bien sûr des grands âgés ?
C’est d’ailleurs cette absence de prise en compte de la fragilité, de l’exclusion, de l’isolement, qui frappe en ce début de quinquennat. Gouvernement comme Parlement font une large place aux beaux, aux blancs, aux forts, aux bien nés et aux urbains.
Puissè-je me tromper…

La transition oubliée

Je fondais de grands espoirs sur le vent nouveau qui souffle sur notre pays pour que sorte de la léthargie où la tiennent nombre de politiques, la plus humaine des transitions : la transition démographique. Allemagne, Angleterre, Japon, Chine  y consacrent colloques et congrès, réunissent des experts du monde entier…  La France en proie à un vent de jeunisme, tourne les yeux et regarde ailleurs.

Et pourtant, ce n’est pas des « vieux » qu’il s’agit mais de tous ! Trente pour cent bientôt de notre population aura demain matin plus de 60 ans (c’est déjà le cas en Nouvelle Aquitaine) ; une femme partant à la retraite connait aujourd’hui 30 ans d’espérance de vie moyenne (souvent bien davantage) et l’immense majorité de tous ceux-là vont bien, sont actifs, autonomes et veulent le demeurer. Leur rôle et leur place dans la société est le trou noir de la pensée politique. Et pourtant..

Et pourtant, toutes les générations sont bien évidemment concernées, ainsi que tous les secteurs. Quelques exemples…

La fiscalité : est-il raisonnable de ne rien changer aux donations et au droits de succession, quand un héritier va avoir bientôt 70 ans quand ses parents mourront? Il est un peu tard pour mettre l’héritage à contribution pour s’installer dans la vie.. . Ne serait-il pas opportun de défiscaliser plus largement les donations précoces aux enfants ?

La famille : 4 et souvent 5 générations dans une même famille ; famille qui est d’ailleurs bien souvent multi-recomposée, avec des effets curieux ; les oncles sont plus jeunes que les neveux, les petits enfants ont pléthore de grands-parents, grands-parents d’ailleurs qui n’ont  aucune existence juridique dans le code de la famille. Qui peut se substituer à qui en cas de carence d’un ascendant ? Qui est le descendant en devoir d’apporter si besoin aide morale et financière à son aïeul? Sur tout cela, motus…

Le pape est plus aguerri en matière de transition démographique que nos édiles : il a compris que si il n’ouvrait pas les portes pour réintégrer dans l’église, les divorcés, sans prendre en compte leur attitude à l’égard de l’ex-conjoint et des enfants, il n’y aurait bientôt plus personne pour se compter parmi les catholiques. Reconnaissons-le, se marier pour une durée de 70 ans, c’est long, et beaucoup de nos concitoyens les font… En 3 fois !

Est-il besoin de parler de notre système de santé qui sans mesures majeures de prévention, sera mis en défaut par l’abondance et la durée des maladies chroniques. Mieux encore, on comprend  la fragilité de notre système de retraite si l’on n’envisage pas des évolutions de carrière et la prise en compte de la pénibilité pour accompagner l’allongement des durées de cotisations. Emmanuel Macron avait envisagé une baisse du temps de travail en fin de carrière, compensée par une non augmentation du salaire, voire une diminution suivant le temps de travail choisi. Cela mérite conditions et encadrement, mais c’était enfin une idée nouvelle… Communicants ou jeunes technocrates le lui ont fait abandonner sans se rendre compte que c’est d’eux aussi qu’il s’agissait.

Un mot sur le grand âge. Nous augmentons les bourses des étudiants, voulons leur assurer un patrimoine de départ, mais quand le coût de l’EHPAD de la grand-mêre est à la charge de ses enfants si elle ne peut elle-même l’assurer, pensez-vous que les petits enfants n’en font pas les frais ? Que l’équilibre de la famille n’en est pas gravement modifié ?Je n’ai rien pu obtenir de ce point de vue pendant mes deux ans de Ministre. J’ai plaidé et plaide encore pour un ministère de la transition démographique, attaché au premier ministre, tellement le sujet est transversal et déborde très largement le seul domaine du social. Résultat des courses pour ce nouveau quinquennat : disparition complète du sujet, pas même de ministère des personnes âgées. Incompréhensible..

Sans prise en compte de ces mille aspects (je passe sur les aspects économiques, politiques et bien d’autres), nous avancerons vers une guerre des générations alors que c’est une alliance des générations qu’il faut penser et mettre en place.

 

 

 

L’inexcusable erreur

C’est avec une totale incompréhension et un très grand regret que je constate aujourd’hui la disparition du Ministère des « Personnes Agées et de l’Autonomie ».

Ce ministère eût mérité pour le moins de rejoindre le sort de celui des personnes handicapées comme ministère transversal auprès du Premier Ministre, ce qui fut toujours ma demande.

J’ai soutenu également, lors de ma période ministérielle, auprès d’Emmanuel Macron lui-même à l’occasion d’un long entretien, de faire évoluer le nom de ce ministère vers celui de Ministère de la Transition démographique, en symétrie avec la transition énergétique. Le nouveau Président, alors Conseiller, avait paru y être sensible. Le sujet est au moins aussi important, à la fois dans les chiffres (30 % de Français de plus de 60 ans et une espérance de vie à la retraite de 30 ans) et dans le caractère profondément humain et intergénérationnel de cette transition.

Cette erreur doit être réparée. Ce sont aujourd’hui près de 15 millions de Français qui se trouvent sans représentation, sans porte-parole, sans référence,  pour faire évoluer notre société au regard du beau défi de la longévité et de toutes les questions qu’elle pose : santé, retraites, fiscalité, logement, familles, économie, grand-âge…

Les ex « baby-boomers » qui entrent aujourd’hui dans le champ de l’âge, dessinent aujourd’hui un spectaculaire dos d’âne dans les courbes démographiques et accusent toutes les questions précédemment soulevées.

Qui, dans ce Gouvernement, y apportera les réponses que tous les pays européens et au-delà se posent simultanément à nous ?

(Communiqué de presse après la nomination du Gouvernement Philippe)

 

Vieilles… Et alors ?

C’est sous ce titre un tantinet provocant que l’ « Assemblée des femmes » a réuni le 15 juin un colloque à l’Assemblée nationale. J’ai été surprise par le nombre des participantes -et même des participants-. Le sujet n’est pas mince et il constitue une bonne part de cette transition démographique qu’un grand nombre de politiques  -disons plutôt  d’hommes politiques- refusent d’affronter.

« Les vieux sont des vieilles » : c’est au moins vrai pour le grand âge où les femmes restent largement majoritaires. Les femmes n’ont pas de modèle qu’elles puissent suivre, puisque ce que nous vivons n’a existé jusqu’alors dans aucun pays, ni à aucune période de l’histoire de l’humanité. C’est ma génération, celle des « boomeuses » (j’adore ce nom) qui a à inventer ce que peut et doit être bien vieillir et vieillir longtemps pour une femme.

Point n’est besoin de rappeler que le vieillissement physique est globalement plus pénalisant pour une femme que pour un homme. Dans la vie quotidienne, dans la vie professionnelle, la dictature de l’apparence est plus pregnante pour nous. Comment à la fois y souscrire et ne pas le subir ? Le modèle des femmes belles longtemps (Emmanuelle Riva, Jane Fonda, Ines de la Fressange…) ne doit pas être vécu comme une dictature. Dans la vie réelle, il serait moniteur d’une considérable discrimination sociale. Ces femmes sont photographiées ou filmées dans des conditions particulières et disposent de moyens de valorisation de leur beauté qui ne sont pas accessibles à toutes les femmes. Soyons vivantes, mobiles, lumineuses, soyons au mieux de ce que nous avons envie d’être, pas ce qu’on nous dicte d’être.

Quels autres outils pour ce modèle à inventer ? Ils sont difficiles à cerner. L’un pourtant : condamnons et faisons condamner toutes les images et les paroles discriminantes pour l’âge. Pendant mon temps de Ministre, j’ai fait, grâce au Défenseur des Droits Dominique Baudis, supprimer la publicité des chips Lays (2 vieillards se disputent un paquet de chips médiocres, l’un fait tomber l’autre qui dans sa chute perd sa prothèse dentaire…) et je me félicite de cette action dont je voudrais qu’elle soit un précédent. Les « chiennes de garde » sont, avec raison et efficacité, attentives aux publicités sexistes, elles doivent aussi être très vigilantes vis-à-vis des représentations dévalorisantes des femmes âgées. Bref, soyons toutes des « panthères grises » !

Les mots et leur usage sont décisifs. Je déteste particulièrement l’un d’eux : le mot « cougard », et tant qu’il n’aura pas d’équivalent pour les hommes liés à des femmes beaucoup plus jeunes (dont je crois savoir qu’ils ne sont pas tout à fait rares), nous devons en condamner l’usage dans les médias.

Il y a bien une autre arme.. L’usage pour soi-même des ovocytes congelés a bouleversé la seule véritable supériorité des hommes : l’agenda biologique. Tant de nounours grisonnants qui se vantent de « refaire leur vie » avec une « jeunesse » (comme on disait autrefois) et de procréer plus que tardivement… Aujourd’hui, nous devons convenir malgré le coût d’accès aux techniques de congélation/conservation qu’il devrait être possible pour une femme en bon état de santé médicalement confirmé de concevoir un enfant au-delà de la ménopause, laquelle peut être très précoce. Cette remise à niveau (au moins partielle) de l’agenda biologique est une bombe si considérable que, avouons-le, beaucoup n’osent pas même dire qu’ils s’en sont aperçus.

Soyons nous-mêmes, je dirais même au meilleur de nous-mêmes, ce qui n’est pas si peu et qui, au demeurant ne peut qu’être hautement favorable à notre longévité heureuse.

 

Nous n’avons pas su parler aux retraités

Il me tarde de connaître les données démographiques du vote des 22 et 29 mars. De manière régulière, dans les élections à forte abstention, le pourcentage des plus de 60 ans n’est pas loin de la barre des 50% de votants. C’est dire qu’ils sont pratiquement majoritaires à eux seuls.

Est-ce le cas ? Nous verrons. Dans les causes de notre échec aux derniers scrutins, il y a sans aucun doute la perte d’un fort contingent de retraités. Oui, ils votent majoritairement à droite, mais ceux qui votent à gauche le faisaient toujours ponctuellement. Ces votes étaient forgés par la vie, pas par quelque rancoeur que ce soit. Le Limousin en était la preuve.Un de mes regrets à la suite du remaniement (un an déjà..) c’est de n’avoir pas pu porter « ma » loi sur le terrain. Le programme de ce tour de France était déjà fait et, in fine, avec quelques mois de plus, elle aurait été présente sur tous les territoires, soit avant le vote, soit après. Partout, j’ai trouvé un grand assentiment, une vraie chaleur, une atmosphère de compréhension et de partage.

Thomas Thévenoud y est pour beaucoup (l’ « affaire » a eu lieu au moment du passage à l’Assemblée) mais cette loi, 100% positive, à laquelle on ne pouvait reprocher que de n’être qu’une première étape, n’a pas eu la diffusion qu’il fallait. Ce que l’on avait attendu 5 ans sous Nicolas Sarkozy était en marche et cette marche était montante et installait de l’optimisme. La page de la « démographie punitive » était tournée.

Et puis : les impôts. Oh pas des nouveaux impôts, mais les effets de mécanismes -souvent antérieurs à notre arrivée- qui ont fait que des personnes à revenus modestes qui ne payaient rien se sont trouvées contribuables. Et puis « la demie part des veuves » que nous aurions du rétablir. Le 0,3% de la Contribution Additionnelle de Solidarité pour l’Autonomie (CASA) avait été compris parce qu’il était fléché clairement sur l’accompagnement de la perte d’autonomie. Mais il eût fallu faire des signes à ceux qui en avaient le plus besoin.

Et puis, le vocabulaire, la communication, l’énergie positive que peut lever cette « transition démographique » et que nous continuons à ignorer en faveur de l’ « aide aux personnes âgées » et autres formules totalement stimulantes. Et puis, et puis…

J’ai des sursauts de tristesse. Sur le terrain où j’ai été beaucoup avant le dernier scrutin, l’attente est forte d’un discours de partage et d’honneur. Dire et répéter que la génération qui est la mienne constitue, par le biais des associations, des municipalités et dans les familles, l’épine dorsale de notre cohésion sociale. Valoriser, valoriser et valoriser encore la place des âgés dans la société, être avec avec eux, comme eux, dans le réel et leur rendre leur fierté.