m

Hommage national à Simone Veil dans la cour des Invalides. Placé, comme ce fut le cas des hommages précédents (Stephane Hessel, Pierre Mauroy..) sous le signe de la grandeur, mais cette fois et avec justesse, Emmanuel Macron, a souhaité le préciser et le relier à la personnalité  remarquable de Simone Veil. De tout cela, je souhaite que ce blog conserve la trace.

Tous, et plus encore, toutes, nous nous associons à cet hommage, et même si ce rôle ne fut pas signalé souvent, je le fais aujourd’hui à la Ministre de la santé, qui, grande fumeuse comme l’était le President Jacques Chirac, fit du tabac une de ses causes.

Européenne, qui déclarait quelques mois à peine après sa sortie des camps que « rien ne se ferait en Europe sans l’Allemagne et ne manifesta jamais de signes de haine envers ce peuple; porteuse de la loi sur l’avortement sur laquelle aucun gouvernement n’est jamais revenu et ne reviendra. Juive avec honneur et, une fois encore avec grandeur, quand elle condamna l’adoption par chaque écolier français d’un enfant victime de la shoah, laquelle avait été décidée par Nicolas Sarkozy.

Elle, savait ce que porter la mémoire d’un drame, signifiait.

Fichu caractère, amie et belle pratiquante de la langue française, pouvons-nous dire d’elle autre chose que ce qu’a dit Ormesson en conclusion de son discours d’accueil à l’académie

– « Madame, nous vous aimons… »

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *