m

Et si le changement, c’était déjà un tout petit peu maintenant ?

Retour de terrain. La campagne est en train de changer. Il me semble (je dis bien : il me semble) que l’atmosphère n’est déjà plus tout à fait la même. Que les attentes, les espoirs, ces certitudes intérieures inavouables, presque inconscientes qui font que nous nous répondons avant même d’avoir posé les questions, ont commencé de changer de camp.

Juppé se tait au lieu de donner le coup de collier final dans la campagne de Sarkozy. Les gens recommencent de traverser la rue pour me serrer la main comme après ma victoire de 2007. Ce sont des baromètres incertains, les seconds surtout, mais ils relèvent de cette couche infra-consciente du cerveau qui a, plus qu’à son tour, le dernier mot quand on se retourne sur l’avenir déjà passé.

Dans les boîtes aux lettres, Hollande l’emporte à 10 contre 1 sur Sarkozy. Cela par contre ne veut rien dire du résultat, mais de l’état d’esprit des militants, ou des consignes qu’ils reçoivent. On ne peut qu’être lourdement interrogé qu’une semaine après le battage médiatique accompagnant la parution de LA « lettre aux Français » de Sarkozy, ses 33 pages, son liseré bleu-blanc-rouge, le flon-flon de son appel aux valeurs, personne ne l’ait encore trouvé à Bordeaux, ville du numéro 2 du gouvernement, dans sa boîte ni sur les marchés. Nul Ministre non plus pour en commenter les mérites alors qu’ils se sont tous répandus sur les risques insensés du programme de Hollande. Curieuse conception du soutien à son camp.

Que se passe-t-il ? Début de rétropédalage des soutiens de Sarkozy, qui joueront demain les conseillers que l’on n’a pas écoutés et les rédempteurs de la droite ? Attente d’un événement nouveau, retournant les pendules et les sondages?

Il me semble que c’est bien tard. Les « coups de filet » électoraux n’ont servi à rien. La provocation des boucheries halal, non plus. Une guerre interplanétaire ou un embrasement des banlieues ne me paraissent plus pouvoir creuser l’écart. Restons-en donc au bon sens, à l’examen des programmes, à la réflexion intérieure.

C’est dans les mains de chaque Français qu’est le destin de la France et c’est une bonne nouvelle.

La Lettre a-t-elle bien été envoyée ?

Il semble que la Lettre-programme de Nicolas Sarkozy tarde à rejoindre les boites aux lettres des électeurs. C’est l’information qui nous revient de plusieurs quartiers de Bordeaux et de circonscriptions plus lointaines.

Un de mes éminents collègues député me dit que son adversaire ump, soucieux d’être élu ou en tout cas de ne pas être trop sévèrement battu, aurait donné l’ordre de la « black outer » de son territoire.

L’avez-vous reçue ? L’avez-vous seulement vue ?

 

Logement : les chiffres sont têtus

Treize mille demandes de logement conventionné en 2011, 3 ans d’attente, et Bordeaux scotché autour de 15% de logement sociaux alors que le minimum légal est de 20%.

Ces chiffres résument la gravité du problème dans notre ville. S’y ajoute la mauvaise répartition de ces logements sociaux aggravant la ghettoisation croissante des quartiers.

Nous en parlerons ce soir à la maison cantonale de La Bastide avec Jean Yves le Bouillonec, responsable du pôle logement dans l’équipe de François Hollande.

Jean Yves fait partie de ces députés qui m’ont rendue fière, en arrivant à l’Assemblée, de faire partie de ces élus. D’une incroyable compétence, ne parlant jamais pour ne rien dire, gros travailleur, il n’est pas dans le groupe des stars de la politique. Et si c’était une preuve de grande qualité ?