m

Salut à Henri Emmanuelli

C’est pour moi un immense chagrin que la perte d’Henri Emmanuelli, qui m’honorait de sa confiance et qu’avec la sobriété qu’il exigeait, j’ai essayé d’accompagner dans sa maladie.

C’était un homme entier, intègre, volontaire, pudique que j’aimais et admirais beaucoup.

Le Parti Socialiste a besoin de femmes et d’hommes de cette trempe qui ne louvoient pas, qui n’intriguent pas et dont l’action marque durablement leur territoire.

Un coup de chapeau particulier à tout ce qu’il a réalisé pour les personnes âgées dans les Landes.

Salut à ses proches, à ses amis et à ses fidèles.

Droits des femmes : égalité entre les femmes et les hommes, 5 ans d’avancées !

Ce quinquennat a donné lieu à de nombreuses avancées en terme d’égalité femmes-hommes. Récemment, la Délégation aux Droits des Femmes (DDF) a publié (mardi 21 février) son rapport qui en dresse le bilan.

5 priorités ont été définies:

• Parité dans la sphère politique et dans les sphères professionnelle et sociale :
– 50% de femmes dans les Conseils départementaux contre 13% auparavant.
– 16 000 conseillères municipales supplémentaires élues en mars 2014
– Seuil de 30% de femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises.
– Loi du 4 août 2014 instaure l’obligation de 40% de femmes dans les CA des entreprises cotées en 2017.
– La loi relative à la modernisation de notre système de santé permet de garantir l’égal accès des femmes et des hommes aux instances de gouvernance des institutions sanitaires, dont les ARS.

• De nouveaux moyens pour l’égalité professionnelle :
– La loi Rebsamen instaure des accords et plans d’action pour l’égalité professionnelle dans les entreprises.
– Lancement d’une campagne pour faire passer la proportion des métiers mixtes de 12% à 1/3 en 2025.
– Accès au crédit et accompagnement des femmes créatrices grâce au Plan Entrepreneuriat au féminin.
– Meilleure articulation entre vie personnelle et vie professionnelle par des solutions d’accueil des jeunes enfants (objectif création de 275 000 places d’accueil supplémentaires pour les 0-3 ans dont 100 000 places de crèches supplémentaires).

• Lutte résolue contre les violences faites aux femmes :
– Adoption du Plan interministériel de lutte contre les violences faites aux femmes fin 2013.
– 1 650 solutions d’hébergement d’urgence supplémentaires pour les femmes victimes de violences créées d’ici 2017.
– Généralisation du “téléphone grand danger” et numéro unique pour les femmes victimes de violences.

– Loi visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel adoptée le 6 avril 2016 avec 4 piliers majeurs :
1. Lutte contre les réseaux de traite et de proxénétisme
2. Parcours de sortie de la prostitution / accompagnement des victimes
3. Renforcement de l’éducation à la sexualité
4. Responsabilisation du client et interdiction d’achat d’actes sexuels

• Nouveaux droits garantis :
– Prise en charge à 100% du forfait IVG
– Accès gratuit et confidentiel à la contraception pour les mineures de 15 à 18 ans.
– Renforcement d’une offre IVG de proximité sur les territoires
– La loi Santé a supprimé le délai de réflexion obligatoire dans le cadre d’une IVG en 2015.
– Loi pénalisant le délit d’entrave à l’IVG sur internet adoptée le 16 février 2016.
– La garantie contre les impayés de pensions alimentaires (GIPA) a été généralisée au 1er avril 2016.
– Allocation de Soutien Familial, qui soutient les mères isolées, est revalorisée d’ici 2018 (de 90€ à 120€)

• Développement de l’éducation à l’égalité filles/garçons : plan pour l’égalité à l’école, lutte contre le sexisme et pour la mixité, renforcement du contrôle du secteur de l’audiovisuel en matière de sexisme.

Agriculture urbaine: mettre la campagne en ville

En 68 le slogan était « mettre la ville à la campagne ». Aujourd’hui l’enjeu est tout autre puisqu’il s’agit de (re)mettre la campagne en ville et placer l’environnement et la transition écologique au cœur de notre dessein pour Bordeaux.

Michèle Delaunay est intervenue hier en Conseil Municipal pour souligner l’importance de repenser nos usages citadins : pour un développement plus durable et pour une meilleure qualité de vie.

En 1960, les surfaces maraichaires représentaient 450 hectares à Bordeaux et alentours; en 2010 il n’en restait plus que 130 hectares.

Travailler sur la question de l’agriculture urbaine c’est à la fois développer des outils pédagogiques à disposition des citoyens pour les sensibiliser à la question environnementale, mais également poser les bases d’un modèle urbain durable pour les années à venir, favorisant les circuits courts et l’alimentation bio et locale (voir très locale).

Pour réintroduire le maraichage dans nos usages quotidiens, plusieurs axes de réflexion sont proposés :

Généraliser une agriculture hors-sol partout en ville, à l’image de la « ferme urbaine » développée à Lille, où les plantations sont faites dans des « smart pots » transposables d’un site à un autre facilement.

→ la municipalité sera en charge de l’entretien des pots et de la distribution de la terres et des semences aux habitants.

Mettre en place un cadastre des « toits pour l’agriculture », afin de répertorier les opportunités de notre territoire et encourager les projets, qu’ils soient associatifs et de petite taille, ou productifs et organisés via des filières professionnelles.

→ A Montréal au Canada, une entreprise (lufa) s’est spécialisée dans l’utilisation des toitures commerciales, de grandes surfaces plates donc parfaitement adaptées pour l’installation de véritables serres agricoles. La première de ces « usines agricoles urbaines » produit chaque année 70 tonnes de légumes (sur une surface de 3000m2 de serre).

Construire la ville de demain afin de l’adapter à ces nouvelles pratiques : chaque nouveau projet immobilier à Bordeaux doit favoriser la végétalisation, soit de plein sol soit sur les toitures.

→ A Paris, Anne Hidalgo souhaite investir 100 hectares de toiture d’ici 2020 pour végétaliser la ville et intégrer l’agriculture urbaine (dans les construction nouvelles mais aussi sur le bâti ancien)

Toutes ces initiatives permettront à la fois de développer de nouveaux circuits de production et consommation favorisant des aliments de saison et de qualité ; mais également de favoriser le lien social entre les habitants et de lutter de manière efficace contre la pollution et les GES. Vivre à proximité d’un espace végétalisé permet de considérablement améliorer la qualité de vie et à un impact positif sur la santé qu’il est nécessaire de mettre en avant et de valoriser.

Il est aujourd’hui particulièrement important de proposer aux habitants de Bordeaux un véritable projet écologique, structurant et porteur d’innovations, capable de placer Bordeaux en tête des villes d’avenir.

Courrier à Madame la Ministre de la Culture pour le maintien de l’antenne locale FIP

Les bordelaises et les bordelais sont très attachés à l’antenne locale de FIP qui est aujourd’hui menacée de fermeture. Cette antenne fait connaitre à un très large public l’activité culturelle de notre territoire. N’hésitez pas à soutenir le combat de toute l’équipe de FIP.

Ci-après le courrier des députées Michèle DELAUNAY et Sandrine DOUCET à Madame la Ministre de la Culture Audrey AZOULAY :

La recherche : outil de crédibilité des politiques

Pendant sa campagne, Donald Trump a affirmé que le monde avait été créé en 7 jours et qu’il ne croyait pas en les méfaits du tabac. Ni l’un ni l’autre n’étaient gratuits.

Le premier a pour objet d’ouvrir à l’enseignement du créationnisme. Le second de « faire plaisir » à l’industrie du tabac.

Nous devons tout mettre en oeuvre pour ne pas en arriver à ces extrémités. Ce matin, les équipes du CNRS avaient convié les élus bordelais à un petit-déjeuner d’échanges. Remarquable initiative qui nous a démontré que nous avions besoin les uns des autres.

Les scientifiques pour que nous mettions leur travail en valeur. La recherche doit être soutenue, et pas seulement (mais aussi) avec des moyens financiers, mais en l’incluant dans les débats politiques, sur des chaînes telles que @lcp , sur les médias sociaux..

Les politiques ont un besoin très concret des scientifiques, pour baser leur décisions, leurs programmes d’aménagement du territoire, leurs projet urbains sur des travaux pluridisciplinaires. La recherche fondamentale elle-même est essentielle pour l’innovation d’une part, mais aussi pour le développement économique. Les scientifiques amènent dans les laboratoires de recherche des fonds considérables et des chercheurs d’autres pays, sans lesquels elle n’atteindrait pas le niveau international qui est aujourd’hui exigible.

Merci à tous ceux qui étaient réunis aujourd’hui pour échanger, avec un focus sur la contribution des chercheurs dans le domaine de l’environnement.