m

Il y a dans la communication qui entoure certaines mesures d’Emmanuel Macron une atmosphère de mépris qui est très désagréable. J’ai ainsi été choquée du tweet d’une députée LREM de la Gironde à propos de la « réforme » de la légion d’honneur : « On ne l’obtiendra plus par copinage mais uniquement par mérite. 50% de lauréats en moins dès l’année prochaine ».

Outre que les « distingués dans l’Ordre de la Légion d’honneur » ne sont pas des « lauréats », pas plus que la légion elle-même n’est un concours dont on régule le taux d’admission, ce tweet signifie mathématiquement que 50% des décorés l’ont été par copinage. Merci pour eux. Et merci pour les gouvernements antérieurs qui se sont conduit bien légèrement.

Pour ma part dans mon temps de Ministre, j’ai proposé , obtenu et/ou remis, très peu de légions d’honneur. Ce fut toujours à des personnes qui méritaient cette distinction par leur engagement durable pour la cause de l’âge et de la vulnérabilité. Une seule de mes propositions concernait une personne ayant une forte notoriété : il s’agit de Roselyne Bachelot et ceci pour l’énergie qu’elle a mise à pouvoir réaliser ce qu’on appelait alors « la réforme de la dépendance ». Ministre elle-même à ce moment, elle fit avec énergie et enthousiasme un vrai tour de France de concertation et de mobilisation. Hélas, en dernière heure, le Président Sarkozy préféra réduire la TVA des restaurateurs. Cela avait le même impact sur la dépense publique : la différence est que la baisse de la TVA n’a servi à rien et que la « réforme de la dépendance », telle que Roselyne l’envisageait, eût amélioré la vie d’à peu près toutes les familles françaises.

Roselyne n’était pas ma « copine », ni aucun de ceux que j’ai proposé, mais ils avaient tous ce mérite que le Président de la République réclame aujourd’hui. Certains Députés s’expriment un peu hâtivement : la vertu, ni le monde lui-même ne commencent avec eux.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *