m

Audience solennelle ce 26 janvier de la chambre régionale des comptes dans le noble décor de la cour Mably. Deux moments forts : la présentation des comptes des collectivités locales de notre nouvelle région Aquitaine et le discours du Président de la Cour, Jean François Monteils.

De la présentation dont je salue la clarté, je retiens un élément assez inquiétant : le non respect de la durée annuelle du temps de travail (1607 heures) par de nombreuses collectivités. La Cour a demandé une remise en ordre qui n’a été que modérément suivie, les collectivités récalcitrantes préférant compenser par la fiscalité le déficit financier liée à cette baisse effective du temps de travail. Les administrés de ces collectivités apprécieront.

Le discours du Président Monteils était spécialement remarquable, posant d’un double point de vue la question de l’utilité de la Cour. La « performance » des admonestations de la Cour est mesurée très concrètement par le bénéfice financier obtenu par la correction des éléments de mauvaise gestion à l’occasion des exercices budgétaires suivants.

Mais cette appréciation très concrête n’est pas la seule utiité de la Cour . Celle ci a plus que jamais le devoir de verser dans le débat politique des données sûres, contrôlées et comparées, établies par une autorité indépendante. Dans la société « post factuelle » où tant de politiques se croient permis d’avancer n’importe quoi, cette référence incontestée est plus que jamais indispensable. Le Président a pointé avec beaucoup d’élégance les déclarations du nouveau Président des Etats Unis ou des protagonistes du brexit pour montrer à quel point la réalité des faits et des chiffres est bien souvent violée dans le discours politique, ce qui contribue grandement à la perte de confiance des électeurs.

Je voudrais pour ma part que les journalistes qui interrogent les candidats divers soient en capacité de corriger leurs dires lorsque ceux ci violent trop généreusement la réalité et/ou qu’ un décryptage de leurs affirmations permettent de faire la part du vrai et du faux dans leurs discours.

Comments 2 comments

  1. 27 janvier 2017 at 17 h 26 min Klaus Fuchs

    Hier j’ai eu avec des amis une longue discussion sur l’avenir de la démocratie et notamment les risques qui pèsent sur elle. Parmi ces risques , en effet, il y a , dans le débat et la propagande politique, celui d’abandonner une base essentielle : la vérité sur les faits. Trump et les TV et journaux pro-trump, les Russes par leurs hackers, mais aussi systématiquement dans leurs médias, le FN, l’AfD en Allemagne, les pro-Brexit au R-U, des réseaux intégristes de toute sorte arrosent les citoyens et influencent leur vote avec des mensonges(la porte-parole de Trump les qualifie de « vérités alternatives »!) , des théories complotistes et autres affirmations capillotirées ce qui évidemment fausse terriblement le vote et les élections. Et de nouvelles attaques annoncées contre les prochaines élections notamment en France et en Allemagne sont des pires augures. Où allons-nous, où ira la démocratie?
    Encore au sujet des Etats-unis: il semble que le Washington Post (ce journal du Watergate) a mis sur pieds une unité d’une dizaine de journalistes dont la mission est le « fact checking » après toute déclaration de Trump et de son entourage… Excellente initiative malheureusement un peu trop coûteuse pour être généralisée dans nos médias, car quel citoyen lambda a les moyens de vérifier lui-même et rapidement, la véracité des affirmations sur lesquelles il forme son opinion et qui déterminent son vote.

  2. 28 janvier 2017 at 16 h 35 min laurent

    Toute fonction monarchique mis à part, le suffrage universelle du général est inscrit dasn le Droit et…

    Preuve que le débat parlementaire se doit d’être à la hauteur, pas au sens métrique, au sens figuré. Pour celà, il faut un Président puis un candidat à la Présidence de la République française qui soit en capacité d’être crédible, d’être courageux et sachant faire la différence entre actes, paroles et faits accomplissables c’est dire un candidat aux élections présidentielles seul capable d’aller au delà des partisaneries pures et dures, capable de rassembler tous les français(e) pour tenter de dépasser le plus possible les CINQUANTE POUR CENT requis au SECOND TOUR de l’élection Présidentielle prochaine, et suivantes: par le VOTE à BULLETIN SECRET (le bulletin, ça veut dire dans les locaux où l’on vote et en langage éCRIT, un dimanche:)! DEMAIN, c’est le moment d’aller voter. C’est un Droit ET un civique…. Il faut voter intelligent. Futé, et c’est ainsi que… En pensant d’abord au pays, à l’europe et aux françaises, aux français potentiellement votant. AU SUFFRAGE UNIVERSEL. Donc,

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *