m

Les femmes sont en première ligne pour la longévité. Non seulement par leur nombre à y atteindre mais parce que c’est pour elles un défi particulier : la contrainte de l’apparence continue de les suivre au fil des décennies.

La longévité actuelle n’a jamais existé, dans aucun pays, ni à aucune période de l’histoire de l’humanité et nous sommes sans modèle que l’on puisse suivre dans ce domaine. C’est notre génération qui a à inventer ce que peut et doit être « bien vieillir » et « vieillir longtemps » pour une femme.

Point n’est besoin de rappeler que le vieillissement physique est plus pénalisant pour une femme que pour un homme. Dans la vie quotidienne, dans la vie professionnelle, la dictature de l’apparence est plus prégnante pour nous. Comment à la fois y souscrire juste ce qu’il faut, et ne pas le subir ?

Le modèle des femmes belles longtemps (Catherine Deneuve, Jane Fonda, Ines de la Fressange…) ne doit pas être vécu comme une dictature même s’il peut être un exemple. Dans la vie réelle, il est moniteur d’une considérable discrimination sociale. Ces femmes sont photographiées ou filmées dans des conditions particulières et disposent de moyens de valorisation ou de restitution de leur beauté qui ne sont pas accessibles à toutes les femmes. Soyons vivantes, mobiles, lumineuses, soyons au mieux de ce que nous avons envie d’être, pas ce qu’on nous dicte d’être.

L’enjeu est d’ailleurs de moins en moins de paraître plus jeune de 20 ans que son âge, ni de faire les couvertures de magazine, mais de susciter la phrase « Je voudrais vieillir comme vous ». Aux Etats-Unis, là-dessus en avance, les mannequins âgées sont nombreuses et beaucoup sont célèbres, non pour le talent de leur chirurgien esthétique, mais pour le chic, l’élégance et l’originalité avec lesquels elles portent leur âge ; j’ai presque eu envie de dire, elles proclament leur âge. N’hésitons pas à les suivre.

Il ne s’agit pas là seulement d’un enjeu individuel mais de quelque chose qui va beaucoup plus loin : inventer un modèle qui rende l’âge amical, familier et j’ose dire, désirable, à une société où il concerne une part toujours plus grande de ses membres. C’est vrai pour les intéressées elles-mêmes, c’est vrai pour tous les autres qu’il s’agit de convaincre qu’âge n’est ni diminution ni régression.

« Il faut porter son âge comme une distinction honorifique » et le porter toujours avec panache. A mille lieues de ce détestable sentiment de culpabilité, qui nous guette toujours quelque part. Pomponnons-nous, prenons soin de nous, passons y un peu plus de temps que quand on bossait à plein temps et inventons la mode « sexygénaires » à notre guise et en toute liberté. Osons les couleurs vives, les mélanges inédits de carreaux et d’imprimés, le blanc intégral, cheveux compris, le noir complet brutalisé par une étole rouge corrida, tout est permis si l’on se sent bien. Lunettes de couleurs ou gros verres d’intello, canotier de paille, feutre d’amazone, turban à la Beauvoir, bob de pécheur ou capeline de toile donnent de l’allure à presque n’importe quoi à condition d’y apporter du sens et de suggérer une humeur particulière.

En 68, nous proclamions « interdit d’interdire » et l’âge le rend encore plus impératif. Les soixante-huitardes d’hier ont inventé la liberté des femmes, transformons l’essai cinquante ans plus tard, en y ajoutant le panache, un brin de désinvolture et beaucoup d’allure.

 

NB Cette chronique est parue dans le magazine « notre temps »

 

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *