m

Il est terrible de penser qu’il n’y a AUCUNE raison positive à fabriquer/vendre/consommer du tabac. Le « plaisir » de fumer n’est lié qu’au soulagement du besoin créé par l’addiction. Si la nicotine est en elle-même un psycho-stimulant, elle l’est de la même manière quand elle n’est pas brûlée et fumée et sa nocivité est alors beaucoup moindre (patch, gommes, vape..)
Elle demeure cependant addictive et l’INSERM a montré que le tabac fumé est plus addictif que l’héroïne. C’est de toutes les drogues, la plus dure au sens de l’addiction.
 
Les cigarettiers ajoutent au tabac plusieurs dizaines de substances destinées à multiplier ce pouvoir addictif. Les jeunes que nous voyons commencer à fumer mettrons une, deux ou trois décennies à se libérer de ce boulet, et chaque cigarette supplémentaire réduira leur espérance de vie de 11 minutes.
 
A cette hécatombe, à cette privation de liberté, un seul motif : son haut rendement financier. Si la vie n’a pas de prix, la mort a un fort rapport, plus que tout autre produit. Côtée en bourse sous ce nom, elle ferait un malheur
 
J’ose dire que le profit est sans comparaison plus grand que celui du commerce des armes auquel, en cherchant bien, on peut trouver un intérêt, du moins dans des circonstances particulières. Pour parodier un de nos hommes politiques, c’est la force des armes qui a permis de dégager les nazis. C’est horrible, je sais, mais plus horrible encore le cynisme avec lequel nous supportons que l’on commercialise et tire profit d’un produit qui a tue millions d’humains chaque année et continue de plus belle à le faire.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *