m

Instruire est aujourd’hui plus indispensable encore qu’informer. Et plus indispensable encore, de le faire simultanément. Ce billet s’adresse à tous mais il concerne d’abord les médias et la profession de journaliste.

C’est le journaliste Brice Couturier qui, dans le contexte de la médiatisation des Gilets Jaunes, en a appelé à l’expertise de ses confrères et au travail préparatoire à leurs interviews. J’y ai ajouté sur twitter mon souhait que les journalistes politiques consolident leurs connaissances en histoire contemporaine et en sciences politiques pour sortir de la répétition pure et simple de ce que véhiculait le brouhaha médiatique. De même pour les journalistes santé, économie, travail, qui commenteront et interrogeront d’autant mieux que leur bagage sur ces sujets sera solide.

Faisons l’expérience : à l’issue de la lecture d’un article ou d’un interview, posons-nous la simple question: « ai-je appris quelque chose ? » . La réponse est rarement positive, à charge conjointe d’ailleurs concernant l’interview du journaliste et de l’interviewé. Les papiers des journaux, les informations en boucle, les interviews où l’on interrompt sans cesse les malheureux qui risquent une réponse dépassant dix mots, véhiculent, reproduisent, démultiplient, mais ils n’apportent pas de données nouvelles, ni de raisonnements fondés. Ils roulent une grosse boule de mots, qui s’épaissit sans cesse et s’alourdit en vrac de proclamations, d’invectives et de contre-vérités.

Des chaines dites culturelles, des journaux ou magazines spécialisés, instruisent, c’est vrai, mais qui regarde une émission sur Carthage, le front populaire, ou le tsar Nicolas II, qui ne soit déjà instruit ? Ces émissions sont fort intéressantes et ne renions aucunement leur utilité, mais l’instruction populaire, celle qui se fait sans avoir l’air, ou plutôt sans y prétendre de manière exclusive, est-elle assez présente ?

Les médias plus que l’école forment aujourd’hui le bagage des jeunes et sont pratiquement seuls dans cette « instruction tout au long de la vie » qui est si indispensable à la citoyenneté et au développement de la personnalité. Etre journaliste est une forte responsabilité et dans la déontologie de cette profession, cette mission a sa place. Je n’ai pas dit bien sûr que tous en étaient dépourvus, mais que trop nombreux étaient ceux pour lesquels cette dimension n’était ni évidente, ni même décelable. Plus de « pédagogie » (osons le mot, malgré l’abus qui en est fait actuellement) ne nuirait pas.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *